Rss

La fosse aux ours

Aujourd’hui, c’est une autre grotte exceptionnelle et fermée que nous allons visiter, la Fosses aux Ours. (FOA). Nous avons RDV avec Kris Carlier sur le parking à l’entrée de Rochefort à 12:30. D’emblée, il nous accueille avec un premier topo sur la morphologie de l’endroit, carte à l’appui, et un historique sur la prospection des lieux (pas seulement la FOA, mais toutes les dolines qui jalonnent la vallée). La prospection semble être une belle aventure, menée conjointement par des clubs des deux parties du pays, ce qui vaut le mérite d’être souligné. D’autres grottes ont souffert des rivalités de ceux qui les prospectent, et la preuve que le contraire est possible, fait aussi partie du message à transmettre aux générations futures.Nous voici donc en route vers l’entrée de la FOA. Kris nous explique les déboires avec un voisin longtemps resté anonyme qui n’avait de cesse de reboucher l’entrée avec des débris divers. Y compris, une fois, avec des spéléos dans la grotte. C’est maintenant du passé, et nous voilà parti dans la fissure agrandie qui sert d’entrée.
Un peu de ramping, quelques passage (pas trop) étroits nous amène à un carrefour. Nous empruntons une des branches pour faire l’aller retour dans ce qui est la galerie la plus concrétionnée de la grotte. Goures, cierges, un disque de toute beauté et bien d’autre merveilles se dévoilent. L’aller est agrémenté des explications de Kris, et le retour des photos de Benja. Sylvain, consciencieux, participe aux deux avec la même attention.
Tout est balisé. Certains passages sont scabreux, et Kris veille à ce que, dans le balisage, nous respections bien les pas à faire, là où mettre les pieds,  pour éviter autant se faire que peut les salissures de la boue qui nous accompagne.De retour au carrefour, Kris nous emmène dans une autre salle, remplie de cristaux et de fossiles. Pendant que Benjamin continue ses photos, Sylvain et Kris visitent la salle et collectent quelques cristaux. On s’attaque alors à la troisième partie de la visite, le passage qui mène au syphon. En route, nous faisons une halte « désob » pour agrandir un passage qui se rempli de boue avec les aléas des crues. Une fois le job terminé, on arrive dans la salles du lac. Elle impressionne par sa taille et son activité. Deux rivières souterraines s’y rejoignent, la Lomme et la Wamme. Une main courante sur les parrois boueuses de la salle nous amène  à une autre galerie, qui signale le chemin de retour.Sous les conseils bienveillants de Kris, nous rejoignons la sortie sans encombre.Le soleil nous accueille et nous rappelle à nos obligations, mais avec la promesse de revenir. Sylvain doit partir en Bourgogne et Benjamin est attendu à Liège, donc le traditionnel verre est remis à une prochaine visite. On Remercie Kris pour cet après-midi très belle et très instructive.
Benja
Participant: Sylvain et Benjamin, Guide: Kris Carlier (club SC Cascades)
TPST: 4h30
Photos: Benja https://bengiscan.pixieset.com/fosseauxours/

Chantoire de Ronsombeux

Peu mais motivés, Amaury, Enrique et Arnaud prennent la route d’Ozo près de Barvaux, dans la région de Durbuy pour découvrir le chantoire de Ronsombeux. Dans le chemin qui y mène, Amaury testa l’option 4×4 de sa jolie Citroën C3 bleu turquoise, mais se rendit vite compte qu’il fallait plutôt faire demi-tour ! Après s’être équipés et avoir traversé le pré, ils ont quelques difficultés à ouvrir la porte. C’est Amaury qui équipera supervisé par ses deux comparses. Durant la descente, ces 2 derniers ont réfléchi comment rafraîchir la grotte question amarrages, pour faire un rapport à la CPA et la ComForm. Il y a eu une longue discussion sur la présence d’une déviation au milieu du 2e puits qui donnera la conclusion qu’un amarrage faciliterait sa mise en place. Le dernier ressaut a été compliqué au retour et Arnaud s’est occupé du déséquipement. Ils clôtureront la journée autour d’un verre à Bomal.

Amaury

TPST : environ 3h

Participants : Arnaud, Enrique et Amaury

Samedi 6 mai – 1ère formation Brevet B

Sous un soleil radieux ce samedi 6 mai, Solenn, Gil, Benjamin, Pol (SSN) et Daniel (Sus-Pendus) se retrouvent à la Maison de la Spéléo pour suivre la première formation préparatoire au Brevet B.

Apres une rapide mise en route du percolateur, c’est devant une bonne tasse de café que Olivier démarre son programme.
Qui commence par un tour de table où chacun se présente, explique son parcours spéléologique et ses motivations à suivre cette formation.

Olivier enchaîne alors ses chapitres avec l’aide d’un dafalgan ou deux. En effet, un virus l’accable depuis quelques jours et sa forme n’est pas comme le soleil qui nous attend dehors.
Apres un rapide topo administratif sur les différents brevets, on découvre les notions de facteurs de chute, la théorie des cordes et autre noeuds savants (à faire et aussi à ne surtout pas faire).
Passé la partie théorique, nos tartines sont avalées aussi sec et nous prenons la route pour la carrière de Sprimont (mais à Floreffe !), où nous attendent le soleil et les travaux pratiques.

On débarque le matériel et, après un rapide repérage, des voies sont attribuées à chacun pour un premier exercice d’équipement.
Tous préparent ce dont ils -ou elle- ont besoin et c’est parti. Alors que tout le monde est bien engagé dans ses noeuds, Benjamin semble avoir disparu de la scène. Oli part à sa recherche, et se rend compte qu’il a raté son point de départ. Engagé loin dans les matitis, au mauvais endroit, pas anormal qu’il galère à trouver des points amarrage qui n’existent pas.
Un petit rappel à l’ordre, et le voilà remis sur le droit chemin.
Entre temps, les autres ont fini leur équipement et Olivier entame la pratique des techniques de dégagement d’équipiers. Et chacun de dégager sa chacune, et inversement -parfois avec un peu d’hésitations et pas mal de temps. Ensuite ce sont les techniques de réchappe qui sont abordées -surtout pour Pol & Daniel, puisqu’au RCAE nous les avions vues encore récemment ! Une fois tout le monde redescendu, nous revenons une dernière fois sur le cahier des charges pour les cotations et les fautes grâf’.
Mais le temps passe plus vite que prévu, et à bientôt 18h30, chacun part déséquiper. Le matériel est rassemblé, les cordes lovées, et on repart vers la Maison de la Spéléo pour ranger le matos et se dire au revoir.
RDV est pris pour la prochaine journée.

Benja (& Gil pour la partie où Benja « bartassait » de son côté)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Chantier au Four-à-Chaux

En région liégeoise, dans la petite ville d’Esneux, deux cavités bien différentes peuvent offrir une traversée. En effet, l’Abime de Beaumont jonctionne avec la grotte du Four à Chaux par une étroiture. Mais cette dernière est très instable et présente des risques d’éboulements. Le club Continent 7, indépendamment du CPA, décide de faire quelques travaux pour rentre ce passage plus sur. Sous la supervision du célèbre Robert, ils commencèrent les travaux il y a très longtemps, en apportant le matériel nécessaire, ajoutant des étançons ici et là. Après une pause de plusieurs mois, le CPA les contacte pour leur donner un coup de main et demande de l’aide à la communauté spéléo pour finir le chantier. Le RCAE répond évidement présent. Cela va se dérouler en 2 temps; la 1ere journée est la préparation et l’installation du chantier. La 2e journée, prévue en septembre avec les Sans Ciels sera le passage d’un tuyau d’eau pour confectionner le béton définitif et le poser à ce moment là.
Le rendez vous est donner ce samedi 1er avril, à 10h à Esneux. Sylvain, Solenn, Antoine, Colin rejoignent Robert, Thomas, Stéphane et Greg devant l’entrée de la grotte du Four à Chaux. Ils commencent à débroussailler le chemin qui mène à la grotte pour faire passer une voiture et sa remorque contenant tout le matériel nécessaire aux futurs travaux. Puis ils adoptent une technique pour monter tout le matos sans trop galérer; après avoir mis le sable dans des kits, il faut passer la salle d’entrée, enjamber un précipice (si,si), les installer au bout d’une corde pour les faire monter un par un une pente étroite d’environ 8m. Un système de chaine humaine s’organise alors pour tirer en même temps et le décoincer par la même occasion.
Caro et Charlotte les rejoignent vers 13h. Opérationnelles seulement à 14h, elles se joignent à la troupe et prennent place dans la chaine pour monter sable et ciment jusqu’à l’étroiture.
Malgré les bras cassés que nous sommes, nous arrivons à coordonner nos mouvements pour réussir à monter 10 sacs de 25 kg de ciment à prise rapide (en n’en perçant seulement 2-3, 10% de perte non?!) et tout le sable de la remorque. Excès de zèle sur ce coup là, Robs nous prévient après que la moitié suffisait! Il demande la présence de 2 petits gabarits pour l’aider dans l’étroiture pendant que les autres dégageront les déchets et sacs de ciments à prise lente déjà présent, hors de la grotte. Solenn et Charlotte feront du ciment pour la première fois sous les recommandations de Robs, couché dans l’étroiture, se cimentant lui même! Solenn tenta de remuer la mixture avec ses doigts car «c’est quand même plus facile» mais se rendit vite compte que c’était loin d’être l’idée du siècle! De retour à l’extérieur, les autres ont déjà commencé l’apéro pendant que Stéphane s’occupe du feu. On finira cette journée efficace par un barbeuc… sous la pluie!

Abîme de la Chawresse – Réso-B

Entrée « propres, frais (ou presque) et secs » sous le soleil avec des VVS Jongeren (+/- le Spéléo J de nos compatriotes – www.speleovvs.be/index.php/nl/jongeren) vers 11h30, sortie « trempés, courbaturés et glaiseux » sous les premières étoiles derrière 3 membres de l’Astragale vers 19-20h.

Et voici le CR de Patrice pour l’entre deux :

Sortie très sportive dans le Réso-B pour un inter-clubs !

Le projet était d’explorer un puits oblique tout au fond du Réso-B et ensuite de boucler ce réseau exigeant.

Olivier nous a conduit et même materne tout au long du parcours. Arrivé sur place, une rapide visite dans cette tranchée trop étroite a permis de constater que ce sera un chantier « pour les générations futures »

A la sortie, nous étions tous convaincus (frigorifiés et crampés) que l’humain s’épanouit dans les douches chaudes.

TPST : 8 heures

Participants volontaires, RCAE : Charlotte, Olivier, Colin et Sylvain ;  GRSC : Patrice

CR : Patrice

Le Trou des Manants

Le rendez-vous est donné à 10h au parking où Arnaud, Sylvain, Débo, Déb’A et Antoine se rejoignent. Les deux filles prennent en main la topo pour trouver leur chemin, vite rattrapées par Arnaud qui prit la relève. Ils croiseront la Salle de la Pluie, la Salle blanche et admireront la belle rivière. Ils se perdent un peu dans les blocs pour la remontée et sortent enfin à 15h.

Participants: Débo, Déb’A , Arnaud, Sylvain et Antoine

TPST: 4h

Entrainement brevet A à la Basilique de Koekelberg

Arrivée sur place à 8h55. Ciel bien nuageux comme aux bonnes vieilles habitudes belges mais on ne se décourage pas ! Bien armé de nos bras reposés (ou pas, et oui, grimpeur aussi), on cherche un petit regroupement de gens bizarroïdes à casques qui seraient pendus au bout de cordes… Malheureusement, après 10 bonnes minutes de tourniquet autour de la basilique, aucun signe des hommes des cavernes. Nous décidons donc, Nicolas et moi-même de refaire le tour à pied depuis le panneau indiquant « spéléo »… après 5 minutes sous la bruine à essayer toutes les porte numérotées de la basilique, l’une d’elle s’ouvre ! Miracle ! c’est la porte numéro 7 (retenez bien pour les prochains ;D)… et nous entrons dans le ventre de la bête, bien chauffé.

Belle surprise en arrivant : il y a des cordes partout ! Des passages de nœuds, des déviations, des vires, des mains courantes, des parapluies, des fractios, des montées et descentes, même en étroitures, des oppositions… et même pour le ramping en hauteur : un sarcophage pendu au plafond (bah oui, on ne sait jamais ce qui peut nous arriver en grotte !)

Blague à part, nous débutons la séance à 9h30. Petit groupe de 10 personnes de clubs différents avec une bonne ambiance. Nous débutons par des rappels « qui font du bien » : d’abord monté et descente avec clé double ou complète sur le descendeur, passage de nœuds, fractio, parapluie, vire, étroiture en montée et descente, déviation, descente guidée jusqu’au sol ou en hauteur, échelle, oppositions… accompagnés de tout plein de petit conseils pratiques pour gagner en sécurité et parfois pour aller plus vite aussi. Nos entraineurs seront aussi de la partie dans le jury donc autant bien les écouter !

Pause de midi de 12h à 13h, puis de nouveau on grimpe sur corde. Cette fois ci, petite difficulté supplémentaire, on a un kit avec une corde à l’intérieur. Pour cela on apprend aussi à la ranger correctement à l’intérieur du kit. On doit effectuer un parcours d’environ 1h30-2h en finissant par un puit de 30m. Finalement, la séance se termine avec l’apprentissage des nœuds de base : nœud de huit simple et double, nœud de chaise simple et double (ce dernier n’étant utilisé qu’en amarrage simple), nœud de mickey, nœud de fusion, nœud de vire, nœud de raccord de corde. A 16h-16h30 nous avons terminé et après la démonstration de quelques exercice physique à faire tous les jours pour gagner en puissance, nous rentrons sur Liège bien fatigué mais avec un bon début de formation !

Claire et Nico

Savonnières-en-Perthois

Les Savonnières, enfin. Tous les ans, on les attend avec impatience. Cette petite parenthèse nocturne qui nous évade un peu de notre vie.

La première vague partira vers 13h30 du local avec Gil, DébO, Déb’A et Charlotte en direction de la Meuse française, avec un arrêt à Arlon pour récupérer Sylvain et accessoirement la clé de la grotte du Rupt-du-Puits que nous ferons dans la soirée. C’est vers 20h que nous nous engageons dans la forêt vraiment déboisée depuis l’année dernière, où nous découvrons la nouvelle entrée de la cavité, un abri donnant directement sur l’immense et impressionnant puits de 50 mètres. Nous équipons deux cordes pour aller plus vite lors de la remontée. Gil ouvre la marche pour ensuite contre-assurer la descente des deux Déborah; c’est à ce moment-là que nous remarquons que la roche est très friable et se détache par morceau. Grâce à cette nouvelle entrée, nous pouvons désormais fermer la porte à clé de l’intérieur en ayant aucune crainte sur le fait que des rigolos nous enlèvent les cordes! En bas, nous découvrons alors la superbe rivière souterraine dans laquelle nous n’hésitons pas à patauger grâce aux néoprènes. À mi-parcours, à cause d’un petit problème de chaussures et de semelles détachables, Déb’A et Charlotte ferons demi-tour et prendront leur temps pour remonter à cause des chutes de pierres. L’équipe restante continue sa progression jusqu’à la Galerie des Marmites qu’elle préférera éviter en passant par au-dessus, grâce au parcours de main courante équipé en fixe. Ils feront demi-tour vers 22h30, les filles les accueilleront environ une heure plus tard. Nous reprenons la route pour les carrières et après 2 km de marche souterraine et 2 « raccourcis » de Sylvain, nous arrivons enfin au camps aux alentours d’une heure du matin.

La deuxième vague composée d’Olivier, Arnaud, Caro, CaroTte, Colin et José, est partie de Liège aux alentours de 18h, en faisant un petit détour par Tilff pour récupérer le matos que Colin oublié dans la voiture de sa maman… le weekend commence bien!

Dans les carrières, Amaury, Fred et les copains de l’ULS nous attendent déjà avec une surprise. Benoit, notre maître à tous, a construit une remorque qui se transforme en table…et ça, c’est la top classe!

Samedi

L’absence de Pierre Cartry nous vaut un réveil en douceur pour un bon petit déjeuner et la répartition des groupes pour les cavités à faire dans la journée.

-Après cette belle nuit étoilée passée dans la carrière, 2 équipes partent vers l’Abîme de la Sonnette. Arrivés sur place, nous nous divisons en 2 groupes pour faire une traversée. Entrée 1, Gil part équiper suivi des bons conseils d’Olivier, car vu le peu de mousquetons que les autres groupes nous ont laissés, il doit équiper avec de la dyneema. N’en ayant jamais utilisé, Olivier le coache. Après quelques hésitations, il avance assez bien. Arrivé en bas du premier puits de 30m, il contre-assure Zim qui est débutant en spéléo, suivi de Colin. Après quelques ressauts et mains courantes, il arrive au bout de sa corde de 75 m juste en dessous d’une petite cascade. Cascade qui mouille très bien si on reste en dessous et il pourra le confirmer car il doit jonctionner deux cordes, en pensant bien qu’Olivier a trouvé très amusant de le faire recommencer plusieurs fois! Après avoir réussi et bien trempé, nous continuons notre parcours jusqu’au fond de la grotte. Après l’arrivée de nos amis de l’entrée 2,  équipée par Maud, nous reprenons le chemin par celle-ci (l’entrée 2, hein, pas Maud !), qui fut assez simple pour tout le groupe.

Participants entrée 1 : Olivier, Gil, Colin, Zim (ULS) ; Participants entrée 2 : Benoit (ULS), Maud (ULS), Deb’A, CaroTte

-Fred, Carl, Théo et Charlotte prennent la direction de l’Avenir pour faire la traversée. A l’entrée de celle-ci, il y a déjà un bouchon. En effet, d’autres spéléos sont déjà sur place, il faudra donc équiper sous l’équipement déjà mis en place, attendre et croiser dans les méandres les 11 spéléos français (rien que ça!). En bas nous attendent Sylvain, Matéo et DébO. Théo préfère remonter par l’Avenir en suivant ce 2ème groupe, tandis que Fred, Carl et Charlotte se feront rincer par la cascade de la Grande Viaille. La difficulté de retrouver le chemin dans les méandres à la fin de cette cavité ne nous permet pas pour autant de se sécher!

-De leur côté , DébO, Mattéo et Sylvain partent pour équiper la Grande Viaille et ressortir par l’Avenir qui sera équipé par l’autre équipe. Sylvain par en tête pour équiper suivi de Matéo. La grotte est très étroite et assez trempée. Elle fut un bon test pour DébO qui suivit les garçons et a pu s’initier à l’oppo. Ils passent un ressaut de 10 mètres pour arriver au puits de 30 mètres. En attendant la fin de l’équipement, DébO mit le spéléoponcho de Matéo. Arrivés en bas et avant l’autre équipe, nous allons visiter les méandres de l’Avenir histoire de se réchauffer!

-Caro s’occupera d’équiper la Besace aidé d’Arnaud et suivi par Renaud, Amaury et José. N’ayant pas assez de corde pour aller jusqu’en bas, Olivier reviendra pour équiper jusque vraiment en bas…oui oui jusque là où personne ne va !

-Fred, Matéo, DébO et Charlotte feront une petite pause tartine au camps avant de reprendre le chemin pour la Sonnette. Nous commençons par le premier puits impressionnant et croisons une autre équipe de spéléo français tout au fond. Les filles augmenteront leur vitesse de croisières lors de la remontée par la 2ème entrée, pour laisser aux 2 bo goss le temps de déséquiper. En haut de l’entrée 1, Arnaud et Renaud attendent le signal pour remonter la corde. Fred, Matéo et Charlotte continueront leur lancée en partant déséquiper la Besace. Seul Matéo utilisera la corde d’Olivier pour s’enfoncer dans le dernier boyau !

-Sylvain, Amaury, Gil et Caro quittèrent le camp vers 17h pour une première visite des carrières avec pour objectif « le » tracteur et le niveau inférieur. Une grande déception les attendaient pour ces deux objectifs. Le premier étant calciné et le second étant probablement surfait. Heureusement, leur quête les mena à une série de lieux notoires où ils s’improvisèrent photographes. On citera notamment un bar, une « infirmerie », quelques bivouacs d’autres spéléos égarés dans les carrières ce même weekend, quelques machines plus ou moins bien conservées, des remorques de tout âge, des écrits ésotériques sur les murs qui resteront à jamais incompris et évidemment profusion de concrétionnement qui ne cessèrent de ralentir la troupe (lire Caro !).
L’épopée dut arriver à sa fin vers 20h30 pour le noble, mais non moins niais, dans le but de ne pas inquiéter nos camarades restés au camp.
Après le légendaire repas de pâtes préparées par Benoît de l’ULS via une cuisine qui ferait concurrence à celles de beaucoup d’entre nous, une nouvelle expédition s’organisa, avec pour objectif la voiture calcinée. Arnaud, Maud, Colin, Amaury, Sylvain, Gil, CaroTte, DébO et Caro s’inscrirent à l’aventure tardive.
Comme toutes expéditions dans les Savonnières y obligent, une fois l’objectif atteint, celle-ci dériva fortement avec pour objectif la gare à sec. De là, succession de fûts, entrées de cavités moins prometteuses que plus, champignonnières, fresques non pas de 1905 mais 1505 (plus logique d’après la réaction de Sylvain), frayeurs de Colin, et on en passe. L’équipe revient au camp vers 1h30 où la soirée bat son plein.
Grasse mat’ pour tout le monde, les plus fêtards émergeront vers midi. Il est temps de penser à rentrer. On range et on déambule une dernière fois dans ces galeries à la recherche de la lumière, le retour brutal à la réalité ne tarde pas à arriver.
Merci encore et toujours à Benoit qui fait de ce weekend, une bonne raison de revenir.
Un peut tout le monde!
Participants: Olivier, Arnaud, Caro, CaroTte, Colin, José, Gil, DébO, Déb’A, Charlotte, Amaury (RCAE) ainsi que Fred (La Cordée – Mouscron) Benoit, Matéo, Renaud, Carl et Théo (ULS)…et Kiouf!
Une petite vidéo de notre cher Fred:
https://www.youtube.com/watch?v=85Sio0MET2k&feature=share

Fontaine de Rivire

C’est nos copains du C7 qui mèneront la danse en ce samedi après midi en nous faisant découvrir un p’ti joyau belge, la grotte Fontaine de Rivire.

Après une grand épuration des troupes (pas moins de 4 annulations dans notre camps!), le rendez vous de 13h rassemble les plus valeureux de notre club, du C7 et du ESB.

L’entrée, par sa taille, est impressionnante; on se demande bien comment on va passer! Sans trop grande difficulté, les 12 compères se faufilent dans le boyau d’entrée pour une fois non envahi d’araignées. La galerie se découvre peu à peu, laissant percevoir au fur et à mesure du balisage quelques petites merveilles, jusqu’à la grande salle. Déjà impressionnés, nous finissons de désescalader les ressauts pour se retrouver nez à nez avec un immense lac souterrain. Le maître des lieux nous explique que l’eau est plus basse d’au moins 2m. On longe l’eau grâce à une vire déjà en place, pour trouver refuge de l’autre coté du lac.DSCF7079

On pourrait rester des heures à admirer cette eau translucide, ces plafonds immenses, ces concrétions. Benja prendra des photos sous la lumière du spot de Didier, tandis que Jacques D. en profitera pour faire un petit plongeon. Robs et Thomas, habitués des lieux, sont venus pour travailler. En effet, un câble menant au réseau supérieur doit être redressé. On quitte peu à peu ce coin de paradis. Sur le retour, Charlotte traversera « le pont de singe » pour couper l’ancienne corde. La remontée est plus facile qu’à la descente à la vue des prises.

On clôturera ce chapitre, au local du C7 jusqu’à 22h, en trinquant à Rivire, loin d’être fistuleuse!

Charlotte

Participants: Amaury, Gil, Benja, Sylvain, Antoine, Didier et Charlotte, Robs et Thomas (C7), Jacques et T8 (ESB)

TPST: 4h

Photos: Didier et Charlotte

Abime de Beaumont

Sortie à Esneux en ce samedi gelé, où une tempête de neige est censée s’abattre sur la région liégeoise. N’ayant aucun petit flocon dans le paysage, Olivier, Solenn et Enrique prennent la route dès le matin pour l’Abîme de Beaumont. Solenn réalise l’équipement de la descente sous la supervision d’Olivier. Ensuite celui-ci équipe le Pas-du-Montagnard et mène le groupe jusqu’à la salle du fond. Là il commence à déballer -et étaler!- le contenu des nombreux kits dont il avait chargé ses condisciples : il s’agit du matériel destiné à réaliser cette escalade qui le nargue depuis tant d’années.  Enrique l’assurera pour une première longueur qui mène via des spits de diverses générations à une cheminée visiblement sans suite. Redescendu (sur la corde spéléo emportée à cet effet) pour récupérer les dégaines déjà placées, il remontera effectuer une traversée -non plus sur spits mais sur goujons- pour récupérer -espérait-il- la bonne voie (mixte de vieille plaquettes 80’s, spits divers -dont les plus récents sortent de 2 bons cm de la calcite explosée- et goujons). Las ! celle-ci se terminera sur un -très- vieux point de rappel largement décalé de son objectif qui -hors de portée- le nargue sous forme d’un vénérable bout de corde et de quelques mousquetons suintants & gluants (Caro aurait appréciés). Le gros de la troupe les ayant rejoint -dans la discrétion qui leur est coutumière- le point de rappel atteint est renforcé et Olivier rejoint en auto-moulinette le plancher de la salle. Ce sera pour encore une autre fois !

P1090045L’après midi, le gros de la troupe débarque à Esneux pour s’engouffrer à leur tour dans la cavité. C’est par binôme que nous progresserons sur l’équipement déjà mis en place. Caro et Antoine ouvriront la marche, suivis de Charlotte et Didier, de CaroTte et Arnaud, enfin de Sylvain et Amaury. Après l’amusement de Sylvain sur les chaussures de Solenn, la Baïonnette infernale, le cris rauque de Caro pour l’araignée du 2e fractio, 2 puits, 3 chauves-souris et le majestueux Pas-du-Montagnard, nous retrouvons nos copains à la fin de leur escalade, une boule de boue sur la tête de Solenn… Après un petit goûter, tout le monde remonte, Amaury et Caro déséquiperont. Sur la route, Arnaud, Sylvain et Charlotte bifurquent au milieu du puits après le Pas-du-Montagnard, à travers une saleté d’étroiture, pour rejoindre la grotte du Four-à-Chaux. DSCF7064Une scène apocalyptique attend les comparses, entre fissure impressionnante et chantier en cours, ils ne mettront pas longtemps à trouver la sortie, en suivant le courant d’air et les excréments d’animaux !

Participants: Olivier, Solenn, Enrique, Caro, Antoine, Charlotte, Didier, Arnaud, CaroTte, Sylvain et Amaury.

TPST: 6h et 3h