Rss

Archives for : Fédéral

Entrainement brevet A à la Basilique de Koekelberg

Arrivée sur place à 8h55. Ciel bien nuageux comme aux bonnes vieilles habitudes belges mais on ne se décourage pas ! Bien armé de nos bras reposés (ou pas, et oui, grimpeur aussi), on cherche un petit regroupement de gens bizarroïdes à casques qui seraient pendus au bout de cordes… Malheureusement, après 10 bonnes minutes de tourniquet autour de la basilique, aucun signe des hommes des cavernes. Nous décidons donc, Nicolas et moi-même de refaire le tour à pied depuis le panneau indiquant « spéléo »… après 5 minutes sous la bruine à essayer toutes les porte numérotées de la basilique, l’une d’elle s’ouvre ! Miracle ! c’est la porte numéro 7 (retenez bien pour les prochains ;D)… et nous entrons dans le ventre de la bête, bien chauffé.

Belle surprise en arrivant : il y a des cordes partout ! Des passages de nœuds, des déviations, des vires, des mains courantes, des parapluies, des fractios, des montées et descentes, même en étroitures, des oppositions… et même pour le ramping en hauteur : un sarcophage pendu au plafond (bah oui, on ne sait jamais ce qui peut nous arriver en grotte !)

Blague à part, nous débutons la séance à 9h30. Petit groupe de 10 personnes de clubs différents avec une bonne ambiance. Nous débutons par des rappels « qui font du bien » : d’abord monté et descente avec clé double ou complète sur le descendeur, passage de nœuds, fractio, parapluie, vire, étroiture en montée et descente, déviation, descente guidée jusqu’au sol ou en hauteur, échelle, oppositions… accompagnés de tout plein de petit conseils pratiques pour gagner en sécurité et parfois pour aller plus vite aussi. Nos entraineurs seront aussi de la partie dans le jury donc autant bien les écouter !

Pause de midi de 12h à 13h, puis de nouveau on grimpe sur corde. Cette fois ci, petite difficulté supplémentaire, on a un kit avec une corde à l’intérieur. Pour cela on apprend aussi à la ranger correctement à l’intérieur du kit. On doit effectuer un parcours d’environ 1h30-2h en finissant par un puit de 30m. Finalement, la séance se termine avec l’apprentissage des nœuds de base : nœud de huit simple et double, nœud de chaise simple et double (ce dernier n’étant utilisé qu’en amarrage simple), nœud de mickey, nœud de fusion, nœud de vire, nœud de raccord de corde. A 16h-16h30 nous avons terminé et après la démonstration de quelques exercice physique à faire tous les jours pour gagner en puissance, nous rentrons sur Liège bien fatigué mais avec un bon début de formation !

Claire et Nico

JSS 2016: 20 ans fêtés dignement!

Les journées de spéléologie scientifique 2016 à Han-sur-Lesse et Dinant: Un anniversaire fêté dignement!

Une fois de plus les journées de spéléo scientifique ont rassemblé un grand nombre de spéléos, chercheurs, curieux et passionnés autour de différentes thématiques touchant de près ou de loin aux aspects scientifiques du milieu sous-terrain. Et pour cause, cette année c’était la 20ème édition. Année anniversaire oblige, les organisateurs ont prévu une journée supplémentaire aux deux journées « traditionnelles ». Nous étions plus ou moins 120 participants répartis sur les 3 jours.

La journée complémentaire du vendredi débute avec la conférence consacrée à la datation inédite des aménagements néandertaliens de la grotte de Bruniquel en France. Guidés par Jacques Jaubert et Sophie Verheyden, tout deux à l’origine de cette étude publiée dans la célèbre revue « Nature », nous avons été transportés dans leurs recherches de ce qui est peut-être la plus vieille construction humaine au monde. Une bonne partie de notre histoire est donc bien écrite dans nos cavernes. Une part de mystère reste encore à élucider sur ces étonnantes constructions, rendez-vous aux prochaines éditions, pour reparler de cette étude pleine de nouvelles perspectives!
La suite de la journée se déroule dans le Domaine des Grottes de Han, plus précisément à la découverte du massif de Boine. Embarqués dans un camion touristique, nous avons le privilège d’écouter les commentaires d’Yves Quinif qui nous présente les nombreux phénomènes karstiques. Nous nous attardons aux divers points de vue et au Gouffre de Belvaux présent dans le domaine. La visite en surface prend fin à l’entrée touristique des Grottes de Han. Vous l’aurez compris, la suite de la visite s’effectuera sous terre.
Dans la grotte, en plus de contempler les magnifiques concrétions, notre guide nous parle des différentes études effectuées ou qui sont toujours en cours. Dans la Salle Vigneron, il nous interpelle notamment sur la richesse que représentent les sédiments déposés par la rivière il y a des siècles. Dans la Salle du Trophée, c’est au tour de Sophie Verheyden de nous présenter l’étude qu’elle a mené sur la stalagmite Proserpine de la Salle du Dôme. Cette étude a non seulement permis d’en savoir plus sur le climat qui à régné dans la salle, mais elle a aussi pu déterminer l’âge de sa formation.
A la suite de notre visite et pour clôturer cette journée d’anniversaire, un drink nous a été offert dans le cadre magique de la Salle d’Armes. Ce n’est pas tout les jours que l’on prend l’apéro dans un tel endroit. Ce fut une agréable expérience! La soirée c’est ensuite terminée au Pavillon des grottes  autour d’un banquet.

La journée du samedi est consacrée aux diverses conférences. Celles-ci reprennent des sujets bien divers, mais toujours dans le thème de la spéléo et de la karstologie.
Le matin, après le mot de bienvenue des organisateurs, nous pouvons écouter respectivement :
-Amaël Poulain, nous parler du traçage au Fluo-G;
-Loraine Dewaide, qui, dans la poursuite de ses recherches, tente de comprendre grâce à une maquette, le système hydrodynamique  de la Lesse souterraine de Furfooz;
-Yves Quinif, qui étudie les dépôts présents  dans la grotte du Pont d’Arcole à Hastière, afin de comprendre la chronologie de ce remplissage;
-Carole Nehme et Jérémy Flament , qui nous expliquent leur étude sur le microclimat qui règne dans la salle du Dôme des grottes de Han;
-Stéphane Jaillet, pour terminer la matinée, qui nous présente l’avenir, on l’espère, de la topographie et cartographie des grottes avec l’apport des technologies 3D.
Après un repas bien mérité, il est temps pour ceux qui le souhaitent d’assister à la présentation de différents posters.  Dans l’un, nous pouvons apprécier des cartes postales anciennes qui ont immortalisé les grottes de han. Dans un autre, nous voyons la doline du « trou-madame », détaillée en 3D grâce à une méthode géoélectrique. Dans un troisième, nous saisissons la philosophie moléculaire et systématique des Niphargids d’Europe centrales et occidentales. Dans une quatrième, nous nous intéressons à l’étude et visualisons en 3D par photogrammétrie la salle du Val d’Enfer de la grotte de Lorette à Rochefort, prise depuis un drone. Puis, dans un cinquième, nous venons sur le problème de CO2 rencontré récemment dans la grotte de la Laide Fosse de Rochefort. Ce phénomène reste toujours inexpliqué.
Vers  13h45, il est l’heure de commencer un deuxième marathon de communication. Nous assistons aux présentations respectives de :
-Élise Kazmierczak, supervisée par le « Maître Jaillet », qui analyse structuralement le modèle 3D de la Salle du Dôme
-Georges Michel  qui nous parle de l’origine, de la cause, des conséquences et des solutions du chantoir surprise apparu à La Reid.
-Jean Godissart, qui, avec l’exemple de la grotte de la Fontaine de Rivîre, interprète la genèse des grottes dans les karsts barrés du Bassin de Dinant.
-Mohammed Allan, qui étudie la pollution atmosphérique enregistrée dans les stalagmites de Han-sur-Lesse.
Vers 15h45, une troisième session de communications a lieu avec :
– Arnaud Watlet qui cherche à découvrir une cavité cachée dans la grotte de Rochefort, à l’aide des anomalies de pesanteur produites par les inondations souterraines.
-Joël Rodet, qui nous parle de l’occurrence de bandes et anneaux de Liesegang, puis de leurs significations dans la Karstogenèse.
-Didier Cailhot, qui étudie l’évolution géomorphologique d’un site archéologique du Paléolithique en bordure de la Dordonne.
-Thomas Lecocq et Koen Vannoten, qui ont réalisé une expérience géophysique dans le réseau Sud des grottes de Han et qui souhaiterait la reproduire dans la grotte de Bruniquel.
Au total, nous avons assisté à pas moins de 13 conférences, qui reprenaient des sujets biens divers, de la spéléo d’exploration à la science « dure ». La journée se clôture par la présentation de l’excursion du lendemain et le traditionnel mot de la fin de Camille Ek. La soirée quant à elle s’est terminée au « gîte d’étape » de Han ou de nombreux participants ont encore pu échanger leurs études ou leurs travaux.

Le dimanche est consacré à une visite sur terrain. Cette année, c’est à Dinant que les organisateurs nous donnent rendez-vous avec pour thème de visite « Le karst urbain ». La ville située dans la vallée de la Meuse recèle de nombreux phénomènes karstiques dans son périmètre urbain.  Dans le cadre de l’excursion, nous nous concentrons sur les deux grottes touristiques de la Cité mosane.
La journée débute par la grotte La Merveilleuse. Vu le grand nombre de participants, un « troupeau d’au moins 70 têtes », nous nous divisons en 2 groupes, guidés par Camille Ek et par des membres du club spéléo « SC La Corde » de Dinant (Joël Hosselet et Jean-Benoit Schram). Découverte en 1904, suite à la création d’une tranchée pour le chemin de fer, la grotte va avoir toute une histoire pour la ville. En plus d’être touristique, elle va notamment servir comme grotte refuge, lors des deux conflits mondiaux. Nous avons le privilège de nous rendre dans des salles normalement fermées au public. La présence de cailloux roulés dans une galerie supérieure attire notre attention. À la sortie, Jean Godissart nous donne des explications sur les circulations d’air dans la grotte, les taux de CO2 et leur cyclicité.
L’après-midi, nous avons rendez-vous au centre de Dinant, le long du fleuve pour l’explication de différents phénomènes karstiques. Nous partons ensuite à la découverte de la grotte de Montfat. Cette cavité autrefois touristique est aujourd’hui totalement à l’abandon.
Nous commençons la visite par la partie de la grotte dite « karstique » . Cette partie témoigne de l’évolution de la Meuse depuis plus de 400 000 ans, grâce à la datation des spéléothèmes. Elle présente également de belles morphologies de galeries phréatiques sans doute creusées par une paléo-Meuse avant son incision Quaternaire. Dans cette partie, nous contemplons d’étonnantes concrétions en béton faussement authentiques, très à la mode à une certaine époque, nous ne serons pas dupes.
La visite se poursuit par la partie dite « militaire » de la grotte. Dès le XIIIe siècle, celle-ci est utilisée par la ville pour des raisons défensives. Elle permettait aux gardiens de relier le haut de la ville à la tour des Bourgeois. Beaucoup de vestiges sont présents, mais sont malheureusement négligés. Au sommet de la grotte, nous pourrons contempler de magnifiques points de vue également non entretenus. C’est là, avant une descente vertigineuse le long de la falaise, que se termineront les journées scientifiques 2016.

Une fois de plus ces journées furent riches en découvertes et en rencontres. Un grand merci au comité organisateur et aux différents participants qui ont fait de ces trois journées un réel succès. Pour ma part, je vous donne rendez-vous à l’année prochaine.

Sylvain Jacoby du RCAE.

Participants : Alex, Sylvain, François pour les 3 jours ; Charlotte, Déborah DF et Oli pour le vendredi uniquement

Passons nos brevets!

Dans le cadre des formations proposé par l’UBS, certains membres de notre club décident de passer des brevets pour confirmer leur niveaux.

Brevet B (apéritif)

– C’est un peu la course ce samedi 24 septembre 2016 au petit matin vu que je me rends compte à 6h50 dans le tunnel sous Cointe que mon GPS a la stupide idée de m’envoyer vers ma destination précédente. Changement de cap pour finalement arriver en retard à 8h30 sur le site de la Carrière de Villers-Le-Gambon. Les 6 autres candidats au Brevet B sont en train de préparer leur matos. Les instructeurs me donnent les voies que je vais devoir équiper: 30, 31, 32 et j’essaie de rattraper le temps perdu pour préparer mon kit. Sous les yeux attentifs des cadres chacun se lance sur les voies. Il n’est pas toujours simple de trouver le début ni même la suite des parcours surtout que pour être honnête je ne suis venu qu’une seule fois sur ce parcours. Sur la voie 30 après un premier double amarrage , j’utilise un amarrage en trop puis je zappe une dev et une fois en bout de corde à 4-5m du sol je me rend compte qu’il y’a peut-être un soucis. Je remonte et après plusieurs conseils je rectifie plusieurs fois l’équipement. La corde est bien assez longue au final! J’embraye avec la voie 31 qui sera plus une aide à la remontée en auto assurance. Je perds un peu de temps à me demander si ces vieilles broches sont les meilleures points d’attache. La voie finit dans les ronces et la jungle. Il est 11h35 et on me fait remarquer qu’il me reste la voie la plus difficile à équiper: la 32. Après avoir fait plusieurs allers-retours pour chercher une sangle et prendre une corde supplémentaire pour être sur, je commence mon double amarrage sur 2 arbres avec une sangle. La suite sera principalement composée d’une longue vire aérienne qui finira sur le Big Surplomb. Les Brevets A sont déjà bien arrivés et peu après on nous débriefe. « Il y’a encore du boulot pour tout le monde »,  on reçoit des conseils, remarques plus ou moins individualisés et sur les 7 candidats, 2 seront « disqualifiés ». La suite dans le Doubs en novembre !

Vinnie

Brevet A

-Samedi matin, levé tranquille, mes parents me conduisent à la carrière de Villers-le-Gambon. Mille fois plus stressés que moi, ils prévoient de me conduire là bas pour 10h avec une marge d’une heure, ce qui fait que j’arrive sur le site à 9h, alors que le RDV est a 11h et qu’au final on démarre à 13h… Me voyant m’ennuyer, 2 enfants plein de vie décident de m’adopter ce qui fait de moi leur baby-sitter pour 3-4heures. L’équipement enfin fini par les brevets B, nous avons le droit aux consignes, vérification du matos et petit test de nœud. Je commence en tête de mon groupe par la voie 13, galère un peu pour l’énorme parapluie, trouve une solution de dernière minute pour la vire accompagnée du câble, ne fais pas l’échelle de 27m et fini par distancer mon groupe, pour finir la première, en +- 4heure, suivit de près par Arthur et Ludovic, des jeunes du club de la basilique de Koekelberg. Petit déséquipement d’une voie et puis souper! Le premier débriefing se fait tard, donc on attend jusqu’à minuit pour avoir notre petit commentaire. Soulagée mais fatiguée, je vais dormir mais passe une nuit à grelotter.

-Dimanche 25 septembre 2016
Réveil dur à 6h (j’avais trop froid!), petit dej suvi de l’enquitage d’un kit pour chacun, pour partir en direction de la grotte d’Haquin. Nous sommes séparés par petits groupes de 2-3 avec une topo marquée d’un chemin. Je me retrouve avec Ludovic, tous les 2 n’avions jamais fais la grotte et la topo n’est pas notre point fort! Après un quart d’heure pour trouver le bon chemin, on fini par rentrer en même temps que le groupe derrière nous, et arrivons à nous perdre dans la première demi heure! Redirigés par les animateurs, dispersés aux quatre coins de la grotte, on finit par s’y retrouver, et on se rend compte que nous sommes les derniers… Malgré notre exceptionnel sens de l’orientation, nous finissons par rattraper les autres groupes et progressons sans trop se perdre. Nous sortons soulagés de revoir le jour, mais aussi très content de cette expérience, qui malgré l’apparence n’a pas été si désastreuse que ça! On se donne rdv à Namur, où ils refont un débriefing et finissent par nous donner les résultats. La grande majorité a réussi, nous avons tous le droit à un petit commentaire, le miens étant « Continue comme ça, on est content de toi mais prend l’habitude de lire une topo! » tout le monde se dit au revoir, je rentre chez moi, très contente du weekend et des rencontres, tout en espérant les recroiser un de ces jours! 😉

Merci à Vinnie, Maud, Gil et tous les autres qui ont équipé la carrière, surtout toi Vinnie, parce que tu as équipé un passage très chiant, qui était très bien adapté à ma petite taille 😉

Solenn

La cochonne de Senzeille

En ce début d’été, la der du trio des parcours techniques (de cette année scolaire) se déroule dans les carrières de Beauchateau à Senzeille.

Avec un planning fort chargé, les membres du RCAE ne répondent pas vraiment présents pour faire l’immense parapluie situé au dessus du lac. Heureusement, une autre facette du parcours s’offre à nous. Contacté par le club organisateur, le GSCT, c’est à grand coup de renfort féminin qu’Olivier débarque dès le jeudi soir pour aider à l’équipement. Après avoir affronté la tempête, les erreurs d’itinéraires, la mauvaise communication entre les voitures, le risque d’embourbement, les branches d’arbres qui volent, les mauvaises indications, les chutes dans les flaques, les hommes en peignoir et le manque de réseau, on s’enfonce pendant plus d’une heure dans la foret à la recherche d’un souvenir de photo! Après avoir tenté d’appeler la moitié des spéléos belges, Arnaud Le Brave nous répond et tente de nous géo-localiser! Heureusement, Olivier arrive à notre secours ! Cédric du GSCT est le seul présent sur les lieux, les autres étant ralentis par la tempête (et bin non, je n’exagérais pas !). On se retrouve enfin tous et faisons connaissance autour de la star du weekend, la Cochonne….une bière spéciale, pour les non-habitués !DSCF6515

Grasse matinée oblige, on se lève vers 7h30. On prend connaissance de l’organisation d’un tel évènement et tout est drôlement bien ficelé. Clem, Caro et Solenn équiperont le début du parcourt débutant. La main courante qui mènera au futur pont de singe compliquera la vie des filles ! Pas très loin, Oli suit Charlotte qui se fait pousser des ailes pour atteindre les spits ! On est toutes super fières de nous, équiper sur une surface lisse n’est pas chose mince à faire. Mais arrivées au sol, à la vue du reste du parcours, on se dit que nous avons ajouté qu’une petite pierre à l’édifice.

Après la pause déjeuner, chacun retourne à sa tâche. Oli guidera Solenn et Caro sur la face centrale, tandis que Charlotte suivra Thomas du GSCT dans la mise en place du pont de singe, sous le regard minutieux de Clem qui nous empêchera de nous emmêler ! L’équipement de ce dernier ne plait pas aux adultes qui le corrigeront par la suite. En fin de journée, les chapiteaux ont poussés comme des champignons, le radeau est à l’eau et les maîtres des lieux tendent les derniers rappels guidés ; ça y est le parcours est prêt… pile pour les premiers motivés ! Et évidement, ce sont les copains ! On passe la soirée avec Laurence, Julien, Martin… tous réunis autour de leur première et notre dernière cochonne ! DSCF0172

On remercie tous les membres du GSCT, les grands comme les petits, pour leur accueil, leur bonne humeur, leur motivation, les photos et les super t-shirt !

Charlotte

Après avoir attendu que le réveil finisse par fonctionner, Nico et Amaury se sont mis en route ce dimanche matin pour Senzeille. Ils ont donc suivi les conseils avisés d’Olivier et ont débuté par le parcours « soft » avant d’entamer le parcours général. Ce premier parcours permettait de faire de bons rappels techniques et notamment, de traverser les parois en utilisant un pont de singe. Celui-ci donnait d’ailleurs du fil à retordre car il avait été un peu détendu de la veille. Après avoir réitéré le parcours et s’être laissés tentés par les tyroliennes, ils ont voulu commencer le parcours général sauf que la météo n’était pas des meilleures. La journée a donc été terminée assez rapidement mais avec une dégustation de bière brassée à la vapeur.

Nico

Participants: Olivier, Caro, Clem, Solenn, Charlotte, Amaury et Nico

Photos: Gerry et Charlotte

Villers fait la pluie et le beau temps !

C’est bien connu, Villers a un micro-climat !
Peu, mais très motivés, de membres du club ont fait face aux changements soudain de temps… et oui, rien ne nous arrête !

Olivier -et ses mini-lui-, Sylvain -qui souhaite nous quitter vers 17h-, Amaury et Charlotte se retrouvèrent le samedi après-midi dans ce lieu atypique où les parapluies fricotent avec les pendules ! Les plus jeunes profiteront de la Com-J, les plus vaillants des différents parcours, en compagnie de Maud et Carl de l’ULS, sous un soleil de plomb ! On progresse en fonction du niveau de chacun mais surtout en fonction de l’ombre ! Sous cette chaleur écrasante, l’hydratation est indispensable et sera maintenue jusqu’à 21h pour un départ des troupes, Sylvain compris. Retour le dimanche matin pour Charlotte et Sylvain. Oui, il est encore là, mais « je prend un café et je m’en vais ». Quand à Charlotte, elle suivra Jacques Delmotte et sa Commission Canyon pour la tant attendue 4eème journée de formation au canyoning où nous mettrons en exécution nos connaissances apprises lors des dernières séances. Mais cette fois-ci, il pleut des cordes ! Sur cette paroi glissante, on débraille les copains, on se prend la tête sur un nœud de chaise et on prend en main nos descendeurs 8. On fait notre pause déjeuner avec Sylvain « qui ne va pas traîner, j’ai plein de trucs à faire cet après midi » ! Les pains saucisses réchauffent le cœur mais le barbecue ne fait pas grand chose à nos âmes trempées. On repart sur le parcours avec le sourire humide. Après la énième blague vaseuse des spectateurs sur le fait qu’on aurait du mettre nos néoprènes, la formation prend fin vers 17h… où Charlotte retrouva Sylvain resté tout l’après-midi ! En effet, il s’est attardé auprès de Frits et Boulon qui testaient, ou plutôt torturaient, du matos spéléo. D’abord soumis à la traction, ils ont pu voir à l’aide du dynamomètre de Frits, la résistance à la rupture de cordes, longes, mousquetons… Ensuite, ils sont passés au test de résistance à la chute aidés d’un poids de 60 kg. Tout ceci a permis de rassurer  Sylvain, quant à la solidité du matos. Eh oui, contrairement à ce qu’il pensait le matos spéléo, c’est du solide !

On trinque avec quelques copains, Jacques apprend le nœud de bouche à Charlotte et nos voitures sont bloquées par le camion qui charge les frigos ! Départ 18h30, Charlotte….et Sylvain auront fait la fermeture !
Pas si influençable que ça, notre ami Sylvain nous prouve, qu’à Villers, en tout temps, il y fait bon vivre.

Charlotte

Participants: Olivier, Sylvain, Amaury et Charlotte

Bouchon à Barchon !

Le parcours de Barchon c’est un peu comme le nouvel an pour les spéléo : il revient tous les ans à la même période, il fait froid, c’est une grosse fête, il y a un dress-code, on mange de la fondue ou des boulets et ya tous les copains.

Beaucoup de la troupe du RCAE répondent présent ce vendredi soir, pour le parcours J et sa traditionnelle fondue. Seuls Vinnie et Solenn auront le courage de faire de vrais parcours. Puis, tradition oblige, nous nous retrouvons tous dans le fils d’Ariane, pour un parcours bruyant, parsemé d’embûches, tandis que nos papa Olivier et Alex nous attendent patiemment à table. La partie un peu moins active de la nuit commença vers 4h dans des locaux réservés via Air bnb.

Samedi matin, le réveil fut donné par la légendaire délicatesse et diplomatie des Sans Ciels. Après s’être fait délogés à 9h du mat, on erre à la buvette, les yeux encore piquants, espérant que le café de la cheftènne agira vite; la journée va être longue ! La motivation arrive enfin sur les coups de 11h où la ComJ enrôle Benja, Solenn, Caro, Sylvain et Maud pour un jeu de piste dans le fort. Les compères seront séparés en 3 équipes pour faire le parcours A et C, à la recherche des indices planqués par Julien. Charlotte les rejoindra en cours de parcours.
S’enchaînent alors, ponts de singe, ramping, vires, étroitures sévères, ramping, toboggan, puits du chef, bateau pneumatique, ramping…
Certains auront le temps de faire 2 parcours tandis que d’autres galéreront à en faire 1 à cause des bouchons à Barchon.
DSCF6386Après regroupement, à la vue de l’attente pour le parcours A, nous décidons de faire le B. Après l’étroiture d’entrée où Sylvain s’est rendu compte qu’il avait grossi depuis l’année dernière, on joue les évadés dans le long tunnel qui nous amène au milieu des prés. Pas de chance, il y a un bouchon au puits de sortie ! Quatre petits malins n’ont rien trouvé de mieux que faire le parcours avec un seul équipement pour tous ! Pratique ! Après séances photos, câlin collectif, asphyxie, morpions et art moderne, on sort enfin sous une pluie d’herbe fraîchement coupée par les copains ! Possédée par l’esprit militaire du fort, la troupe s’essaie au camouflage dans l’herbe avant de réaliser que ce n’est pas son point Fort. Populaire oblige, ce bâtiment grouille de monde et nous voyons de loin que la tour d’air est déjà bien occupée. On décide donc de faire le parcours Aérien. Maud prend la main de Charlotte pour passer le pont de singe et Solenn s’ouvre la lèvre en faisant le saut de l’ange dans le filet occupé par Caro… rien de très inhabituel !
Moins motivés que la veille, vers 17h il ne restera que 2 vaillants du RCAE ! Sylvain et Charlotte suivi de Lorenzo (GSESM) se dirigent vers la tour d’aération où Sylvain fit les parapluies avec une fluidité et une rigueur incroyable ! Charlotte galère en essayant le descendeur stop, beaucoup de nœud en résulte ! On aide un jeune homme en difficulté avant de descendre enfin les escaliers internes pour retrouver le tunnel qui nous ramènera au fort. Mais surprise du Chef, il est inondé ! L’eau qui arrive jusqu’aux genoux démotive Charlotte qui se fait porter par Sylvain sur environ 30m (Victoire !) C’est à ce moment là qu’une rencontre fortuite se produit : là, les pieds dans l’eau, filmant un joyeux bordel, Pascal, qui n’est ni plus ni moins que le président du club que nous accompagnons cet été pour un camps explo ! La soirée se continue en mode inter-club, en compagnie de Julien, Aurélie, Martin, Vincent, Greg et se termine à 3h par un petit parcours E !

La fin du weekend se fait sentir, le dimanche est digne d’un 1er janvier; on repartira frigorifié, fatigué, ravi. On rajoute nos rencontres sur Facebook, on a de nouvelles idées de matos ou de sorties. Plus tard, on changera nos longes abîmées par le béton. Une nouvelle année peut alors commencer.

Un beau nœud est un bon nœud !

Manière de faire simple, le week-end de Pâques qui s’annonçait était une sorte de melting pot entre un stage Monitorat Éducateur ADEPS, une formation Brevet B et enfin une bonne initiation ou perfectionnement à l’équipement. Après avoir savamment distillé les désirs, disponibilités et véhicules de chacun, plusieurs salves de RCAEistes-mais-pas-que allaient déferler sur le refuge spéléo de Montrond-le-Château !

Vendredi 25 avril 2016 :

Départ des troupes composées de Arnaud Dolmen, Arnaud S., Solenn, Vinnie et Olivier pour d’abord une pause à Martelange puis un arrêt frites à Arlon. Sylvain nous rejoint et Vinnie, Arnaud Dohmen transfèrent leur effets dans son carrosse. Arrivée des 2 voitures RCAE à Montrond-le-Château à 1h alors que pas mal de lits sont déjà occupés.

Samedi 26 avril 2016 :

On attaque le stage de bonne heure et de bonne humeur par un cours théorique orienté Brevet B donné par Pierre Cartry. Olivier quant à lui « s’occupe » des candidats Moniteurs Sportifs Éducateurs en Spéléologie (bigre !) en les faisant plancher d’abord sur le matériel particulier (principalement  : progression en cavités aquatiques, progression en milieu montagnard et bivouac souterrain) puis sur les aspects administratifs et juridiques de l’accès aux cavités ainsi que les différents statuts de protection du milieu souterrain en Belgique et pays circonvoisins (bref, ça envoie du lourd !). On profite de la pause de midi pour réviser ses nœuds et faire bronzette, que Sylvain, Solenn et les 2 Arnaud prolongeront l’après-midi grâce au cours de lecture de carte et d’orientation proposé par Olivier. Une équipe se rendra aux Ordons, une autre aux Cavottes. Vinnie sera plus tenté par une après-midi souterraine avec Martin, Maud et Thomas. Ces derniers malgré le beau temps vont s’enterrer au Gouffre du Brizon. Sur place Vinnie commence à équiper un R4, s’emberlificote un peu avec le kit, puis équipe un P8 et doit faire un passage de noeud à 1m du sol… Après petit boyau, Maud continue l’équipement par un P20, un P 33. Thomas finira avec quelques ressauts et un P19. Il est temps de faire demi-tour, Thomas et Vinnie déséquipent la grotte.

TPST : 4h30.

Au soir, on savoure les fameuses pâtes-bolo de Benoit et certains, épuisés de leur folle journée, se coucheront à 21h (Solenn pour ne citer personne !)
Pierre donne le programme pour le lendemain ainsi que les différentes équipes et cavités. On se retrouve tous dehors pour préparer nos kits à l’aide des topos et de nos moniteurs assignés.
Caro et Charlotte débarquent vers 20h et sont surprises de découvrir le régime spartiate et la (non-) folle ambiance qui y règne ! C’est qu’on se cacherait presque pour boire une bière après minuit de peur de se faire disputer par papas !

Dimanche 27 mars 2016 :

Après une trop courte nuit (changement d’heure oblige), le petit déjeuner est servi à 7h30 pour un départ prévu à 8h30 tapante et dans les voitures !

– Arnaud, Sylvain et Caro prennent la route pour la grotte Biefs Bousset. A l’entrée, Caro se rend compte qu’elle a oublié ses chaussures ! Elle utilisera une paire prêté par Sylvain. Celui-ci équipe 2 cordes tandis que Caro et Thibaut ont une discussion passionnée sur la physique quantique (rien que ça !). Par la suite, Caro équipera une série de ressauts d’environ 10m avec une corde. La cavité se finit par un long méandre sportif et étroit où l’on entendra Thibaut râler !

Participants: Caro, Sylvain, Arnaud S, Martin (ESB) et Thibaut (ULS)

TPST : 8h

– Vinnie, Gilles, Pierre C et Arnaud Dohmen se rendent à Trépot non pas pour s’adonner au strip poker mais bien au strip spéléo sous la pluie près de l’entrée de la Cheneau. Vinnie commence l’équipement par des amarrages naturels puis cherche pas mal des spits potables sur l’arrête rocheuse. Ce n’est pas chose facile : certains sont remplis de boue, tandis que d’autres se trouvent sur un bout de roche bien fissuré. Il finit par trouver quelque chose de safe et descend dans la doline. Un choix de corde trop courte l’obligera à faire, une fois n’est pas coutume, un passage de nœud pour atteindre le fond. Après une petite recherche, ils s’engagent dans la Cheneau II. La suite : un long méandre ultra lissé par les nombreux passages et constellés de spits. A 2 endroits, il installe 2 cordes qui seront bien utiles à la remontée. La fin du méandre se rétrécit et donne sur un P18.En bas de celui ci et sur une petite margelle, Gilles reprendra l’équipement: P24. Dans une petite salle, on mange un sandwiche puis Gilles continue par un P31 fractionné. Une fois en bas, on fait demi-tour et Vinnie déséquipe. La dernière sortie de puits n’est pas facile ainsi que certains passages en oppo dans le long méandre. Il fait encore clair quand on ressort.

Participants : Vinnie, Pierre C (ULS), Arnaud Dohmen (CRSL) et Gilles (GSESM)

TPST : 10h

DSCF6208– Charlotte et Olivier iront à la conquête du célèbre Gouffre de Vauvougier. Peut-être l’équipe la plus boulet car Maud a oublié sa combi au gîte, personne n’avaient de montre et l’organisation pour le placement des bouteilles d’eau dans la cavité laisse à désirer ! Thomas équipe l’impressionnant puits d’entrée de 45m composé d’une vire et de 2 fractio. Maud prendra la relève pour 2 puits suivi de Charlotte. Thomas termine l’équipement par un puits de 10m. On n’ira pas jusqu’au bout du programme car il faut penser à remonter. Avec Vincent en superviseur, on perfectionne nos nœuds de papillon, nœuds de chaise et nœuds suivis ! Puis, en sadique qu’il est, il nous apprend quelques techniques de réchappe …au moins on se rappellera de ce nœud Machard !

Participants : Charlotte, Olivier, Vincent (GSESM), Maud (ULS) et Thomas (GSCT)

TPST : 12h

– Tout le monde respecte l’horaire de départ sauf le groupe de Fred, Géry et Solenn avec plus d’une heure de retard au grand dam de cette dernière qui aurait pu la passer dans son lit ! Enfin arrivés à la Beaume des Crêtes, Solenn équipe 2 puits. Au bout d’un an et demi, notre chère et tendre gamine s’est enfin décidé à investir dans des chaussons néoprène. Chaussons très pratiques qu’elle n’utilisera pas car elle a oublié de couper l’étiquette qui les reliait ensemble préalablement !

Participants : Solenn, Fred (GS La Cordée) et Gerry (GSCT)

TPST : 6h

De retour au gîte, on a à peine le temps de décharger le matos, faire un brin de toilette et manger du bœuf (ou seitan) bourguignon accompagné de patates et de soupe aux pois, que Pierre nous désigne les grottes et les groupes du lendemain. Une fois encore, à la lueur des frontale on prépare dans un joyeux bordel les kits et rares sont ceux qui se couchent tard.

Lundi 28 mars 2016 :

« Le jour avant avant la veille, comme le jour d’avant quoi » (Sylvain)
Après un réveil et petit dèj’ quasi militaire, on s’est séparé en plusieurs groupes pour explorer différentes cavités.

– Sylvain, accompagné de Vincent, Martin, Thibaut et Barbara se sont rendus à la Cheneau II. À 100m de l’entrée de la grotte, Sylvain se rend compte qu’il n’a pas ses bottes. Vincent, conduisant la voiture, exécute un 6ème tour d’un rond-point pour rentrer au gite. Vincent étant taquin, rappela tous les jours et toutes les heures à Sylvain s’il avait ses bottes. Quoi qu’il en soit, Thibaut équipa (enfin) le puits d’entrée et Sylvain a équipé la fin du méandre et un puits « impressionnant ! » à l’aide de « splites » (si si il l’a dit comme ça, c’est pas une faute de frappe).

– Solenn, Arnaud, Delphine, Vinnie et Pierre ont visité les Essarlottes. Ils ont cherché pendant 1h l’entrée de la grotte sans succès. Après la quête d’informations auprès des autochtones (nonagénaire qui plus est) au résultat plus que mitigé, l’entrée du gouffre est enfin découverte au-delà d’une jeune et -donc- récente sapinière. Delphine équipe les trois premiers puits. Vinnie prend le relais dans les grands puits avec un équipement léger et parfois tâtonnant. Depuis la bat-cave, Solenn se lance dans l’équipement de deux puits et d’une escalade jusqu’au collecteur qui est à l’étiage. En promenade vers l’aval, Solenn et Arnaud s’essayent à la contrebande de cristaux et perdent le groupe qui continue la marche sportive d’une bonne heure jusqu’à une jolie cascade. À la suite d’une course éperdue à travers les galeries, ils le retrouvent en bas des puits des Essarlottes. Ils remontent tandis que Arnaud S déséquipe.

Participants : Vinnie, Solenn, Arnaud S, Delphine (ULS) et Pierre C (ULS)

TPST : 9h

– Caro et Charlotte seront avec Antoine pour faire la Beaume des Crêtes. Charlotte équipera le grand puits extérieur pas rassurée du tout pendant que Caro mourra littéralement de froid !

Participants : Charlotte, Caro et Antoine (ULS)

TPST : 7h

Retour au gîte et repas minestrone, bouillabaisse et gnocchis. Après une sérieuse délibération digne d’un conseil des prof, Pierre annoncera la conclusion du WE de formation à l’équipement avec des commentaires personnalisés. Ouf, il ne faut pas préparer les kits pour demain !

Mardi 29 mars 2016 :

La journée commence par le lavage du matos, à l’exception notable de Vincent et des deux Arnaud qui avaient « cours » et n’ont pas aidés. De plus, ils se voient servir le café et du Pontarlier (alors qu’ils discutaient justement de la consommation d’alcool au sein des clubs).
Durant la séance d’habillage, Sylvain ayant malencontreusement oublié ses bottes la veille, Solenn, sous les conseils avisés de Fred, a caché ses bottes à 3 reprises.DSCF6221
Enfin, les choses sérieuses ; nous nous sommes rendus aux Cavottes avec Fred, Vinnie, Sylvain et Solenn. Entrée à 14h pour une durée sous terre d’environ 6h. Sylvain a équipé la première main-courante, Solenn la deuxième (dont un nœud de chaise tricoté avec 15m de corde derrière). Solenn équipe également une troisième main-courante suivie d’un puits à l’aide d’un seul moustif ! Ensuite Sylvain a équipé un P20 avec une corde de 11m et, ayant un léger doute, a laissé Solenn expérimenter la chose … Arrivée au point critique elle a effectué une jonction de corde en plein puits. Les autres n’ont pas suivis et elle a dû remonter. Sylvain se vengeant de l’histoire des bottes lança de l’eau sur Solenn. En contre-revanche, Solenn contre-attaque avec de la boue sous l’œil las de Vinnie. Ensuite, Vinnie a déséquipé l’ensemble de la cavité. Une fois sortis, nous rentrons au gite à pied ! Solenn étant courte sur pattes, elle a dû suivre les autres en courant.
Le soir, nous avons mangés des restes… encore.
Oli, s’étant perdu lors de la préparation de l’activité de nuit des futurs moniteurs (course d’orientation), est rentré au gite à 21h. La dite activité a donc démarré avec 2h de retard. Pierre, Oli, Arnaud D, Arnaud S et Vincent sont donc parti vers 22h30 pour commencer la course à 23h à Hautepierre-Le-Chatelet. Nous tairons ici les détails, néanmoins ils sont rentrés avec trois blessés et une roue voilée.
Entre-temps, Nico et Amaury sont arrivés au gite pour retrouver Solenn, Sylvain, Vinnie et Fred. Après quelques parties de Président, Vinnie est parti dormir. Les autres ont poursuivis la soirée avec une partie de poker-cuillères qu’un témoin la qualifia «  d’endiââbléeee ».

Mercredi 30 mars 2016:

Pendant la journée, Solenn, Sylvain, Amaury, Nico et Oli ont été récupérer les balises du jeu de nuit. Cette activité a été ponctuée par une initiation au canyoning. Ceux-ci ont donc parcouru les Cascades de Syratu. Celles-ci consistent en une descente de 55m et deux autres descentes moyennes. En fin d’après-midi, Arnaud S rejoint le groupe aux Sources de la Loue car Pierre, Arnaud D, Vincent, Fred et Vinnie étaient lâchement rentrés en Belgique. Lors de la recherche des deux dernières balises, Oli, Nico et Amaury ont la surprise de voir Arnaud surgir de la grille de l’égout de la route. Lui, Solenn et Sylvain avaient, en effet, découvert la sortie de l’égout de l’autre côté. Solenn, étant sortie juste avant Sylvain, décide de relancer les hostilités de la veille.
Une fois rentrés au gite et ayant mangé les restes… encore, la soirée se poursuit par la rédaction de ce CR (l’est beau hein) (sauf pour le 31 qui ne l’est encore que potentiellement).

Jeudi 31 mars 2016:

Suivant les bons conseils de tonton Vinnie, nous avons donnés sèchement un grand coup de baguette magique sur le pain.
Un levé tardif suivi de courses diverses nous a conduit à déguster (enfin) du Comté et du Morbier au parking de la grotte Chauveroche aux alentours de l’heure glorieuse et peu matinale de 14h. Les néoprènes enfilées, nous avons entamés la marche d’approche qui se révéla ardue, d’autant plus à cause de l’équipement précédemment cité. Dès l’entrée, la cavité nous donne le ton avec un passage aquatique (très) boueux. Après 20 minutes de péripéties boueuses, nous voilà arrivé à « la Plage ». Nous nous engageons dans le réseau des petits gours à la recherche de fraîcheur et d’humidité. Au-delà de quelques voûtes mouillantes ne correspondant pas à la description du parcourt classique, nous décidons de retourner à « la Plage ». Après une courte pause, Arnaud trouve l’accès au cheminement initialement prévu. Le groupe se scinde alors : Arnaud, Nico, Sylvain et Amaury vont continuer la visite, tant dis qu’Oli et Solenn retournent aux voitures. Après une étroiture, le premier groupe trouve la longue suite de gours nécessitant de nager à fréquentes reprises. Après 25 min, ce groupe décide de faire demi-tour. Entretemps, Oli et Solenn arrivent aux voitures mais ne retrouvent pas la cache des clés. Ils ont donc été contraints d’attendre -sous la pluie et –de ce fait–sous couvrantes- le retour des autres.
Sur le chemin du retour nous nous sommes rendu compte que nous avions oubliés d’acheter des oignons pour la morbiflette prévue pour le soir. Cependant, l’absence de pommes de terre n’a été découverte qu’au moment de cuisiner. À remarquer que Sylvain, ô miracle, n’a pas fait preuve de son talent coutumier (dixit Solenn, plus ou moins). La soirée s’est poursuivie par une partie de poker-cuillère et de la « rédaction » de ce dernier morceau de CR.

Vendredi 1er avril 2016:

On nettoie le matos, on range le gite, on achète du fromage, la route va être longue jusqu’à notre cité ardente.

 

La barque était là!

En cette fin d’hiver, l’UBS présentait son Assemblée Générale à Wellin. C’est Sylvain et Charlotte qui y représenteront le club.
Cette édition ne fut pas trop agitée et se passa dans le calme. Une petite déception sur le fait qu’ils passent outre le non-respect du pourcentage de femme présente dans le conseil. Tant pis !

Cette AG durera toute la journée, entrecoupée d’un bon petit repas et de pauses shopping à SpéléRoc. C’est vers 16h15 que sonne le glas de la fin et fait se diriger les participants au bar pour une dernière choppe.

Certains rentreront chez eux, d’autres iront à la chorale, mais pour les plus jeunes (et les plus fun!), le weekend ne fait que commencer !

Après un rapide passage au gite de Han-sur-Lesse, 1915762_10153923331612347_1622793897240359595_nnous sortons du village pour explorer la mine d’Auffe, mais surtout pour y faire le repas du soir ! Jus d’orange et hot-dogs seront la récompense d’environ 140m d’oppo pour les plus courageux, ou de barbotage pour les moins frileux. Accompagnés de chauves-souris et de nombreuses grenouilles (y parait !), on s’arrête à mi-chemin de la galerie sur l’affaissement de la voûte qui scinde la rivière. La moutarde réchauffe. Retour vers 22h30 dans le froid.

Participants : Julien, Ari, Aurélie, Frits, Sylvain et Charlotte
TPST : env. 2h30

C’est vers 8h du matin que la joyeuse troupe se réveille, aidé par la luminosité de la chambre, les entrées intempestives des voisines et un vol d’oreiller ! Nous sommes rejoint au petit déjeuner par Jean-Paul et Benjamin-ou-Benoit (que l’on appellera Ben pour plus de facilité !), membres du SCAN.1001025_931644656943494_3102748293981045669_n

Ce matin, nous allons aux grottes de Han, pour nettoyer la salle du Dôme, la plus grande du réseau touristique. Plus une porcherie qu’une grotte : nous ramassons, à l’aide de gants et du vaccin contre le tétanos, bouts de papier, casquettes, boites de sardine, tétines de gosses, peignes, dossiers de siège, ancienne boite à fusible, briquets, torches… on aurait pu lancer le concours du truc ramassé le plus improbable !

A midi, on pique nique sur le parking (et non devant la grotte) et la moutarde est toujours aussi forte.
L’après-midi, Ari, qui représente la 7e génération de guide touristique de sa famille.  nous montre son sanctuaire. Parsemé de commentaires scientifiques et d’anecdotes personnelles, entrecoupé par les nombreuses questions pertinentes de Sylvain, nous  visitons une partie du réseau touristique de Han : la salle des Mystérieuses, la galerie Lannoy, la salle d’Armes, la salle du Dôme et la salle des Draperies. C’est dans cette dernière qu’il y a LA grosse surprise. En effet, cet après-midi, nous visitons le Réseau Sud. Hyper motivés et hyper impatients, on traverse chacun notre tour cette Lesse souterraine à l’aide d’une barque. Souvent en crue l’hiver, la salle Cornet n’a pas encore été visitée cette année et le sol sableux semble vierge de toutes impuretés. Au fond, se dresse fièrement le portail du Réseau Sud, commence alors le voyage féerique, avec ces galeries toutes concrétionnées, ces centaines d’excentriques, ces stalactites tantôt translucides tantôt rouge ferreux.

La rivière nous barre le chemin et il faut la contourner par un éboulis. Frits veut faire son malin et insiste pour la traverser en sautant ! N’ayant absolument aucune croyance en ses performances pour le saut en longueur, on le laisse faire, caméra au poing.

DSCF6182Nous remontons la rivière collés aux parois pour éviter de trop se mouiller. Nous arrivons dans la salle des Sinanthropes où nous cherchons notre chemin, une étroiture ascendante. Ari et Frits, celui-ci trempé de son exploit, essayent plusieurs passages mais renoncent à cause d’une trop grande instabilité. On hésite à continuer car dans les souvenirs de chacun, on ne remonte pas autant la rivière. Plus motivés que jamais, on se lance, entre oppo et baignade, et arrivons enfin à la salle du Corail où nous attend une corde à nœud qui nous aide à traverser puis à monter sur une paroi boueuse et glissante. Nous trouvons enfin ce passage qui nous emmène dans un autre monde, la salle de la Pentecôte. Mais voilà, il n’y a pas de mots assez forts pour décrire ce que nous voyons. Une salle immense remplie de concrétions. Les adjectifs se bousculent, notre souffle est coupé, on en revient pas. On reste un peu au milieu de ce paysage pour profiter du spectacle.

Les éclairages faiblissent, il faut penser à partir. Nous quittons ce lieu magique à contre-cœur en ayant conscience qu’on risque de ne jamais revenir.

Le retour fut rapide et on savoure une dernière fois la traversée en barque. On nettoie nos chaussures pour ne pas salir le béton de la zone touristique, ainsi que toute la combi (mouillé pour mouillé !) et on quitte la grotte sous l’inévitable coup de canon.

Participants: Julien, Ari, Aurélie, Frits, Jean-Paul, Ben, Sylvain et Charlotte
TPST: 8h08 (dont 3h le matin)

Les moins pressés clôtureront ce weekend chez Pompon.

Ce weekend fut froid, mouillé, intense. On ne s’est pas ennuyé. Alors peut-être qu’une belle concrétion ça se mérite, mais elle est encore plus belle quand on est bien accompagné.

La prochaine fois, on fait le Souffleur… faut-il encore trouver une date !

Charlotte

WE Com-J – Réseau de Fresnes

Samedi 27 février 2016

Pour lancer officiellement ses activités, la Com-J organisait un WE placé sous le signe de la convivialité et du fun autour de la spéléo (sic). C’est ainsi que Caro, Antoine, Sylvain et Vinnie se retrouvent au Château des Grottes de Floreffe à 16h.  Accueillis par Julien, Aurélie et Ari, ces derniers ne savent pas trop ce qui les attend. Un certain mystère flotte dans l’air quant aux activités du jour. Il est vaguement question d’une visite des égouts de Floreffe, d’une sortie semi-aquatique… Le groupe complété par Fred Courcelles et Thomas un (vrai) jeune de 14 ans (du club Les Sans Ciel) est emmené dans une petite clairière. Des jeux dignes d’un numéro de La Patrouille des Castors sont organisés par groupe de 2: équilibre sur branche, koala, mémoire de couleur, tir de corde, valse d’équilibre, canettes à faire tomber… Caro et Fred remportent le droit d’être excusé de vaisselle.

Vers 18h, la troupe regagne le gîte et prépare le souper: une tartiflette (qui se fera au Camembert et Maredsous). Peu a peu le groupe s’étoffe avec l’arrivée de Moise, Fritz du GRSC, Hans et son frère de Bruxelles. Pendant le repas, on se perd en conjectures et on ne sait pas à quelle sauce on va être mangé. Il est 21h quand tout le monde a revêtu son costume spéléo et brave le froid en direction d’une carrière proche. Après l’escalade de la grille d’entrée (ils ont les clés hein!), 2 groupes se forment car les cavités à voir sont modestes en taille. Moïse en maitre d’orchestre passionnant et passionné ouvre les portes de La Grotte de la Dolomie. C’est étroit, râpeux avec pas mal d’araignées, il y’a même une carcasse de renard proche de l’entrée. Comme son nom l’indique la grotte est faite de dolomie ce qui est assez peu courant pour être souligné. Contrairement aux grottes plus classiques, les couleurs des concrétionnements oscillent entre le gris, bleu, vert (parole d’un daltonien!). Vinnie ne passe pas l’étroiture du Chat mais tout le monde se retrouve après un petit bouclage et prend le chemin de la sortie. Le groupe numéro deux prend leur place tandis que le numéro 1 va seul dans la Grotte des Marlaires. Après une petite séance photo, on ressort de la carrière pour se rendre à la Grotte de Sprimont. Anciennement touristique cette grotte à l’atmosphère particulièrement sèche et tiède est joliment concrétionnée. Une descente en rappel dehors par une petite lucarne clos la visite. C’est alors que la surprise arrive: ceux qui en ont, enfilent leur néoprène et c’est parti pour un petit ramping dans l’eau souterraine d’un collecteur. Après quelques centaines de mètres de crapahut, on peut se tenir debout (ou presque pour les plus grands). Le spectacle est un peu monotone mais quel plaisir de cheminer dans ce souterrain artificiel. On ressort et chemine à l’air libre pendant un moment, l’eau à mi-cuisse à la stupéfaction de quelques urineurs proche de la buvette de foot du coin. L’apothéose sera la descente en rappel d’une cascade en pente douce qui se jette dans la Sambre qui n’a rien à envier sa sœur de Coo! Il est 2h, il gèle et le groupe ravi ne tarde pas à rejoindre le gîte. Caro et Antoine rentrent à Liège. Des restes de tartiflette nous requinquent un peu avant d’aller se coucher à 3h.

Dimanche 27 février 2016

 Après une courte nuit, Julien amène le petit dej: croissants, pains au chocolat. On est bien reçu! Le pic nic en poche on se rend à Lustin retrouver  le SSN. Une fois équipé la vingtaine de participants se divise en 2 groupes et guidé par des membres de la SSN on part visiter le Réseau de Fresnes. On ne manque pas de se recueillir à la mémoire de Jacques Simus. Notre groupe emprunte une entrée qui commence par une échelle puis une oppo, suivie d’un crapahut en pente douce. On rejoint un passage fortement noyé, on fait demi tour et remonte pour shunter le passage et retrouver l’autre groupe dans la Salle de la Cigogne. La suite est variée jusqu’à la Salle des Français. On mange un bout. Un peu plus loin on arrive dans la rivière puis on escalade une cascade. Presque tout le monde passe une étroiture coudée pour effectuer un petit bouclage. Désescalade de la cascade puis passage par un autre chemin que pour venir. On remonte une grosse pente glissante. Chacun sa méthode: oppo escalade, ou hissage à l’aide d’une corde. On retrouve l’autre côté de la voute mouillante du début. Certains hésitent à la passer. L’idée d’une petite apnée en milieu étroit et surtout la température extérieure feront renoncer les plus motivés. On revient un peu sur nos pas avant d’entamer la remontée d’un puits par des échelons en fixe. Une fois changés certains gambadent aux alentours en admirant le paysage. On remercie la SSN pour la visite et on revient au gîte à Floreffe. Aurélie a nettoyé et rangé tout le gîte ce qui nous met en joie. Merci encore à elle! Le WE se termine sympathiquement autour d’un verre dans une petite brasserie de Floreffe.

Participants: Caro, Antoine, (le samedi seulement), Sylvain et Vinnie (tout le WE)

TPST: 3h50

Vinnie

Y’avait plus de barquette!

En ce début d’année, une nouvelle commission de l’UBS prend son envol, la Commission Jeunes ou de son p’ti nom, ComJ. Combinée à SpéléoJ (cf. http://speleoj.be/index.php/accueil/qui), elle agrandit son champs d’action et s’adresse aux jeunes de moins de 35 ans. Oui, en spéléo, on reste jeune tard !

Son rôle ? Donner les outils nécessaires aux jeunes spéléo autonomes (qui font partie d’un club où les activités sont pauvres ou qui souhaiteraient en faire plus) pour organiser une sortie, un weekend, une expé, un truc fou…

Ce weekend, c’était le weekend de lancement de la commission. C’est à Han-sur-Lesse que 28 jeunes et moins jeunes se regroupèrent pour se familiariser au projet et aux nouveaux copains. Le mot d’ordre : du fun !
La moitié du temps est consacrée aux discutions sur sa mise en place et aux idées d’activités que la ComJ pourrait proposer. De sorties techniques aux grandes classiques en passant par des expés à l’étranger, le programme paraît chargé et vend du rêve. Surtout pour les clubs qui ne se diversifient pas. Les regards de Sylvain et Charlotte se croisent, un sourire s’invite, car dans son programme, le RCAE nous propose déjà toutes ces expériences. Mais cela ne nous empêche pas de rêver. Au contraire.
Le reste du temps est dédié à renforcer la cohésion d’un groupe qui ne se connaît pas forcément. Chose faite à grand coup d’animations et de T8 !

Le samedi après-midi est consacré à un jeu de piste. Une sorte de course d’orientation de 10km où il faut trouver des balises qui contiennent le point suivant à trouver, ainsi que des questions sur le karst de la région. On peut donc à présent citer 5 espèces de chauve-souris, dire quand les grottes de Han ont été équipées du tram, citer les 9 communes traversées par la Lesse, donner le débit de saturation du gouffre de Belvaux, donner le nombre d’habitants vivant dans le bassin de la Lesse,…  Pendant la rando, on devait également réfléchir à une activité que l’on pourrait organiser avec la ComJ.com

Sylvain fera équipe avec Fred et Julien. Une équipe de gagnants, ou qui aurait pu l’être s’ils avaient eu l’indice pour trouver la première balise (que les autres groupes ont eue) et si le groupe qu’ils suivaient n’avait pas ensevelis sous les pierres la balise à la sortie des Grottes de Han. Mais ils ont le mérite d’avoir dépassé en beauté l’équipe de Greg et Moïse (non, vous ne vous vengerez pas, les gars). Ce jeu de piste nous a permis de découvrir ou redécouvrir la région, tout en faisant connaissance avec nos camarades.

Charlotte se retrouva dans l’équipe boulet ! Non seulement on peine a trouver les balises mais une envie de suicide collectif surgit quand on se rend compte que l’on s’est trompé d’endroit pour le 1er point. Pas du genre compétitifs -ou mauvais perdants- et la nuit s’approchant, on préfère rentrer.

Dans le jardin du gîte, nous attendent les organisateurs et feu de camp. Là, nous devons donner nos réponses aux questions de savoir, la plupart du temps aidés par Mr Google et Melle Wiki. Mais quand on ne triche pas, et qu’on n’a pas les réponses, le fun a l’air de s’être perdu en route !
On doit ensuite improviser un point chaud, certains ne manqueront pas d’imagination en utilisant la table en pierre, suivi de l’improvisation d’une claie de portage pour soutenir un coéquipier. Charlotte fait le tour du terrain de basket portée par le grand patron Joël …ça, c’est la classe !

Pour continuer sur la lancée, on a droit à un apéro des plus original : fabrication d’un réchaud avec 2 canettes de bière pour faire chauffer la soupe à l’oignon dans une barquette ! Les plus professionnels affoneront les bières pour aller plus vite. Nous, pour éviter d’être trop vite exubérants, profitons du breuvage offert qui fait du bien aux guiboles. On suit bien toutes les indications que les papas nous donnent :

« Une fois bues, découpez les fonds des canettes. Mettez de l’ouate à l’intérieur du premier morceau de canette, puis refermer hermétiquement à l’aide de l’autre morceau de canette. Ensuite, percez de plusieurs trous la première canette à l’aide du clou et du marteau, puis appelez papa pour qu’il vienne mette de l’alcool à brûler… Pour finir, vous pouvez mettre le feu »

Mais là, c’est le drame… l’apothéose, la traîtrise, la calomnie, la fourberie,… : il n’y a plus de barquette…! Et qui dit pas de barquette, dit pas de soupe à l’oignon ! On regarde donc se consumer notre super réchaud sans soupe à l’oignon… Nous attaquons ensuite le barbecue burger ! Heureusement, nous n’avions pas dû faire notre propre barbecue en canette… Les burgers étaient vraiment délicieux, un vrai régal. Merci chef !

Retour au chaud pour la présentation de nos idées sur un évènement que la ComJ pourrait nous aider à organiser. C’est l’équipe de Frits (GRSC), ravi, qui gagne avec son idée de rallye souterrain. La T8 commence a faire son effet et rend les jeunes plus productifs pour le tour de table afin d’apporter nos idées sur le logo, les activités, l’Excentrique et la création d’un journal de bord. Le fun s’invite alors dans la danse. C’est vers 23h que les grands ont besoin de calme pour débriefer la journée, et qu’ils envoient les gosses au fond d’un trou : la grotte du Tienne des Maulins à Eprave. DSCF5618Mathieu nous dit qu’elle est facile, qu’il n’y a pas d’étroitures et qu’on est pas obligé de mettre une combi. Pour ceux qui ne le connaissent pas (comme nous avant) il faut savoir que ce gentil Mathieu aux airs d’anges réussirait à faire croire au Grand Jojo que Dark Vador n’a jamais été le papa de quiconque ! Nous voilà donc tous sous terre, en jean, basket, avec le pull d’un copain….rampant dans la boue et le froid !!!
Les 2 voitures pleines de papillons et de nouveaux copains rentrent vers 2h pour faire plus ample connaissance.
Après une bien courte nuit, on se lève tous pour le petit dèj’ servi jusqu’à 9h30. Elèves un petit peu trop disciplinés, tout le monde est présent sauf le petit dèj’ ! Après s’être enfin rassasiés, on recommence la discussion de la veille en résumant les grandes idées trouvées lors du tour de table.
Jean-Marc Mattlet lance l’idée d’une expé pour 2017 en Croatie….on s’y voit déjà !

Après avoir déjeuné, le programme souterrain est enfin dévoilé ; trois activités nous sont proposées, 2 entrées de mine de 30 et 70m et le Puits-aux-Lampes. Nous, on aimerait tout faire, mais il faut être réaliste, on n’aura jamais le temps. Le Puits-aux-Lampes étant une activité au programme de notre club, on choisit l’originalité. Une petite trouille se fait ressentir ! 70m c’est haut quand même ! Un petit coup de fil en cachette à papa Alex et tonton Oli et en moins de 2 secondes nous voilà rassurés, on fait les 2 entrées de mine, on en déséquipe une et on finit par le Puits-aux-Lampes ! Tiercé gagnant !
Plus motivés que jamais, Sylvain et Charlotte suivent Julien et Aurélie pour le puits de 30m (le puits SBB) situé dans le bois de Boine, entre Han-sur-Lesse et Belvaux. Tandis que l’équipe de Frits est allée équiper le puits de 70m (ancien puits d’extraction de baryte) à Ave-et-Auffe. On inversera par la suite. DSCF5697L’entrée est située au milieu des bois, entouré de barbelés, sans possibilité d’attacher les cordes. Julien, le plus inspiré d’entre nous, décide de prendre les 2 arbres qui surplombent le puits pour faire un Y avec la corde…8m suffiront ! Alors que Julien et Charlotte doivent grimper dans les arbres pour y attacher les mousquetons, Sylvain n’a qu’à lever le bras …et ça, ça fait beaucoup rire Aurélie ! Arrivés en bas, le sol, parsemé de salamandres et de poutrelles effritées, est assez instable, on ne traîne donc pas et on remonte. Longés à la ceinture de sécurité de la camionnette de la fédé, mais toujours avec nos casques, Julien et Aurélie nous déposent au puits de Ave-et-Auffe, car ils doivent se rendre au Puits-aux-Lampes pour aider à déséquiper. Progression symbolique pour Sylvain, qui, ayant grandit dans la région, est souvent venu à cet endroit précis, se demandant ce qu’il y avait en bas, rêvant des mondes souterrains. On descend tous les 2 côte à côte grâce aux 2 cordes installées. A environ 50m de profondeur, une galerie apparaît que nous empruntons. Une chauve-souris s’y engage avec nous, elle vole et virevolte aux cotés de Charlotte, tandis que Môssieur se cache car  » elle risque de sauter à la gorge ! » mouaih ! On décide de remonter car à la base du puits se trouve un tapis de carcasses d’animaux, et l’odeur et les nombreuses mouches nous font fuir ! Surprise, en haut, nous attendent les copains Julien, Aurélie et la Frite ! Au Puits-aux-Lampes tout le monde est parti, se retrouvant tout seul pour déséquiper, Julien préfère nous attendre …chouette ! Il nous détestera un peu après, dans la voiture, car oui, les odeurs de carcasses macérées se sont imprégnées dans nos combis ! Petite halte de 5 secondes au gite pour les pisseuses et pour récupérer Tom qui nous a lâchement abandonné ce dimanche pour visiter la Grotte du Père Noël.

Direction le Puits-aux-Lampes ! Une grotte impressionnante, surtout en Belgique, où un enfilement de puits donne accès à une salle immense ! Les organisateurs de la ComJ, ne voulant pas faire les choses à moitié, équipèrent cette dernière par un rappel guidé. Pour notre première fois dans cette grotte, la découvrir en volant fut magique. Mais sur ce coup-là, Charlotte aurait préférée être grosse ! Après une rapide exploration, nous entamons la remontée. Peu de temps après, nous finissons au gite pour trinquer au weekend entre survivants !

C’est à 23h que l’on regagne enfin nos lits, des idées et du fun plein la tête.

Après ce week-end, on ne confondra plus jamais une espèce et un genre, on connait la signification de T8, Frits a une voiture boueuse, on se promènera toujours avec sa barquette, on écoutera plus jamais ce Mathieu, on sait faire un Y de 8m de long, on offrira à Julien un désodorisant pour voiture, on ne verra plus de dinosaure, mais surtout, on restera jeune et fun tant qu’on ira explorer les profondeurs.

Sylvain et Charlotte