Rss

Archives for : octobre2015

Le petit bal d’Haquin

Pour renouer avec les sensations de la spéléo à la suite du weekend d’initiation, rien de tel que de parcourir l’Haquin. Et c’est parti ! Une première équipe part en direction des trompettes et des cascades avec des cordes. Une seconde équipe, plus rapide, descend par les éboulis et en profite pour visiter la fourmilière en direction du Réseau X jusqu’à la salle de la Tatache. Une fois marqué de boue, la seconde équipe va rejoindre la première multicolore en passant devant la Sentinelle et par le Pont de Calcite. La salle de Minuit sonne l’heure des retrouvailles et les deux équipes sortent tranquillement chacune par le chemin inverse qu’elles ont empruntés à la descente. Ainsi s’achève ce petit tour sous terre.

Arnaud S.

Tpst : 4h30
Participants : Lauranne, Clémence, Sylvain, Solenn, Nicolas, Kévin, Maud, Alex, Arnaud, Antoine

WE d’initiation spéléo

Samedi 24 octobre 2015

Comme chaque année, la section spéléo du RCAE organise une week end d’initiation à la spéléo. Cette fois après quelques annulations de dernières minutes, les nouveaux sont seulement 2 : Amaury et Nicolas. Ces derniers retrouvent au local les valeureux Alex, Olivier, Antoine, Solenn et Nicolas + une équipe de l’ULg TV, qui va nous suivre toute la journée afin de réaliser un reportage sur notre passion commune.

Notre journée débute ainsi par la visite de la Grotte Sainte-Anne, où Olivier et Alex prennent soin de fournir aux journalistes des informations très précises sur la grotte et la pratique de la spéléo en général. Nos deux nouveaux sont également fort intéressés (bien qu’Amaury avait déjà fait une visite scientifique de la grotte quelques semaines plus tôt). A force de discussions, on atteint le lac mais le timing ne permet pas d’aller au-delà. Dommage mais ça sera pour la prochaine fois.

Pendant ce temps, à 9h30 Clem, Arnaud et Vinnie vont à Humain, non pour écrire un traité de philosophie mais pour équiper la carrière St Martin. Sur la route, ils ne manquent pas d’embarquer Sylvain qui se fraie un espace dans la voiture déjà bien chargée. Le temps est agréable et les 4 condisciples s’affairent à équiper plusieurs voies sur les parois. Il faut parfois rivaliser d’ingéniosité pour installer des dynémas qui évitent les dangereux frottements de la corde sur les arrêtes rocheuses. Vers 14h, ils sont rejoints par le reste l’équipe, fraîchement sorti de Sainte-Anne et rejoint en cours de route par Luca (qui visitait la région en bus). Amaury et Nicolas n’échappent pas à la longue séance d’essayage de baudriers. L’équipe de l’ULg TV qui suit depuis ce matin nos héros, en profite pour faire une interview d’Olivier et enregistre quelques plans de l’initiation aux cordes. Peut-être sommes nous un peu trop nombreux pour encadrer les nouveaux, aussi certains se tournent les longes…

Après avoir déséquipé, nous nous rendons tous au refuge SpéléoLux. Comme le veut la tradition, Olivier prépare du mojito, l’apéro bat son plein, les discussions s’enflamment. Au menu: chili et riz thaï. Charlotte plus motivée que jamais nous présente une video projection de son cru qui donnera (ou pas) envie aux nouveaux de continuer dans notre joyeux club spéléo. La soirée se termine avec des tours de tables et des passages d’étroitures de bancs dans le plus pur folklore spéléo.

 

Dimanche 25 octobre 2015

Non sans une certaine confusion quant à la nouvelle heure, le groupe se réveille vers 7-8h. Le petit dej et le rationnement quasi militaire des collations souterraines précèdent le rangement et le ménage du refuge.
2 équipes se forment et préparent respectivement le matos. Antoine déclare forfait et se fait reconduire à la gare la plus proche.

Alex, Amaury, Nicolas, Nicolas, Charlotte et Caro se rendent au Trou de l’Eglise. Réelle sortie d’initiation, car en plus de la présence des 2 nouveaux, Caro prend l’initiative d’équiper. Mais aujourd’hui, nous n’étions pas les seuls à avoir eu la brillante idée de venir découvrir cette cavité ; le club de l’ULS nous suivait. Après la chute d’un appareil photo (toujours en grande forme!), nous attaquons les plafond, parcours non habituel de la grotte. Pendant que Caro déséquipe avec l’aide d’Alex, les 3 autres s’engouffrent jusqu’à la rivière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Participants: Alex, Amaury, Nicolas, Nicolas, Charlotte, Caro
TPST: 4h

Olivier, Vinnie, Clem, Solene et Sylvain prennent la route de Lesves et attendent désespérément Nicolas, l’autre. Il s’avérera que ce dernier allait rejoindre l’autre groupe pour l’Église!
Après cet arrêt inopportun, l’équipe se change sur le petit parking de l’Abîme de Lesves et il est 12h quand les deux mini groupes rentrent dans la grotte. Le 1er est composé de Vinnie à l’équipement des plafonds, suivi de Solenn ; le 2eme de Clem qui équipe la classique suivie de Sylvain. Olivier butinant gaiement entre les 2 voies pour distiller ses précieux conseils. Vinnie faute de corde et d’amarrages ne parvient pas au bout des plafonds et doit se résoudre à rejoindre la tête du dernier puits équipé par Clem. Une fois tout le monde bas, Olivier reste en surplomb de la rivière souterraine tandis que nous allons patauger dans l’eau et la boue pour aller voir l’aval et puis l’amont de la rivière, nous arrêtant avant la galerie des Sangsues Noctambules. Nous rebroussons chemin et les 2 mini groupes inversent le parcours de descente et déséquipent , réalisant ainsi une boucle.

Participants: Olivier, Vinnie, Clem, Solene et Sylvain
TPST: 4h30

Il est 16h30 quand on se change et puis fonce retrouver nos amis pour une séance de nettoyage du matos à la Vilaine Source. Certains nous quittent, tandis que d’autres reviennent au local ranger, puis vont nettoyer le mini bus et le ramener à bon port.

On espère avoir donné le gout de notre passion aux nouvelles recrues, aussi peu soient elles!

Des hirondelles en détresse!

Dans le panel d’activités organisées en spéléo, une et pas des moindres s’offre à nous ce dimanche : un exercice de spéléo secours.

Toute la troupe de volontaires à sauver le monde souterrain est réunie du côté d’Aywaille pour un weekend de formation et de mise en situation réelle. Samedi, c’est entraînement technique chez les pompiers du village et dimanche, exercice de secours dans une grotte de la région.

Le scénario : on est une équipe de 4 spéléos amateurs descendus la veille dans le Chantoir du Béron Ry. Les deux premiers ont équipé à 14h et se sont avancés dans la cavité, mais une personne a glissé et ne sait plus marcher. L’autre a attendu près d’elle. Les deux autres sont parties à 15h et elles se sont perdues. On a tous passé la nuit dans la cavité et on a froid.

Patrice Dumoulin et Marie, membres du GRSC, joueront la 1ère équipe et Marie est la blessée. Les boulets c’était nous, Caro et Charlotte ! La consigne était claire : soyez chiantes ! Bon …d’accord !12107826_10206542276048487_3846466347619762524_n

Sans le connaître, on déteste d’avance l’organisateur Benoit quand il nous apprend qu’il faut se lever à 6h du matin un dimanche ! On arrive au parking à 7h, on nous rappelle les consignes, nous donne des couvertures de survie et nous prévient que ça risque d’être long.

Patrice avait équipé la veille mais la troupe est ralentie par Charlotte qui peine à passer la fissure en oppo. On passe les puits puis les étroitures sévères sans difficulté. La bouteille de Charlotte se dévisse au fur et à mesure des frottements et tombe à terre laissant s’échapper toute l’eau ! C’est là, dans les éboulis, que les filles « perdues » doivent trouver une cachette. Chose faite derrière une petite montée, dans un trou …boueux. Les 2 autres continuent et se « blesseront » dans la grande salle.

Avec Caro, on avait tout prévu : les conversations pour tenir plusieurs heures, les polaires, les tartines, l’eau, les piles de rechanges, les lampes de camping, le réchaud, la finalisation de nos plaintes, absolument tout …jusqu’à la fondue au chocolat ! On arrive, on s’installe, on vide les kits, on sort les bananes et on entend crier ! Punaise, ils sont déjà là ! Branle-bas de combat, on prend tout en vrac, on court , on manque de glisser et on se jette (littéralement !) dans notre planque boueuse ! Tonton Patrice nous avait dit « Ne leur rendez pas la tâche trop facile, jouez à cache-cache ! ». On éteint les lampes, on se tait ….la 1ère personne passe …il crie…il cherche …il reste un moment dans le coin …mais notre planque est top et on s’enfonce de plus en plus dans la boue ! On attend, il se décide à continuer, on rallume, on peut respirer et ranger les kits. Un 2ème secouriste arrive …il crie …il cherche …on a pitié, on utilise le sifflet de détresse (si si comme des vraies !). On est prise en charge par l’équipe 1. Certains jouent plus le jeu que d’autres ; on nous demande si on a à boire et à manger, on nous avait dit de répondre non (ce qui est à moitié vrai !), on ouvre notre bidon et à la vue du festin « ben si vous avez des trucs à manger ! » (sans déconner !).

Les autres spéléos arrivent à nous au fur et à mesure et quelle bonne surprise de trouver nos copains de l’ULS !

On commence la remontée, et là, c’est parti, on peut jouer notre rôle et on le fait à fond ! Entre les « j’ai envie de faire pipi », les « je passe pas là » et les « chuis trop petite », des disputes de filles pour savoir qui est la responsable de tout ça et les excursions solo de Caro. Dans les vaillants, on retiendra Matéo, Jacques, Jack, Fred et Alain. Ils nous hissent, nous tirent, nous portent, nous rattrapent, nous attendent, nous réconfortent, jusqu’à la base des puits. Mateo arrive à se débarrasser de nous et est remplacé par un certain Sam. On attend 1 ou 2h et voit passer des tonnes de spéléos. Bizarrement, à chaque tête connue croisée on entend « oh non, pas elles ! » Un doc est resté avec nous, il n’a pas pu passer les étroitures.

Petit bémol, il n’y a qu’un point chaud, et il est plus bas, pour la victime blessée. On commence à avoir froid, pour de vrai. Les secouristes improvisent un coin douillet, poncho, bougie, couvertures de survie, où Jacques y met tout son cœur ! A force de nous appeler « les victimes », ils nous surnomment « les hirondelles », ça, ça nous plait !DSCF5133

Le téléphone arrive enfin, puis la civière. On apprend que la blessée est juste avant les étroitures.

Le 1er puits est équipé de façon qu’on nous assiste pour la remontée, mais nous sommes trop légères et on est carrément hissées ! Le 2ème puits, c’est un système de balancier qui est mis en place, et ça c’est trop cool !

Entre les 2 puits, on est prise en charge par Aurélien l’infirmier qui fait un bilan complet de notre état.

Au fur et à mesure de notre remontée, on croise du monde, une vraie autoroute cette grotte ! Entourées par une quarantaine de spéléo (ya pire comme vie !) ; dans les têtes connues, il y a Tom, Matéo, Jacques Delmotte, Fred, le grand patron Joël, Arnaud Dohmen, Renaud, Vincent, 2-3 autres dont j’ai oublié le nom !

12140849_10206542278208541_3038525782011093070_nOn arrive au niveau de la fissure, où se trouve la seule femme secouriste, fissure qui est équipée de façon à nous faire descendre puis remonter sans rien faire ! On prend un autre chemin pour la remontée avec pas mal d’étroitures et nous voilà sortie vers 15h30. Marie sortira vers 17h, les derniers spéléos vers 18h.

On lave et range le matos et on fait le débriefing. Ils sont contents de l’exercice, avec quelques fausses notes, sans plus. Nous, on a tenu nos engagements, on a honoré le RCAE, bref, on nous déteste ! La choppe est bien sûr offerte et chacun repart chez soi.

Nous avons particulièrement apprécié cette journée car cela nous a permis de nous rendre compte de l’ampleur d’un secours en milieu souterrain et des moyens mis en œuvre. On se rappellera du professionnalisme de Tom, de la patience de Matéo, des chiques de Sam et de la bougie de Jacques ! On remercie les orga pour leur boulot ainsi que tous les spéléos, qui nous ont prouvés une fois de plus que la spéléo est une bien belle famille sur qui on peut toujours compter.

Charlotte

Participants; Caro, Charlotte et tous les autres!

TPST: 7h

Evaluation Brevet A

C’est dans la carrière de Villers-Le-Gambon que Sylvain et moi-même nous nous sommes rendus ce weekend pour tenter le Brevet A avec une dizaine d’autres spéléos candidats. Objectif de la journée : parcourir 32 voies en moins de 6h. A l’origine, le tracé compte 33 voies mais les moniteurs nous ont épargné « l’amarrage en Vé », ouf ! A savoir que l’ensemble des voies correspond à un gouffre technique d’à peu près -500 m …12088328_10206499424497225_6347998029151234025_n
Nous étions frais comme des gardons mais tendus comme des crampes ! A tel point que les moniteurs se sont étonnés du silence religieux qui régnait dans l’arène. Nous avons entrepris le parcours si varié : échelles, fractios, main-courantes, parapluies, oppos … De quoi faire tremper sa topo soigneusement rangée dans la poche ! La déplier valait à la déchirer.10418499_10206499420657129_8479585206418615420_n
6h plus tard, non découragés, nous avons déséquipé une ou deux voies avant d’entendre le verdict du Jury. Malheureusement, n’ayant pas bouclé le parcours dans les temps, nous n’avons pas été retenus pour le casting. Mais ce fut un très bon entraînement, nos cuisses s’en souviennent !
Après avoir dégustés nos délicieux raviolis aux boulettes (oui, quand on s’épuise en spéléo, une simple conserve nous satisfait autant qu’un savoureux repas gastronomique), nous avons regagné notre couchage, histoire de reprendre des forces pour le lendemain.

Le programme du dimanche se déroulait cette fois sous terre. Et nous avons été amèrement déchirés l’un de l’autre, Sylvain dans le Réseau de Frênes, moi-même dans l’Abîme de Lesves.

Arrivés à Lesves, nous avons été accueillis comme d’habitude par Poupouce, le chat emblématique des lieux. Après quelques explications de Vincent sur le réseau, il entame l’équipement depuis le haut de la doline principale. Il aura fallu 130 m de corde, 50 moustif et tout de même 1 plaquette pour descendre à seulement 60 m de profondeur.. Oui, on l’a faite par les Plafonds, qui d’ailleurs n’ont pas été dépoussiérés depuis des lustres.. les arachnophobes vous êtes prévenus ! Une fois entrés, nous passons moultes ressauts (dont un parapluie ce qui est plutôt rare sous terre) puis nous sommes descendus par un beau P17 au milieu duquel on peut apercevoir la jonction avec le Trou des Jacinthes situé dans la doline secondaire. Après un petit détour vers le siphon aval, nous avons rejoint la rivière souterraine. Non décidés à nous tremper dans la voûte mouillante, nous avons fait demi-tour. Enfin, Fabrice, Murielle puis moi-même avons déséquipés sous l’oeil averti de Vincent.
TPST : 4H

De son côté, Sylvain avait rendez-vous à Lustin, pour s’aventurer dans le réseaux de Frênes. Partis avec Quentin qui passe aussi son brevet, ils retrouvent Moïse sur place, le moniteur qui va les guider dans la grotte. Là, ils font la connaisence de Lucas qui est également là pour son brevet, mais aussi d’Aurélie et Julien. Ces deux derniers, spéléos, ont été trouvés sur le bord de la route par Moïse en venant sur les lieux.
Après une série d’explication, concernant l’histoire de la grotte mais aussi la traversée qu’ils vont réaliser, les 6 spéléos s’engoufrent sous terre. Il faut savoir que la taille du réseau est très important, il est comparable au Souffleur de Beauregard en région liégeoise.
L’aventure commence par l’impressionnante descente dans le puits Roger, ensuite les spéléos se dirigent vers le « niveau inférieur » de la cavité, en traversant le Laminoir, la Salle SSN 72, la Salle du Murmure, la Galerie Zig Zag, pour atteindre le Pas-de-la-Mort. La visite se poursuit en suivant la rivière pour atteindre l’impressionnante cascade qu’ils escaladeront. Par la suite, ils se retrouvent en opposition dans un passage à plus ou moins dix mètres au dessus de la rivière. Le parcours continue jusqu’à la Salle sableuse.
Vu l’heure qui tourne, les spéléos vont faire demi-tour, en parcourant cette fois les belles salles du « niveau supérieur » de la cavité. Depuis la Galerie SSN, Moïse fait passer le groupe par un passage très étroit, mais c’était sans compter qu’il aurait du mal à le franchir. Avec de la détermination et un couscous parié, il finira par passer.
Pour la suite, l’exploration se poursuit par la Salle des Cheminées, la Galerie des Macaronis, la Salles des Français, la Salle de la Cigogne, la Galerie noire, pour atteindre finalement la Salle des Radicelles. Dans cette salle se trouve la sortie, mais pour l’atteindre il faut encore grimper les échelons d’une échelle, à la façon d’une via ferrata. Là-haut, de « belles » copines à 6 pattes les attendent. Quentin n’hésite d’allieurs pas à faire le ménage, pour libérer le passage. Vers 16h, tout le monde est sorti.
(Merci à Moïse, Julien, Aurélie, Quentin et Lucas pour cette sortie.)
TPST : +/- 5H

Toute l’équipe s’est finalement retrouvée à la Maison de la Spéléo à Namur pour écouter les commentaires des moniteurs qui semblaient satisfaits du niveau de tous les participants et pour recevoir (ou pas !) son diplôme. Bon… à l’année prochaine !

Sylvain & Clem

Participants : Sylvain & Clémence