Rss

Archives for : avril2015

C’est trop fort, Barchon!

Tous les ans, le dernier weekend d’avril, le Squad organise un parcours spéléo au fort de Barchon. Ce parcours est inspiré de grotte offrant un exercice technique et spécifique pour tous les spéléo de Belgique et des pays frontaliers. Il représente la traversée d’un dénivelé de plus ou moins 350m pour un développement de plus de 2000m et d’une durée moyenne de 5 ou 6 heures. Il est scindé en 6 réseaux en fonction de leur spécificité.

C’est pour améliorer leur technique qu’Olivier, Vinnie, Antoine, Solenn, Morgane et Pierre se donnent rendez-vous au local à 17h30 pour prendre la route de Barchon et s’engouffrer aussi tôt dans le parcours B (comme « Bonne condition physique »). Super parcours qui débute par un quatre pattes dans un long tunnel qui ressort au milieu d’un pré. C’est avec un sentiment de prisonniers évadés, que l’on rejoint la tour d’aération pour son ascension, ce qui permet de peaufiner la technique des parapluies avant de redescendre dans un long souterrain qui rejoint le fort, entrecoupé d’une sympathique petite baignoire à éviter! Ils en ressortent vers 23h.

Pierre et Vinnie se décident pour le parcours D tandis que les autres rejoignent Jérôme, Cécile, Vincent, Charlotte, Caroline et Sylvain pour le parcours J (comme « Jupiler »!). La traditionnelle soirée fondue peut alors commencer!
Dans la nuit, les plus motivés (à la fois encore aptes après le parcours J et non occupés à faire connaissance avec les membres du Squad) décident de faire le fil d’Arianne, très bruyamment! Alex, qui avait d’autres projets, nous a quand même honoré de sa présence au milieu de la nuit!

Sylvain, Vinnie, Antoine, Caro, Solenn et Morgane décident de dormir sur place et, par chance, dégottent un petit entrepôt totalement vide. Levés vers 10h30, après un long débat impliquant les premières lettres de l’alphabet, ils se décident finalement pour le parcours C (comme « couché »). L’équipe est rejoint in extrémiste par Maude (à prononcer Mode) avant le départ vers 12h. Le parcours C comporte bien évidement toute une série de rampings étroits mais aussi quelques puits assez marrants dont notamment une sortie de puits assez étroite dans une lucarne ! Un parcours assez sympa et pourvu de panneaux indiquant la mauvaise direction afin de pimenter un peu la journée. La tête de l’équipe composée de Caro, Solenn et Morgane aura heureusement le temps de trouver un chemin alternatif (après de multiples tentatives) en attendant les autres.
TPST : 3h.

À 15h30, après une rapide restauration des troupes, il ne reste que Vinnie, Antoine, Caroline, Charlotte, Solène et Sylvain. Vinnie et Solenn décident alors de s’orienter vers le parcours E (comme « étroiture ») tandis que les autres optent pour le parcours D (comme « divers ») qui débute par un puits avec une échelle de spéléo.
Un embouteillage s’étant formé au niveau de la coupole du parcours D, la fine équipe et son éternelle patience bifurquent vers le parcours E en empruntant un toboggan et retombent nez à nez avec le reste des troupes RCAE (Vinnie et Solenn pour ceux qui ne suivent pas)! Après quelques étroitures, on arrive dans une coupole jonchée de mains courantes, descente par un puits avec passage de noeud. On enchaîne sur le réseau Ronald suivi du puit du chef, très étroit (il devrait être renommé le puit du brochage). On arrive à l’endroit le plus fun du parcours, le passage d’une laisse d’eau sur bateau pneumatique! Caroline et Charlotte le font à deux, option plus mouillée mais « tellement plus rigolo »! Après une étroiture très sévère où les filles poussent les plus grands, on arrive sur le coffre de tête où se trouve un parcours de corde.
TPSST (temps passé sous et sur terre) : 3h

L’équipe, de plus en plus réduite, profite d’un moment de répit pour mettre à contribution l’ensemble des membres du Squad afin de retrouver les clés de voiture de Caro confiées à une volontaire un peu trop volontaire qui les avait Fort bien caché.

Après une seconde restauration, Charlotte arrive à motiver Caroline et Sylvain vers 20h30 à faire le parcours B, et comme j’ai promis de ne rien balancer, je ne parlerai que du selfie pris en haut de la tour d’aération. Dommage que l’appareil photo n’avait plus de batterie, je suis sure que la photo aurait été chouette!

Ambiance beaucoup plus calme à la buvette, où un petit verre de kir fait office de récompense. Départ de ce lieu Fort en émotion vers 2h du matin, pour profiter du dimanche et savourer au maximum nos courbatures!

Participants: Olivier, Vinnie, Antoine, Solène, Morgane, Pierre, Charlotte, Caroline et Sylvain

Yorkshire Dales

Pour Pâques, notre club a décidé de passer ses vacances dans le Yorshire… Le Yorkshire, là où le soleil brille, où les faisans traversent la route sans regarder, où les moutons ont des têtes noires, où les grottes sont larges, où les sous-combi sont tricolores, où le cidre se vend par bouteille en plastique de 2L, où le ronflement est une douce berceuse et où le petit déjeuner est toujours servi.

Samedi

C’est pour cette magnifique région que Jérôme, Alex, Caroline, Benjamin, Vincent, Solenn, Arnaud, Antoine, Tim et Luca nous sommes levés de bonne heure pour un rendez vous au local à 7h 20, pour un départ de bonne humeur à 8h.

Le trafic calme (ainsi qu’une organisation sans faille) nous permet d’arriver plus tôt que prévu à Calais et ainsi de prendre le bateau plus tôt, soit celui de 12h30. En attendant la traversée, un petit retour en enfance s’impose dans les jeux gonflables mis à disposition ainsi qu’une petite visite des parents de Benjamin.
Après une traversée tout aussi calme, la joyeuse troupe reprend la route, mais cette fois-ci à gauche, pour parcourir les 600km et arriver ainsi à Casterton.

Deux voitures sur trois font un arrêt à Ingleton pour manger un morceau et assister à la kermesse annuelle du club de cricket de la ville, rapidement rejointes par la troisième voiture ne voulant pas rater une ambiance « english ». Après avoir consommé des produits locaux, c’est le moment de se diriger au bout du monde en empruntant cette petite route sinueuse pleine de gibier pour se rendre à la Bull Pot Farm, notre hébergement perdu au milieu de la lande.
Benoît, Maud et Thibaut, membres du club de l’ULS d’Arlon, nous rejoignent au gîte dans la soirée et Solène est élue boulet de la semaine pour avoir oublié son harnais!

Dimanche

On engloutit le premier « typical English breakfast » d’une longue série avant d’aller à Ingleton pour faire les magasins.

Dans l’après midi, plusieurs groupes se forment:

Benoît, Antoine, Maud et Solenn décident de faire la cavité Wretched Rabbit. En rampant dans un conduit très mouillé et très étroit sur environ 900m, ils font demi-tour après s’être rendu compte qu’ils se sont trompés de grotte!

Arnaud, Alex, Tim, Thibaut et Luca ont eux trouvé la bonne entrée de Pool Sink! Après un début étroit avec passage par une baïonnette, Alex équipe rapidement les beaux puits qui donnent accès à de larges méandres.

Quand à Vincent, Benjamin, Caroline et Jérôme, ils décident de consacrer leur après-midi à la découverte de la vallée. Après avoir accompagné les autres aux prétendues entrées de grottes, ils errent dans la lande pour une séance photo au milieu des carcasses d’animaux, des rivières et des animaux sauvages. Une petite bronzette s’impose devant une des grottes de leurs camarades, tout en buvant la bouteille d’eau de ces derniers « afin de mieux gérer nos ressources »!

François², Olivier, Charlotte, chocolats belges et bières spéciales, qui ont pris la route le samedi après-midi, en passant par Rotterdam, avec une traversée de 12h en bateau jusqu’à Hull, où les cabines sont très petites et le breakfast est à volonté, sont arrivés à Ingleton vers midi pour une petite séance shopping de 3h! Pressés de se retrouver sous terre, ils vident à peine la voiture et se dirigent vers Bull Pot of the Witches, grotte situé à 100m du gîte. Equipée rapidement par Olivier, on commence par descendre un puits extérieur d’environ 20m attaché à un arbre qui surplombe l’entrée. On s’engouffre sous terre par un large passage coudé, qui nous mène à une courte main courante donnant accès au puits d’environ 20m fractionné. Un deuxième puits de même longueur nous emmène près de la rivière que nous pouvons suivre. Nous pouvons également faire une petite escalade pour nous retrouver dans la Long Gallery, un tunnel assez large.

Une deuxième voiture du club de l’ULS constituée de Pierre et Muriel Cartri, Carole et Delphine arrive dans la soirée.

C’est enfin tous réunis que nous partageons de bon coeur notre repas apporté par Benoît, cuisses de canard -confites- aux lentilles.

Lundi

Pour cette première journée où le groupe est au complet, nos 20 spéléos fringants vont s’attaquer au système Ease Gill, qui fait partie du plus vaste système souterrain du Royaume-Uni, le 3 Counties System, qui comporte environ 89 km de galeries réparties les 3 comtés : Cumbria, Lancashire et Yorkshire (http://www.rrcpc.org.uk/easegill/). Pour ce jour, nous nous cantonnerons à la visite des réseaux amont du réseau d’Ease Gill, à savoir Top Sink, Pool sink, Wretched Rabbit et County Pot, dont les entrées se situent dans la vallée éponyme. La marche d’approche, d’à peu près 30 minutes depuis le gîte, permet de profiter des paysages bucoliques de la lande, avec ses grandes étendues herbacées, ses murets de pierres sèches et ses moutons. Une fois la vallée d’Ease Gill atteinte, les 4 groupes prennent chacun la direction de leur cavité.

Top Sink, visitée par Alex, Tim, Charlotte, Jérôme, Vincent et Arnaud, équipée par ce dernier.
Cette cavité correspond à l’extrême amont du système d’Ease Gill. L’entrée se fait dans une doline jouxtant le ruisseau. Après un passage légèrement humide et quelques crapahuts, on atteint une zone joliment concrétionnée, où on en profite pour faire une séance photos. La suite est une succession de méandres, souvent étroits et donc la seule surlargeur se trouve au niveau des pieds (comme un trou de serrure inversé). Vincent, avec son matos photos, est contraint de ramper, alors que Charlotte gambade. Les autres se la jouent à l’égyptienne. Arrivés au premier puits, Jérôme et Vincent, nos deux photographes attitrés, préfèrent faire demi-tour (cavité beaucoup trop large pour eux :-)). Jérôme en bas du puits prévient quand même tant bien que mal qu’il faut absolument prendre une photo du puits et allume l’éclairage à fond.

La suite sera encore méandre sur méandre, avec un second puits, et par la suite des secteurs beaucoup plus larges et confortables, avec de belles morphologies de conduits et quelques concrétions. La rivière souterraine et le réseau fossile se recoupent régulièrement et on emprunte tantôt la première à 4 pattes, tantôt le second en oppo. Quelques séances photos et on fait demi-tour pour ré-affronter les méandres. Charlotte se charge du déséquipement et c’est sous un soleil radieux que nous sortons de cette cavité.

Traversée Wretched Rabbit-Pool sink, réalisée par Antoine, Benoît, Solenn, Maud, Carole et Delphine. Les cordes étant déjà présentes, les puits sont faciles à descendre. Il faut ramper jusqu’au collecteur puis remonter par des méandres, avec une petite erreur de 10m trop haut en oppo!

Pierre, Muriel, Thibaut et Benja ont fait la traversée inverse.

County Pot: réalisée par Caroline, François², Olivier et Luca. Il s’agit d’une boucle équipée par les bons soins de Caroline qui présente un Snake, méandre très étroit en ramping. L’oubli en bas du puits du kit avec les gourdes leur permet d’approfondir leur connaissance de la grotte! S’ensuit la partie large des méandres puis la présence de lames de rasoir, signe de nombreuses turbulences dans le passé.

A la sortie, différents groupes se retrouvent pour profiter du soleil en se reposant, en bronzant….ou en courant…beaucoup…pour éliminer l’effet d’un petit bonbon (chique ou autre gougouille) au Red bull! On fait sécher les combi, on patauge dans l’eau, Luca tombe…deux fois, précisément au même endroit -pour être sur, peut-être.

Les pâtes bolognaise clôturent la journée ainsi que le Tiramisu de Luca.

Mardi

Journée tant attendue car il s’agit de la découverte de Gaping Gill. Un réseau et pas des moindres, car il fait partie des plus grands mondiaux. Entre autre, Main Shaft, un large puits de 110m de profondeur où se déverse une cascade dans l’une des plus grandes salles souterraines d’Angleterre.
Un lieu mythique, mystique, peut être les deux. On nous en a parlé, beaucoup, en bien, en mal, l’évaluation de notre endurance, un mauvais souvenir pour certains, un gros examen pour d’autres. Un rêve dont on n’osait touché du doigt il y a un an.
Ce matin, le bacon a un goût de conquérant.

Appréhension et excitation nous donnent l’entrain nécessaire pour la marche d’approche d’environ une heure dans le parc national du Yorkshire, sous le soleil, aux abords d’une rivière, au milieu des moutons, dans ce cadre magnifique où se dévoilent peu à peu quelques entrées souterraines.

Vu le temps magnifique qui s’annonce, Jérôme, Vincent et Muriel décident de faire une randonnée. Rejoint par Antoine et François² ne se sentant pas en forme pour descendre sous terre, on accompagne tous les groupes devant leurs entrées respectives puis on monte jusqu’au sommet de Little Ingleborgouh. On emprunte un autre chemin pour la descente.
On parcours ensuite la région pour faire les courses, on rafle tout sur notre passage; oeufs, bacon, saucisses, moutons, bières, cidre….la dame nous regarde bizarrement… « oui oui vous avez bien compris…on veut 42 côtes d’agneau s’il vous plaît! »

Pendant ce temps là, pour parcourir au maximum ce réseau, nous nous divisons en trois groupes, pour trois entrées différentes avec objectif de tous nous retrouver dans la Main Room, où arrive la cascade.

Bar Pot: visitée par Alex, Benoît, Luca, Solenn et Benja, équipée par ce dernier. L’entrée se situe à courte distance de la tête du premier puits. Suivie d’une zone d’éboulis puis d’un grand puits d’environ 40m.

Lateral Shaft: il s’agit de l’entrée de Main Shaft par Jib Tunnel, un passage latéral pour éviter de progresser -trop- dans la cascade. Il se découpe en 2 puits de +/-55m, quelque un peu arrosés, avec 2 fractio dans le dernier, équipés par Olivier pour Arnaud , Tim, Carole et Delphine.

Flood Entrance: réalisée par Pierre, Thibaut, Maud, Caroline et Charlotte. Egarés évidemment par Pierre, on progresse dans les nombreux méandres s’offrant à nous. Thibaut équipe les deux puits d’une quinzaine de mètres situés dans des failles pour rejoindre un tunnel sculpté par le courant. S’ensuit 2 gros puits circulaires, où une déviation est longue à passée.
En bas, attend l’équipe d’Alex. Ensemble nous nous dirigeons en rampant dans une galerie phréatique vers la Main Room. Séance photos oblige, nous laissons nos kit pour explorer le réseau de l’est. S’offre alors à nous des salles immenses et des concrétions à perte de vue.
La cavité est longue et sportive, certains fatiguent, il faut pourtant garder des forces pour le retour. Nous décidons de faire demi tour et nous sommes rejoint par le groupe d’Olivier qui a parcouru tout le réseau.
On réorganise les équipes: Alex, Benoît, Benja, Solenn et Tim sortiront par Flood Entrance, Arnaud, Olivier, Luca, Carole et Delphine par Bar Pot et Pierre, Thibaut, Maud, Caroline et Charlotte par Lateral Shaft. La remontée se fait sans problème.

Presque la moitié de la troupe découvre depuis peu les merveilles de la spéléo, ayant encore moins l’habitude des immenses salles et des grands puits. Aujourd’hui, ils ont fait Main Shaft et 110m à coté d’une cascade, ce n’est pas rien!
Et on s’y est cru, là, sur cette couverture de magazine de sport extrême, ici, dans cette émission sur les splendeurs de la nature. On était tout, mais surtout on était rien, face à ce gouffre, face à cette eau. On nous apprend à être là, en sécurité, entre la paroi et le vide, en harmonie avec la corde, à admirer, à halluciner, à rêver. Il faut se presser, car les copains attendent, dans l’eau, dans le froid. Quelques minutes, juste quelques minutes qui nous rappellent notre place. Juste une impression de liberté.

C’est avec un sourire béa qu’on a dégusté le rôti de boeuf, ses pâtes et sa salade. Sa sauce porto avait un goût de victoire.

Mercredi

Cow Pot: Olivier, Arnaud, Jérôme et Charlotte les seuls motivés à descendre sous terre après la grosse journée de la veille, prennent la route pour la compote party! La sortie commence bien avec l’oublie de la topo au gîte, où Jérôme en grand homme qu’il est, se dévoue pour retourner la chercher! En l’attendant, Olivier commence à équiper le magnifique puits extérieur recouvert de mousse. L’entrée souterraine se fait par une étroiture relativement sévère oblique descendante. Des méandres donnent accès à une corniche où l’on installe une main courante aérienne jusqu’à l’entrée d’un puits de 40m divisé en plusieurs ressauts qui surplombe une grande salle d’éboulis. Passage dans le collecteur, très beau vers l’amont avec des coups de gouge très caractéristiques d’une grotte active. On parcourt les jolis méandres entrecoupés de marmites relativement profondes. Stoppés par de trop nombreux éboulis, nous voyageons vers l’aval pour découvrir les larges galeries du collecteur avec ses galets roulés et ses sédiments au sol.
Retour vers le gîte où l’apéro nous attend. Et oui, bien sûr qu’on a oublié la topo près de la grotte!

De leur coté, le reste de la troupe se dirige vers Ingleton pour une randonnée à la découverte des cascades de la région. L’endroit est très touristique mais cela n’empêche pas au groupe de profiter de la beauté du paysage. Cinq valeureux montent jusqu’au sommet, pour, soyons original, faire une sieste au soleil!

Et pour finir en beauté, ce soir, c’est Barbeuc, sans patates, avec légumes en papillote et chamalow grillés! Tout le monde s’étant bien reposé la journée, la soirée fut plus longue et agitée que les autres!

Jeudi

Tattam Wife Hole: Alex, Arnaud, Benja et Charlotte prennent la route à la découverte de cette cavité au nom plus qu’atypique, au pied d’Inglebrough.
La marche d’approche au milieu des landes est plus longue que prévue (environ 2h), en effet, la femme de Tattam se cache! Après avoir ratisser toute la vallée, on pique nique enfin devant son entrée.
Arnaud équipe la grotte avec une corde de 120m qu’il doit couper au fur et à mesure de sa progression. Autre chose qu’il a fallu couper, les cheveux de Charlotte pris accidentellement dans le descendeur lors du premier puits…Quatre puits nous attendent ainsi que de belles concrétions.
Pour éviter un duck fortement mouillé, on équipe une main courante dans une étroiture juste au dessus, où l’entrée du passage se fait dans une lucarne. Passage relativement pénible pour Charlotte ainsi qu’à déséquiper.
On continue jusqu’à la tête du dernier puits (env. 20m) que nous décidons de ne pas réaliser faute d’épuisement et de temps.
Récompense ultime en sortant de la cavité, couché de soleil sur la vallée, juste rien, même pas un petit mouton pour briser le silence.
Retour plus rapide dans l’obscurité grandissant à la frontale, en coupant par la lande (trop facile de prendre le sentier!) sous le regard inquiet des brebis surveillant leurs méchoui agneaux.

Ireby Fell Cavern: quant on part en vacances entre francophone, on oublie vite que l’on est à l’étranger. Heureusement, certains détails propres au pays nous le rappellent; en Angleterre, il ne s’agit pas seulement des moutons ou du cidre, mais également de l’humour. Aaaah, l’humour british! Il est partout…même sous terre! Certains noms de grottes nous avaient déjà donnée un avant goût, nous l’avons retrouvé dans cette cavité.
Pierre, Tim, Antoine, Thibault et Maud font une marche d’approche d’environ une demi heure pour découvrir la grotte dans une doline. L’entrée se fait par un tube métallique puis l’accès au puits est aérien dans un méandre. Il y a une succession de 5 puits (nommés Ding, Dong, Bell, Pussy et Well), certains reliés par des mains courantes hautes qu’il faut passer en oppo. La cavité est entrecoupé de méandre parsemé de magnifiques concrétions. En bas, d’immenses salles, certaines vides, d’autres avec des éboulis, nous conduisent jusqu’au siphon. Par chance, la grotte n’est pas très flottée par rapport à d’habitude, les tenues néoprène n’ont servies à rien!
L’humour? Il faut être connaisseur. Ou plutôt…anglais! Il s’agit d’une célèbre comptine populaire du pays dont les paroles sont: « Ding, dong, Bell; Pussy’s in the well. Who put her in? Little Johnny Flynn. »

Vincent, Benoît, Luca et Solenn rejoint peu après par Caroline, décident d’aller déséquiper Pull Pot. Ils explorent plus longuement la cavité.
Une balade improvisée faite par Caroline et Muriel les emmène près d’un mouton piégé dans des barbelés. Ne pouvant rien faire, elles préviennent un cottage des alentours de la situation. Après l’excursion dans la grotte, Caroline se sentant l’âme d’un héros, retourne au près du mouton avec en renfort Tim, Solène et un couteau suisse permettant ainsi de liberté la pauvre bête.

Olivier et François² décident de faire Cow Pot -et d’en retrouver la topo- avant de reprendre la route pour le continent. Dommage pour eux, ils ont loupé le gigot d’agneau avec pommes de terre et brocolis à la crème!

Vendredi

Un réveil de bonne heure pour Benoît et Maud qui reprennent la route pour le plat pays.
Alex, Jérôme, Arnaud, Benja, Muriel, Caroline et Charlotte décident de faire Ireby Fell Cavern. La descente équipée par Arnaud est rapide malgré une déviation difficile, la remonté, déséquipée par Benja, est ralentie par Muriel, souffrant d’une douleur au bras.

Pendant se temps, Vincent, Antoine, Solenn, Carole et Delphine explorent les alentours du gîte. Ils se promènent dans un « mini-canyon » avec des « mini-cascades » sur environ 10km. Ils font tout le versant de la colline et remontent par des cascades sèches pour retrouver le gîte.

Pierre, Thibaut et Tim descendent dans Lancaster Hole. Il faut marcher longtemps jusqu’au collecteur, puis ramper. C’est très mouillé car on remonte le lit de la rivière. Après avoir contemplé quelques concrétions, on remonte et manque par deux fois la sortie! Tim équipe pour la première fois et s’en sort à merveille.

Le poulet au curry nous met en condition pour passer une bonne nuit, hélas la horde de spéléo anglais débarquée dans la journée détruit toutes nos chances!

Samedi

Pierre, Antoine, Tim, Solenn, Delphine, Luca, Arnaud et Charlotte partent pour faire la traversée Simpson’s Pot. Après une marche d’approche d’environ 15 min, nous peinons à trouver la grotte. Après un puits d’entrée, il y a un ramping dans l’eau sur environ 500m. Cette traversée est un enchaînement de huit puits que Pierre équipe et qu’Arnaud déséquipe en rappel. Il y a deux petits puits, puis deux grands d’environ 20m. Antoine loupe une déviation qui l’oblige à faire toute la descente dans la cascade. La progression se poursuit dans des méandres flottés et des désescalades jusqu’au collecteur. La tête de groupe fait une échappée et l’arrière a du mal à les rattraper. En les attendant et pour éviter de se refroidir, ils entreprennent un exercice de réchauffement en tournant dans une petite salle tout en faisant des flexions! La remonté se fait par un puits de 10m.

Le reste de la troupe s’occupe du grand nettoyage du gîte avant de retourner à Ingleton pour acheter des souvenirs comestibles. Nous décidons de clôturer la semaine par un restaurant le soir, on teste donc à midi la restauration d’un pub! Repus et convaincus, on y retourne en fin de journée pour dégusté burger, fish and chips et autres moutons, autour de nos dernières Guinness.

Dimanche

Pas de petit déjeuné servi ce matin, ce qui annonce le dur retour à la réalité. On remplit les voitures, on s’échange les CD. La route sinueuse tant empruntée nous parait plus courte. La lande défile derrière nos vitres, la musique les fait vibrer. La fin d’un générique de film, la fin du séjour. Les moutons sont contents. Nous pas.
Plus de 600km de route avec plus ou moins d’ambiance dans les différentes voitures, la pause obligé au Burger King, on arrive à Douvres où certains prennent de justesse le bateau. En effet, la voiture d’Arnaud (oui oui, Arnaud!) se trompe d’embarcadère!
On profite de la traversée pour faire le débriefing. Le Yorkshire est un endroit épatant particulièrement pour les spéléo, offrant de nombreux réseaux. Ils y en a pour tout le monde, pour tous les niveaux, pour tous les goûts, les grottes étant plus belles les unes que les autres. La trempée, la méandreuse, la vertigineuse, chacun à sa préférée.
On fait les dernières photos de groupe, on teste les parfums, les conducteurs font une sieste puis on reprend la route pour la dernière ligne droite…à droite! Benja, habitué, conseille de passer par Lille pour éviter les possibles embouteillages de Bruges-Bruxelles des retours de mer. La voiture d’Alex se trompe et confirme ainsi le pressentiment de Benja! On s’arrête dans une pizzeria sur la route pour laisser le trafic se fluidifier. La dernière voiture arrive à minuit au local.

C’est les yeux mi-clos et le coeur gros qu’on dit au revoir aux copains. La nuit sera silencieuse et le petit déjeuner ne sera pas servi.

On ne remerciera sans doute jamais assez les conducteurs, les encadrants, les cuistos qui ont fait de cette semaine un excellant souvenir dans un petit coin de paradis.

Participants: Alex, Arnaud, Olivier, Jérôme, Vincent, François², Benjamin, Antoine, Caroline, Charlotte, Solenn, Tim et Luca (club RCAE)
Benoît, Pierre, Muriel, Thibaut, Maud, Carole et Delphine (club ULS)
Photographes: Vincent, Jérome, Alex, Caroline