Rss

Archives for : InterClubs

Manto / St-Etienne avec LSC

Suite à une 1ère activité avec eux (voir
http://rcae-speleo.be/wordpress/2019/04/vf-a-mld-avec-lsc/ ) nous avions échangé nos programmes respectifs avec Les Sans Ciel. Aussi nous voici à trois (des cinq initialement prévus …mais la vie est pleine d’imprévus !) du RCAE à rejoindre Caro, Thomas et Fred sur le parking du Vallon de Solières. Tandis que les Sans Ciels se changent sous leurs parapluies, nous nous changeons dans la camionnette de Laurent (chacun sa technique). C’est ensuite la marche d’approche sous la pluie -pour une fois qu’il y a une cavité belge avec une marche d’approche !!- ce qui justifie toute son utilité au câble gainé dans la pente boueuse finale ! (câble quelque peu abîmé, à signaler à la Commission Protection & Accès).

Nous voici donc à pied d’oeuvre, dans le porche du Trou Manto. Là, Fred ouvre la grille (vandalisée, également à signaler à la Com ProtAcc) et charge le jeune Thomas conjointement du kit et de la tâche de mener l’équipe (secondé par Caro qui est munie, elle, de la topo). Pour Yu & Laurent, cette cavité est une première (même si Yu en avait repérée l’entrée la veille, en cherchant quelques géocaches) aussi, pendant que Thomas équipe nous suivons le conseil de son mentor et visitons quelques réseaux annexes et diverticules concrétionnés. Vu la météo récente la cavité est exceptionnellement humide, ce qui ne gâche rien en redonnant un peu de brillance à un concrétionnement généralement terne -on note quand même de nombreuses reprises de cristallisation ! Encore rien de massif (il s’en faut de beaucoup !!) mais une jolie pellicule scintillante, de délicats micro-gours, une fine croûte de calcite flottante se laissent admirer ici ou là.

De retour à la main-courante, constatant que nos co-équipiers du jour sont déjà en bas, nous les suivons et, tandis qu’ils visitent la Chapelle en haut de la petite escalade, nous prenons nous à droite au pied de la corde, pour de nouveau des recoins et diverticules qui ne figurent pas sur la topo Vandersleyen. Laurent montera ensuite voir la Chapelle puis nous remonterons le « Grand puits », nous croiserons afin de visiter le petit réseau au-delà de la main-courante puis reviendrons vers la salle « aux pis de chèvres » pour permettre à Thomas de déséquiper son oeuvre.

Ensuite, tandis que Fred sort par le Manto avec le kit, Olivier montre l’étroiture de jonction avec la Grotte St-Etienne et entraîne les quatre autres à sa suite dans les passages quelque-peu-élargis-mais-pas-trop par un récent secours. A la sortie Fred nous attend sous son parapluie et toujours le temps qui va avec ! Cela ne nous empêchera pas de suivre Yu jusqu’à une entrée repérée la veille, entrée qui livre quelques 25-30m de galerie, néanmoins complètement anthropique. Brève déception rapidement noyée à l’Elysée-Beaufort !

Participants : Yu, Laurent & OSt (RCAE), Caro, Thomas et Fred (LSC)

WE au GD Lux

L’exotisme à un jet de caillou !

Suite à un exercice spéléo-secours où Deb’O & Olivier s’étaient vu proposer par Médy de visiter ses terres nous voici, Deb’A, Deb’O, Antoine, Amaury, F² & Oli, en route pour le Grand-Duché. La route par Gouvy et Clervaux est longue sous ce soleil de canicule-ou-presque mais les paysages compensent largement ! Arrivés à Müllerthal, après un peu de réorientation nous trouvons le parking où Médy et Claude nous attendent en compagnie d’ETienne (un ami d’Oli, travailleur luxembourgeois quoique bruxellois). Le programme du jour : la Petite Suisse luxembourgeoise et ses « petites » cavités dans le grès, avec pour commencer la grotte Sainte-Barbe : quand même qq 1.000m de développement, finalement pas mal de cordes (placées par nos hôtes en nous attendant !) et des plafonds à plus de 20 mètres de haut. En compagnie de Médy et Gast, lequel nous attendait à l’entrée, nous y passerons plusieurs heures pour la visite assez complète d’un phénomène « pseudo-karstique » (spéciale dédicace Luc Willems) bien intéressant. Ensuite ce sera la très courte traversée de la grotte des Celtes et un peu de rando jusqu’au site d’entrainement du GSL, là encore nous pénétrerons au sein d’une grotte -plus labyrinthique que les précédentes- que tectonique et dissolution ont ouvert dans les grès. Mais il est de temps de filer au camping confirmer notre réservation puis retrouver Claude pour un resto à Berdorf. Soirée bien sympathique, que certains continueront bien après le retour au camping et le montage des tentes.

Le lendemain après douche, fricassée et paiement du camping il est plus que temps de se mettre en route ! Direction la grotte de Moestroff, où nous finirons par retrouver Carmen, Médy et Claude, lequel commence par nous planter le décor de notre visite du jour : contexte géologique, détail des explorations et des études menées (dont le monitoring de longue durée -une première à l’époque- de la climatologie et du radon réalisé durant les années 90 -et entre autres présenté lors de JSS) notamment sur instigation de notre décidément incontournable Camille ! Ensuite c’est la longue marche d’approche dans les sous-bois avant d’arriver à la petite falaise équipée d’une échelle en fixe qui nous amène cette fois dans du karst « presque classique » : Moestroff se développe en effet dans la dolomie. Après une station debout dans la « salle d’entrée » nous nous mettons rapidement à genoux pour suivre nos deux guides dans « le circuit touristique », circuit que nous parcourrons également et selon les cas en rampant sur le ventre ou de côté …mais attention, il y aura aussi quelques élargissements -n’allons pas jusqu’à parler de salles- où nous pourrons nous redresser, voire nous asseoir, parfois tous ensemble pour peu de bien se serrer. Vous l’aurez compris, si le développement est conséquent (>3,4 km), les grands volumes d’hier ne sont plus au programme ! L’orientation est également plus complexe, le maillage de diaclases n’étant ni toujours pénétrable ni parfaitement quadrangulaire et les topos plus schématique que réellement topographiques ; la recherche de la Salle Claude nous occupera entre autres un bon moment ! Néanmoins une visite bien sympathique, intéressante et amusante à la fois. Le trajet de retour au voiture nous vit de nouveau braver la chaleur aussi la perspective d’une glace ou d’une boisson fraîche fut accueillie par chacun avec un plaisir non-dissimulé. Ce furent ensuite un dernier adieu et le chemin de retour.

Participants : Deb’A, Deb’O, Antoine, Amaury, F² & Oli ; ETienne (ESB) ; Médy, Carmen, Pol, Gast(on) et M. le Président Claude (GSL)

Du pouding(ue) !

Ce 25 mai 2019 nous voilà parti à la découverte du ‘’pouding’’ de Malmedy !

Invités par notre ami du C7 Robert Teck (alias Bobo) pour découvrir les grottes de la région de Malmedy , nous nous retrouvons ce samedi matin avec une petite équipe qui se constitue de Robert, Thomas, Pascal, Débo et Pauline qui nous rejoint à la première visite. L’objectif de la journée est de visiter le Trou du Géographe, mais vu que Débo n’est jamais venue dans la région, Robert décide de « promener Débo » avant. Nous nous équipons aux voitures et commençons la visite par le Trou « Altitude 465 » (le trou le plus haut de Belgique semblerait-il). Robert nous explique que ce trou est toujours en explo, et nous découvrons pour la première fois la particularité du poudingue de Malmedy. Nous descendons une échelle et arrivons dans un passage étroit. Robert à bien envie de faire une petite désob, mais ce sera pour la prochaine fois, Thomas doit partir tôt.

Après une pause casse-croûte, Robert nous emmène au Trou du Chien (qui tient son nom à cause d’un chien de chasseur qui est tombé dedans). Nous utilisons une corde pour nous aider à descendre, une fois au fond Bobo nous explique la particularité et l’histoire de ce trou qui a été rebouché. Chacun de nous trouvera un crapaud et une grenouille (Robert essayera de faire apparaître une princesse, mais nous sommes déçus de voir que ça ne fonctionne pas 😉 ). Robert décide de les sauver et les remonte à la surface dans sa poche.

Une fois remonté, nous retournons au Trou du Géographe (le géographe c’est Pascal ) ou l’on était passé au début pour déposer nos baudriers et des seaux. Nous entrons dans le trou et faisons la connaissance de ses habitantes (de grosses araignées). Robert commence à désober l’entrée pour pouvoir passer, après avoir remonté une vingtaine de seaux, nous arrivons sur un puits d’une dizaine de mètre. Le trou est beau, le poudingue à un aspect très particulier, nous passons par la « Bouche à concrétion » (passage préféré de Pascal où les concrétions ont la forme d’une bouche aux dents pointues) et nous arrivons sur une jolie cascade de concrétion qui laisse penser à de grosses meringues (il y a même une concrétion entièrement blanche ce qui est rare dans le poudingue qui a des teintes ocre). Pauline et Debo explorent les étroitures avant de remonter et apprennent qu’elles sont les premières filles à visiter ce trou !

Après notre visite nous rejoignons les voitures pour nous déséquiper et allons manger une gaufre bien méritée en terrasse pour clôturer cette super journée.

Débo

TPST: 2-3h/grotte

Participants: Débo (RCAE) et Robert, Thomas, Pascal et Pauline (C7)

20 ans de Barchon

Cette année, c’est la vingtième édition du parcours technique du fort de Barchon et nous l’attendions avec impatience.

Gil, Charlotte, Solenn, Gilles, Laurent, Arnaud (le nouveau), Quentin, DébO, DébA et Amaury se rejoignent en ce vendredi soir vers 20h et admirent en avant première la superbe cascade créée pour l’occasion sur le mur du fort. Ça commence très bien ! Après quelques salutations, nous partons nous équiper et commençons par le parcours E comme étroiture. Nous prenons sous notre aile Marta, une Polonaise que notre copain Géry nous présente. La communication est un peu compliquée mais elle comprend les mots les plus importants et les plus utilisés de la soirée, à savoir longe et boulet ! Vu la taille du groupe, l’attente est un peu longue mais distraite par les blagues débiles de Quentin ! Dans la coupole, vers 22h, Arnaud nous abandonne, il est donc le moment de faire une pause ! La surprise est totale quand nous retrouvons au bar Jérôme et Benja. Après avoir mangé (et dégommer la tradition en évitant la fondue!) et trinqué, c’est autour de Gil de partir au moment où les autres reprennent le parcours. Quentin appréhende le Puits du Chef et décide de mettre son descendeur sur sa longe pour plus de facilité… c’est sans compter sur son moustif qui le lâche en plein milieu de la descente ! On passe le couloir noyé à l’aide de l’embarcation, Solenn et Charlotte ensemble, et nous remarquons vite au toucher du plafond qu’il y a plus d’eau que d’habitude ! Arrivés de l’autre côté, nous cherchons une sortie pour régler le problème de Quentin, sans résultat! Charlotte arrive à défaire le noeud et remplace le moustif, on peut donc continuer. Pendant ce temps, Solenn s’amuse à faire des allés retour dans les trous des murs… On sort enfin sur la façade où nous attend Géry pour quelques clichés. Certains feront le rappel guidé, d’autres le grand tour, pour ce retrouver au bar. Solenn, DébO et Charlotte décident de faire le parcours B, le préféré des filles ! Arrivée sur la tour d’aération, Charlotte fatigue et se rend compte qu’il est 3h30 du matin ! On évite donc les parapluies et descendons directement. Nous finissons le parcours et attendons au bar Laurent, Amaury et DébA qui nous suivaient de loin. C’est vers 5h du matin que nous allons nous coucher.

Debout à 9h pour Amaury, Solenn, DébO, et Charlotte pour quitter les lieux car ces 2 dernières s’envolent pour Majorque ! :p

Elles vont louper tout ce que le Squad a prévu de chouette pour l’occasion: un escape game dans un nouveau parcours, spéléo-box, une soirée-événement…

Laurent et DébA émergent vers midi et petit-déjeunent aux frites ! Ils sont rejoint par Antoine et Yu, qui décide de partir sans faire de parcours. Les 3 acolytes enchaînent les parcours et sont rejoint par Faustine et Quentin. En fin de journée, Yu réapparaît avec Enrique. Antoine finit la sienne dans la cascade, tandis que les valeureux DébA et Laurent doublent les parcours pour finir vers 2h du matin où leur objectif de faire tous les parcours est largement atteint !

Le dimanche, Olivier passera « rapidement » et « juste pour prendre livraison de ses commandes » auprès de SpéléRoc et CanyonZone, il repartira quelques 4 à 5h plus tard ! Sans avoir effectué un seul parcours (si ce n’est peut-être la dernière partie du J)

Une vingtième année dignement fêtée, à l’image du Squad, où comment insérer du neuf dans de l’ancien…un pari gagnant qui nous fait revenir tout les ans. 

Longue vie à Barchon!

Charlotte

 

VF à MLD avec LSC

Derrière ces acronymes il faut tout simplement entendre qu’Amaury et Olivier ont été rejoindre Stef sur une activité via ferrata de son club, Les Sans Ciel. Laquelle via ferrata est située à Marche-les-Dames, dans le Centre d’entrainement des Commandos ce qui nécessite pour y accéder de présenter au corps de garde sa carte d’identité (quand on l’a !) ainsi que sa carte d’affiliation UBS (normalement celle de l’année en cours re-!) …précautions quelque peu surprenantes quand on voit les trous qui existent dans la clôture à l’opposé du dit corps de garde, mais chuut !

Une fois accomplies ces formalités, on accède rapidement au pied de la paroi où l’on s’équipe et l’on s’élance. N’ayant pas emporté de corde de rappel nous ne ferons ni le shunt ni la descente depuis le grand (40m de long) pont de singe -à noter pour ce dernier l’élasticité du câble inférieure qui fait que -quelque soit votre taille- votre moustif acier se retrouve bien en tension sur le câble supérieur (bonjour la limaille et le pénible elbow !)(et non ! vu le diamètre du câble, pas possible d’utiliser une poulie). La suite du parcours comporte un ressaut -patiné par des générations de combat shoes- et le fameux Tarzan (Youhouu !) puis, à défaut de la corde de rappel déjà mentionnée & face à une barrière qui aurait du être ouverte, nous terminerons en désescaladant la paroi initiale.

La journée se clôturera à la « Pétaudière » où nous échangerons avec nos hôtes projets et considérations diverses (à défaut de refaire le monde de fond en comble).

Participants : Amaury & OSt (RCAE) ; Stef, Jean-Marc & Fred (LSC)

Que de l’eau et de la boue à la Drève!

SMS reçu à 23h53: « Cette grotte est géniale tu vas vraiment adoré! Si tu sais, vas avec le guide qui s’appelle Olivier, son canot est super cool. Sinon, nos bateaux ça va, mais pas avec des gros comme Benja et Oli. 😛 »

C’est sur ce tendre message que Charlotte s’est endormie pleine d’incertitudes pour être à 8h30 au local pour retrouver ces fameux Benja et Oli! Antoine nous attendait déjà et nous avons pu prendre la route pour Belvaux, pour une visite quelque peu insolite. En effet, la Lesse devient souterraine dans le domaine privé des grottes de Han-sur-Lesse et c’est ce que nous allons visiter…et oui, nous allons progresser sous terre en bateau! C’est une des grottes exceptionnelles de la Belgique et qui n’est ouverte que sur demande, exceptionnelle tant par sa beauté que par son originalité. Le club organisateur (SCUCL) avait assez de demande pour couvrir tous le week-end, nous serons donc mélangés à d’autres clubs, le notre étant séparé en deux groupes: Alex, Sylvain, Nico, Debo, CaroT et Amaury pour le samedi, et nous quatre pour le dimanche.

Le rendez-vous est donné à 10h sur un parking où nous rencontrons nos guides Olivier et Geoffroy, ainsi que les autres participants. La dernière voiture arrive et la surprise est totale d’y voir les copains Martin et Géry, la journée promet d’être fameuse!

On rempli nos kits de bateaux et de pagaies, on s’équipe, harnais et longes suffises, tandis qu’Oli bricole un truc avec une de ces chères Dyneema pour remplacer son harnais oublié! On emprunte le chemin forestier qui mène au parc jusqu’au gouffre de Belvaux. Après avoir admirer son incroyable porche, nous nous engouffrons enfin sous terre et parcourons la Drève des Etançons. Nous franchissons des éboulis, un quatre pattes où certains sortent plus boueux que d’autres et nous arrivons à la salle du 5 mars. Une main courante surplombe un regard de la Lesse où le courant passe en profondeur. Nous évitons de lâcher les pagaies qui pourraient descendre à -30m! Une désescalade d’environ 3 mètres dans la salle Gus nous dépose directement sur l’embarcadère où nos bateaux nous attendent déjà gonflés de la veille. Les canots se mettent peu à peu à l’eau et c’est juste TROP TOP! 800 m sur une zone navigable dans un espace incroyablement grand. Oli et Benja partage le même canot dans un esprit de défi et arborent quelques positions amicales pour étendre leur jambes, tandis qu’Antoine et Charlotte se la pètent sur le bateau jaune! Après une crampe, Antoine décide de s’asseoir à l’envers, la navigation devient alors plus compliquée! Arrivé au bout, on débarque sur une petite plage boueuse pour commencer un quatre pattes et atterrir dans la galerie 23 incroyablement concressionnée. La phrase dite par Alex quelques jours avant « Ne prends pas ton appareil photo Benja, il n’y a que de l’eau et de la boue dans cette grotte » résonne sur chaque draperie! On admire de loin la suite de la Lesse labyrinthique en faisant demi tour. On reprend nos bolides et les muscles se font plus ressentir à contre-courant. Après deux tiers du trajet, nous nous arrêtons pour aller admirer la galerie des Bancs. Nous profitons de la dernière partie du trajet dans l’eau et débarquons finalement. On s’amuse à dégonfler tous les bateaux et cette fois-ci chacun de nous repart chargé, car nous en profitons pour ressortir ceux laisser  précédemment par Loran Haesen. Et comme on est super sympa, ce sont nos hôtes qui porteront les plus lourds! Après une entraide dans les éboulis, nous arrivons à l’extérieur, où ce porche perd de sa valeur à nos yeux après ce que nous venons de voir.

Sur le chemin du retour,  Charlotte, dans l’herbe -oui oui, dans l’herbe- se foulera la cheville! Nous prendrons notre temps pour nettoyer matos et bateau et finissons l’après midi autour d’une chope et d’une frite dans le centre de Han sur Lesse.

Nous remercions Gil pour l’organisation, ainsi que Geoffroy et Olivier pour nous avoir fait découvrir ce lieu magique tant désiré et nous avoir fait retomber en enfance le temps d’une journée.

Et je précise qu’ils sont aussi cool que leur canot!

Charlotte

Participants: Oli, Benja, Antoine et Charlotte (RCAE); Géry et Martin (GSCT); John, Serge et Frédéric (ECB); Geoffroy et Olivier (SCUCL)

TPST: env 3h

Photos: John

Vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=uw_gyWT978g

Piétiner des perles à Nancy !

Devant me rendre à Nancy cette fin de semaine, je décidai d’essayer d’en profiter pour découvrir leur fameux spéléodrome ( https://usan.ffspeleo.fr/usan2008/index.php?id=40 ). Contact fut donc pris avec l’USAN via Christophe Prévôt (ce doit être une tradition chez les responsables spéléos du NE de l’Hexagone que de porter ce patronyme) lequel relaya ma demande auprès de ses membres. C’est donc ainsi que je me retrouvai ce samedi fin de matinée accoudé dans un bistrot de Villers Clairlieu, en banlieue nancéienne, où : « – Jean-Michel ? – Olivier ? » la jonction fut établie. Le bistrot s’avérant ne pas servir de repas de midi en WE, nous changeons d’établissement et la lasagne maison (affichée de la veille, donc) se voit avantageusement -et plantureusement- remplacée par des côtes de sanglier servies en portions que n’aurait pas dédaignées Obélix.

Ainsi lestés, 13h sonnantes nous voit finalement à pied d’œuvre, un peu de marche, un muret à escalader, une trappe à déverrouiller et ouvrir, une C60 à placer et me voici dans le puits d’accès, un peu plus large que le forage du Rupt mais encombré d’échelons plus ou moins bien conservés. Tandis que Jean-Michel referme la trappe, je me retrouve face à la spécificité du lieu : sous une dizaine de cm d’eau, un sol quasi intégralement couvert de perles des cavernes ! A part la profondeur (qui montera localement jusqu’à mi-cuisse) il en sera ainsi sur les qq 3 des 7 km du réseau que nous visiterons : des perles, des perles, des millions de perles !! à en perdre parfois l’équilibre lorsque l’épaisseur de la couche est telle que le pied y roule et s’enfonce !! Et pour le reste, une galerie creusée fin du XIX dans les marnes (micacées, c’est du dur !) sous une cinquantaine de mètres de calcaires fissurés (mais où on ne connait pas de cavités) drainés de place en place dans cette galerie, à ces points d’écoulement du concrétionnement (immaculé ou localement teinté d’oxydes de manganèse ou de fer), des confortements en béton (d’époque), blocs maçonnés ou briques, quelques rostres de bélemnites, deux escaliers recouverts de calcite, des échelons encroûtés au point d’en ressembler à des marches, des galeries techniques supérieures -que nous emprunterons pour effectuer la « grande boucle », jetant au passage un œil sur des puits (sur)brochés, sites d’entraînement de l’USAN- quelques galeries annexes ou diverticules remontants -que nous n’aurons pas visités, faute de temps (tant pis, on reviendra en club ! :- )

Car cette visite fut effectuée quelque peu au pas de courses vu mes contraintes horaires. Pour la même raison la sortie ne se fit pas sur cordes mais « bêtement » via les échelles et paliers en place. Ensuite ce fut le retour -dont le traversée de Villers Clairlieu en tenue spéléo, à la grande surprise des rares automobilistes et piétons croisés- et la tentative de déséquipement du puits d’entrée : après une dizaine de mètres la corde s’étant coincée, Jean-Michel prit la décision de laisser tomber et nous sommes retournés au parking finir de nous changer avant que je ne reprenne la route tout juste dans les temps. Non sans lui laisser quelques bières spéciales, à partager avec Christophe.

Et Jean-Michel de conclure « mais je ne bois pas de bière : c’est moi qui guide et c’est lui qui trinque ! »

Eprave

Oui oui, nous n’avions jamais fait la grotte d’Eprave! Maurice du Spéléo Club de Rochefort (SCR) avec qui nous avions précédemment appréhendé une licorne, nous a proposé d’y remédier. Un guidage dans Eprave? Et bin pourquoi pas! Le rendez vous est donné à 10h30 sur le parking supérieur de la grotte, où 9 membres du RCAE rejoindront les 6 membres du SCR. Maurice avait peur que l’on s’ennuie, ça reste une petite grotte…il ignorait encore à quel point le RCAE peut en profiter!

Après s’être équipée et que Charlotte s’est rendu compte qu’elle avait perdu son harnais de poitrine, la colonie de vacances arpente les sentiers boueux jusqu’à l’oppidum d’Eprave qui nous offre un beau point de vue sur la Lesse. On descend l’escalier quelque peu gelé jusqu’à l’entrée de la cavité. Là, plusieurs grosses pierres gisent sur le sol. Nos guides surpris, nous expliquent que cet éboulement est très récent et surement dû au gel. Sylvain, gentleman, pousse notre copine Marjo sous le porche…au cas où! C’est cette dernière qui nous promènera dans la première partie de la grotte. Habituée des lieux, elle fait cette même visite 3 fois par semaine à de jeunes enfants. Elle nous explique qu’il va faire tout noir, qu’il y a une chauve-souris à notre droite, et qu’on n’a pas besoin de crier quand ça glisse! On la suivra dans ce dédale de conduit boueux, à monter, à descendre, tous à la file indienne, jusqu’au passage obligé de la rivière…2m…juste pour se mouiller et glisser encore plus, sous le regard désespéré des adultes Jean-Luc et Maurice! Elle nous montre la boîte aux lettres et se met en position sirène pour se préparer à nous faire une blague. C’est sans compter sur Sylvain qui la sabotera! Heureusement, Benja qui pensait échapper à l’étroiture, est arrivé par après pour sauver la blague et nous donner un petit cours de limbo. Marjo nous raconte ses anecdotes enfantines pendant que Maurice part équipé le réseau Hades.

On arrive à un escalier en béton, vestige de l’ère touristique de la grotte, où une corde apparaît au dessus de nos têtes…ça c’est une l’entrée! En attendant que Maurice finisse l’escalade et l’équipement, Colin, traumatisé par la Bosnie, nous prête sa brosse à dents pour laver notre matos déjà sale! On monte la paroi d’environ 6m, on passe une étroiture, une déviation infernale et on redescend de l’autre côté…un tout autre côté, le réseau Hades. Une main courante longe un premier lac puis le passage se rétrécit, il faut se contorsionner et monter pour redescendre! On arrive au dernier lac dont la couleur nous fait rêver. La plupart vont jusqu’au bout à tour de rôle, certains attendent. Sylvain nous explique que son magazine «femme actuelle» lui a dit que les Verseaux rencontreront quelqu’un aujourd’hui…le suspens fut total!

Après cette révélation, on décide de goûter. Saucisson, Babybel, Chocobanane et potins seront de la partie. Presque tous rebroussent chemin alors que Sisi, CaroT, Charlotte et Amaury empruntent cette dernière main courante qui surplombe le lac. Tous vont jusqu’au bout, sauf Amaury…Aaaaah ces nouveaux! On rattrape vite la troupe qui attend au niveau de la corde que chacun passe pour retrouver la boue. Les plus pressés sortent déjà de la grotte, d’autres attendent que Maurice déséquipe et l’admireront descendre en rappel. On découvre par la même occasion, les talents artistiques de Quentin! Une fois dehors, il fait très froid mais nous allons tout de même admirer la résurgence, où l’eau boue!

On retourne aux voitures et après un grand débat où Benja et Charlotte insistent pour laver le matos, on se retrouve à Lessive pour le faire! Marjo nous accueille chez elle pour finir la journée. La rabat-joie Charlotte souhaiterait rentrer mais l’argument pâtes fut plus fort que les siens! Cette région doit bénéficier d’un microclimat car à peine quelques km plus loin, le paysage devient tout blanc et c’est sous la neige que nous ferons notre retour sur Liège.

Nous remercions l’animation de Marjorie et la patience de Maurice et Jean-Luc pour cette jolie découverte. L’erreur a été de nous proposer d’autres grottes en leur compagnie et ça, on va en s’en rappeler!!!

Charlotte

« L’eau va peut-être rentrer dans vos bottes, et l’eau c’est froid. Ce n’est pas grave! »

«C’est écrit dans Femme Actuelle»

TPST: env 5h30

Participants: Benja, CaroT, Narimen, Sylvain, Amaury, Laurent, Quentin, Colin, et Charlotte du RCAE et Jean-Luc, Maurice, Marjo, Marion, Assaf, et Claudine du SCR

Examen du Brevet B

Gil et Solenn s’engagent dans un long périple vers les contrées très lointaines de Montrond-le-Château, afin d’y passer le fameux Brevet B.

Le départ se fait en ce vendredi 9 février après s’être donné rendez-vous à l’internat de Solenn à 13h30 pour un voyage de 6h qui leur a permis de réviser la partie théorique du brevet qui n’est pas leur fort à tous les deux. Arrivés à Besançon, les deux valeureux ont été chasser du bison pour leurs souper (vu le manque de bison dans la région, du saucisson, du fromage et du vrai pain français ont fait l’affaire !). Arrivés à 19h45 au gîte en même temps que les premiers flocons de neige, ils prennent possession des lieux en allumant le poêle, puis dégustent leur fameux bison fraîchement découpé. Ils ont été rejoints par deux de leurs compagnons (Pierre et Daniel) à 20h30, mais n’ont pas pu voir les autres arriver car ils étaient déjà dans les bras de Morphée… qui malheureusement ronflait fortement, au grand désespoir de Solenn.

Samedi

Le réveil se fit suivre par la découverte de leurs nouveaux copains avec qui ils ont pu prendre un petit déjeuner. La présentation des 4 examinateurs (Martin, Fred, Chris et Moïse) a été suivie par la découverte des équipes et l’attribution des grottes. La première était composée de Martin, Daniel et Solenn dans la Cheneau 2, la deuxième par Fred, Pierre et Gil dans Vauvougier, la troisième par Moïse, Paul et Thomas dans Mont Ratey et la quatrième par Chris et Geoffroy dans Pouet-Pouet.

-Equipe 1 – Cheneau 2 : la préparation du matériel par Daniel et Solenn se fait sans grande difficulté pour arriver à n’avoir que deux kits (ouf !). Yves, que nous avions oublié de vous présenter, s’est chargé des différents trajets, de la nourriture et du confort de chacun (tu es notre papa à tous !). C’est donc lui qui nous conduira jusqu’à la grotte supervisé par Daniel, qui ne verra pas des panneaux remplis de neige… Après une petite marche d’approche dans la neige franchement tombée durant la nuit, c’est Daniel qui a commencé d’équiper le P19 d’entrée, suivi d’un méandre avec 2 petits ressaut. Arrivé au P18, Daniel continue d’équiper. Ensuite, Solenn prend la relève pour le P28 et le P31. Après un petit ressaut, l’équipe décide de remonter mais à ce moment-là, faute grave pour Solenn, donc éliminatoire, elle se longe au mauvais endroit… Martin la réconforta en lui disant que si elle va jusqu’au bout du week-end, qu’elle pourrait être dispensée de certaines parties de l’évaluation du brevet pour l’année prochaine. La remontée des puits sera deséquipée par Daniel et le reste par Solenn, qui en profitera pour faire ses techniques de réchappe qu’elle réussira. La remontée du méandre fut périlleuse pour Daniel qui avait le gros kit. En plus, à sa sortie, il a du faire un dégagement d’équipier sur Martin. Après un petit coup de fil, Yves arrive à la rescousse pour nous amener au gîte qui sera déjà chauffé.

-Equipe 2 – Vauvougier : Gil et Pierre préparent leurs matériels et enkitent leurs cordes pour se retrouver avec 4 kits. Les voilà partis vers le gouffre de Vauvougier. Gil commence l’équipement par une vire aérienne à 35 mètres de haut et continue sur sa lancée par un puits de 28 mètres qui finit par un magnifique pendule d’une dizaine de mètres. Il continue dans un méandre pour arriver à un P20 qui, roulement de tambour, sera pendulaire. S’ensuit deux petits ressauts que Gil équipera avant de laisser sa place à Pierre. Ce dernier se lancera dans le P12 ASCO où toute l’équipe fera une petite pause bien méritée. Pierre passera dans une étroiture pour aller équiper un R4 se trouvant de l’autre côté. L’équipe continue dans un méandre qui débouchera sur un ressaut de 6 mètres, lui-même suivi de, surprise, un méandre. Les voilà arrivés au P11 que Pierre équipera. Arrivés devant une étroiture en trou de serrure, tout le monde passera… Ah non, Gil reste coincé ! Sur cette mauvaise nouvelle, ils décideront de faire demi-tour. Gil ouvrera la voie du déséquipement par le P11, R6, R4, pour arriver au pied du P12 ASCO. Là, Pierre et Gil feront leur fameuse technique de réchappe qu’ils réussiront. Gil ira ensuite faire pipi, mais Pierre se met en position pour faire la victime d’un dégagement l’équipier. Gil se met donc en route pour aller dégager sa victime. Ce sauvetage se fit en 7 minutes 30 loin des 10 minutes requis. Ils continueront leur progression jusqu’au R3 où Pierre reprendra le déséquipement. Après le P20 pendulaire, Gil aura quelques difficultés dans le méandre avec le gros kit. Il se fera aider quelques fois par Fred puis se passeront mutuellement le kit. Arrivée en bas du dernier puits, toute l’équipe remonte sans trop de difficulté malgré les deux gros kits qu’ils auront chacun. Retour à la voiture pour arriver au gîte où ils seront la dernière équipe, après 10 h sous terre.

Après un débriefing de nos cadres, tout le monde va dormir.

Dimanche

Après le petit-déjeuner, on nous donne nos nouvelles affectations. Les équipes seront : Fred, Daniel et Thomas dans Pouet-pouet, Chris, Pierre, Paul dans Cheneau 2, Martin, Geoffroy et Solenn dans Vauvougier et Moïse et Gil dans Pré Rond.

-Equipe 1 – Pré Rond : Gil et Moïse partent avec tout le matériel vers la grotte en voiture. Arrivés au parking, ils s’engagent sans équipement pour repérer le trou. C’est là que les recherches commencent : ils trouveront une entrée de grotte où ils tomberont nez à nez dans un terrier de blaireau (c’est vous, les blaireaux !). Ne sachant pas si c’était le bon trou, ils décident de retourner au gîte chercher des cartes IGN. Heureusement, car ce n’était pas le bon ! Après avoir facilement trouvé la bonne, ils s’engagent dans la grotte qui commence par un ressaut de 3 mètres avec une petite coulée d’eau. S’ensuit un méandre où se faufile 5 cm d’eau dans laquelle ils ont dû se coucher pour pouvoir progresser. Arrivé au bout du méandre, Gil équipe un P12 -bien arrosé- puis un deuxième P12 -encore plus arrosé. Après de grosses difficultés pour passer un coude, ils arrivent au-dessus d’un ressaut de 5 mètres. Pendant ce temps, ils verront l’eau monter… il s’avère que la grotte était en crue. Ils décident donc pour leur sécurité de rebrousser chemin, idée judicieuse car l’eau du méandre d’entrée avait doublée de volume. Durant la remonté, Gil et Moïse ont eu beaucoup de difficultés, l’eau les ayant littéralement gelés. Une fois arrivés à la voiture, ils jetteront tout le matériel dans le coffre pour rentrer en sous-combinaison jusqu’au gîte, où Yves-le-Sauveur avait laissé le poêle bien chaud. Pour se réchauffer, ils leur a fallu quand même 2 bonnes grosses heures.

-Equipe 2 – Vauvougier : pas de difficulté pour faire les 4 kits et arriver jusqu’à la grotte. C’est Solenn qui a commencé l’équipement par la main courante et le P28 qui finit par un grand pendule. C’est Geoffroy qui a pris la relève et a équipé les puits suivants. Arrivés au puits ASCO, nous avons mangé nos tartines et continué notre route. Après avoir un peu cherché le R6, nous sommes arrivés P11. Après avoir passé l’étroiture sans grande difficulté (pas comme l’équipe d’hier :p), nous avons continué à équiper un R5. Un beau méandre a suivi qui a débouché sur le ressaut Machpro. C’est là que nous avons décidé de faire demi-tour vu l’heure. À la remontée chacun a déséquipé ce que l’autre avait équipé. Arrivé en dessous du puits ASCO, chacun a pu dégager Martin. Solenn a réussi à le faire en quatre minutes…la petite danse de la joie était de rigueur ! Suite à deux mauvaises manipulations, malheureusement, Geoffroy a été recalé.  À la sortie, la neige s’est transformée en boue et Solenn s’est retrouvée plus sale que dans la grotte ! Comme il faisait déjà nuit, l’équipe a réussi à se perdre dans le champ et dû faire appel à google map pour se retrouver. C’est alors que Yves-le-sauveur est arrivé en compagnie de Gil (que tout le monde a pris pour le papa de Solenn !) pour les ramener car ils étaient la dernière équipe après 10h sous terre.

Arrivés au gîte, nous avons eu le droit à un délicieux repas et un débriefing de la journée. Les plus fatigués d’entre nous ont été dormir, alors que les autres ont décompressé de leur weekend de spéléo.

Lundi

Après le réveil et le petit-déjeuner, l’épreuve tant redoutée par Solenn et Gil : l’écrit ! Celui-ci était composé de QCM et de questions ouvertes sur la résistance des matériaux et la gestion d’un groupe en sortie de spéléo. Après correction, tout le monde a réussi sauf Daniel et Solenn uniquement pour la partie résistance des matériaux (crottes de bidouille).
Solenn repassera donc son brevet l’année prochaine, avec quelques dispenses : sans les techniques de réchappe, de dégagement d’équipier et la partie des questions ouvertes.

Gil, quant à lui, est très fièr de vous annoncer sa réussite et qu’il est maintenant officiellement détenteur du Brevet B (applaudissements !!!!)

Gil et Solenn 💕💕

Chantier au Four à Chaux, c’est la Fin…encore!

Une fois n’est pas coutume, on se retrouve (encore!) à Esneux, pour terminer le chantier du Four à Chaux, une bonne fois pour toute! Comme d’habitude, le rdv est donné sur le parking où Charlotte et Antoine retrouvent Robert, Bobo, Thomas, Cédric et Jack. La dernière fois, Robs eu la lourde tâche de nous annoncer que nous avons oublié de garder un peu d’eau dans un bac au moment où nous avions le tuyau…et qu’il fallait donc remonter 60L d’eau! Antoine et lui même se sont amusés à garder et remplir plusieurs bouteilles ces derniers jours!  En parallèle, Jack et Cédric ont pour objectif de fixer 2 brochent à la sortie de l’étroiture et décident donc de passer par Beaumont pour plus de facilité. Ils embarquent avec eux la clé pour ouvrir la porte…la seule…Après un détour pour Robs pour la récupérer, c’est avec une trentaine de bouteilles que nous nous engouffrons sous terre pour rejoindre la salle des travaux.  Robs et Bobo s’affairent à construire un petit muret pour cacher un étançon, Antoine, Thomas et Charlotte cherchent des cailloux dont la taille est décrite par les 2 maçons et Jack et Cédric fixent les broches.

Mais cette tâche est loin d’être facile, surtout quand les batteries de la foreuse sont vides! En parallèle, on décide d’ouvrir un autre chantier: désober une suite probable qui plonge sur la droite 2m avant la jonction. Pendant que les Roberts finissent de maçonner et Cédric de faire un allé retour à la voiture pour chercher sa foreuse, Jack s’enfonce dans la faille pour « persuader » les pierres gênantes et se rend vite compte que Pascal les avait déjà forer quelques années auparavant. Dans la série des mésaventures, le trou et la mèche ont un diamètre de 8mm…évidement, on a besoin de 10mm! Robs retourne donc à son tour à la voiture et remonte avec Cédric. L’ouverture qui continue de plonger n’est pas bien large et Charlotte passe mais c’est limite! La suite n’est pas très avenante, ni particulièrement prometteuse…mais on va quand même revenir!

Antoine et Charlotte

Participants: Charlotte et Antoine du RCAE, Robert, Bobo, Thomas, Cédric et Jack du C7

Photos: Jack, Bobo et Cédric

TPST: env 5h