Abîme de Beaumont

C’est sous l’excellente initiative d’un certain Arnaud C. que la sortie décrassage post-fête de Noël a été organisée, l’objectif : l’Abîme de Beaumont. Nous étions cinq à nous présenter au rendez-vous fixé vers 10h au local spéléo du RCAE : Olivier, Vinnie, Arnaud S. (oui S. et non C.), Alex (qui lui avait planifié un décrassage beaucoup plus humide dans des rivières en crue) et Martin. Après un petit trajet en voiture et quelques épingles à cheveux, nous nous sommes équipés sur le parking situé au-dessus de l’entrée de la grotte sous la bienveillance de deux chasseurs nous ayant promis de ne pas nous confondre avec une horde de sangliers bipèdes. Et finalement, courageusement, se refusant à l’appel d’une mirifique raclette (il était 11h passé) nous avons commencé notre descente. Arnaud en tête pour la première partie de la grotte et le fameux passage de la Baïonnette (définitivement plus facile à descendre que à remonter). Arrivé dans le fond, Olivier s’est lancé dans une escalade artificielle dans la dernière salle de l’abîme (la deuxième après le Pas du Montagnard) qui en suivant les spits semblait ne pas converger vers l’objectif : rejoindre par les hauteurs l’avant-dernière salle. C’est un peu frustrés (mais toujours enthousiastes) que nous avons entamé la remontée. Une fois sorti nous nous sommes dirigés vers la Grotte du Four à Chaux située dans une ancienne carrière en contrebas de l’entrée de l’Abîme de Beaumont. Cette cavité jonctionne avec cette dernière grâce à une galerie qui a dû être étayée, la grotte étant formée en partie dans une roche instable de calschiste.  Après quelques mètres de progression nous sommes entrés en communication avec un groupe d’Ostendais, qui selon leurs dire étaient “plus ou mois sept”. Nous avons décidé de ne pas les presser et de rebrousser chemin pour les laisser progresser à leurs aises.
Martin
TPST : +/- 5h
Participants : Olivier, Arnaud S., Vinnie et Martin

 

La Faille du Fond des Cris

Ce samedi, nous étions censés se retrouver vers midi à Liège pour une arrivée prévue sur place (Rue des Carrières à Chaudfontaine) à 12h40. Après quelques caffouillages, tout le monde était présent un peu avant 13h00.

Équipés, nous escaladons la colline pour mieux redescendre dans le cirque de cette ancienne carrière, le tout agrémenté de commentaires de notre guide Patrice Dumoulin (GRSC). La visite commence après cette relativement étroite entrée située à flanc de rocher. On peut directement apprécier le pendage et cette différence de roche d’une paroi à l’autre l’étroit devenant plus large (voire même carrément grand). Arrivés au “puits pas triste”, nous apprécions la morphologie de ce “tube triangulaire” et on se réjouit déjà de le remonter. Chemin faisant, nous nous retrouvons à l’endroit du passage bas qui malheureusement pour nous, siphonnait.

Demi-tour faisant (par un parcours pour le moins sinueux et étroit dont Patrice a le secret) on repasse par la cheminée de l’aiglefin essayée par Alex et Arnaud avec un succès de ce dernier (un peu rougi à la sortie et peut être un peu moins large). Non loin de la sortie, un “enquillage” en règle dans une étroiture montante nous permet de découvrir la “salle de l’ébahi” pleine de ces concrétions blanche/transparentes immaculées dont on avait rencontré quelques spécimens plus tôt dans la visite.

Sortis dans le noir, c’est à Chaudfontaine que nous retrouvons le groupe qui avait fait la visite du Rouge Thier.

Jérôme

Participants : Partice Dumoulin (GRSC), Alex, Arnaud S., Clémence, Benja et Jérôme

TPST : 4 heures

Chantoir du Rouge Thier

Ce samedi 15/12/12, après un passage pour certains à la nocturne à la Maison de la Spéléo à Namur qui s’était finalement terminée à une heure raisonnable la veille, nous nous sommes retrouvés quatres personne vers 9h pour une visite du Chantoir du Rouge Thier. Un autre groupe d’experts (saison 2012-2013) du RCAE ayant prévu la visite de la faille du Fond Des Cris.

Dans les alentours de Remouchamps, nous nous sommes arrêtés quelques fois pour observer de l’extérieur quelques chantoirs du “Vallon des chantoirs” bercés à la fois par le ruissellement de l’eau et par les explications détaillées d’Olivier.

Nous nous sommes ensuite changés près du camping du Moulin avant de pénétrer dans le chantoir du Rouge Thier (dit aussi Trou du Moulin). Après un rapide tour du propriétaire et une rencontre glaciale avec le Rubicon, nous avons décidé pour commencer d’emprunter un passage un peu étroit à gauche relativement sec. Pendant qu’Olivier équipait une suite de 3 puits, nous avons rapidement visité dans un petit réseau en cul de sac. Avant d’entamer la série de puits, nous sommes passés par un passage en main courante et en oppo. Le troisième puits nous a rafraîchi quelque peu avant de suivre un bout de rivière qui se terminait en siphon.

Nous avions du mal à trouver les similitudes avec la topo car il semblerait que la configuration des lieux ait changé à cause des sédiments, boues, branchages et autre pollution. Après un aller-retour pas très concluant d’Olivier dans une faille étroite, nous avons rebroussé chemin. La remontée du troisième puits a définitivement fini de nous détremper.

En ressortant, vu qu’on était bien mouillé, nous avons suivi le cours principal du Rubicon pour rejoindre le parking. Passé la cascade, des dépôts de sédiments mêlés à des crasses nous ont bloqué. Nous avons donc nettoyé notre matos à même la rivière avant de revenir nous changer à la voiture. Après avoir fait connaissance avec la flotte souterraine locale, nous sommes passé à la faune en allant boire une bière dans la buvette du camping.

Après un passage chez Galler, nous avons eu droit à un aperçu de la Via Ferrata du Fond des Cris en attendant l’autre groupe que nous avons finalement retrouvé en terrasse à Chaudfontaine autour d’un verre.

Vinnie.

Participants : Olivier, Vinnie, Arnaud C, Odile