Archives de catégorie : Non classé

Salon des Sports

Comme chaque année, la Section a tenu le stand Spéléo au Salon des Sports à l’Unif & y a promotionné notre stage d’initiation, nos activités spéléo & canyon ainsi que la bonne ambiance qui nous caractérise !

Merci à tous ceux qui y ont consacré tout ou partie de leur soirée : Solenn, Yu, Cha & Gil pour le montage du stand, Deb’A, Deb’O, Faustine, CaroT, Quentin, F², Alex, Kike, Benja, Amaury, Laurent et Oli qui les ont rejoints ensuite (crédit photo : https://www.facebook.com/RCAEULiegeSports)

“Je sers la science et c’est ma joie !”

A la demande de Camille Ek et après un encadrement à Ste-Anne avec mon ami ETienne, je me suis donc retrouvé à effectuer quelques mesures de CO² au niveau de la Galerie du Laboratoire, de la petite opposition et de la rivière. Une fois celles-ci réalisées et me souvenant que Camille avait mentionné un tel souhait de la part de son complice Jean Godissard, je décide de pousser rapidement jusqu’au Réseau Lemaire. Arrivé là, je rallume le Dräger qui derechef se met en alarme. Cette fois le taux d’O² n’est pas tout juste de 19% (seuil fixé par la norme professionnelle et qui donc déclenche les alarmes sonores et lumineuses du machin) mais clairement inférieur, quant au taux de CO² il est deux fois plus important qu’aux premières stations de mesure …pas étonnant que je me sois payé une petite suée en bourrant dans la Boite-aux-Lettres ! Bon, on reste bien au dessus des 17% d’O² (seuil sous lequel on risque l’inconscience) et en dessous des 3% de CO² (valeur limite d’exposition de courte durée / pour mémoire, à la Laide Fosse en novembre 2016, des taux de 3.4 à 3.8% avaient été relevés) aussi, une fois désactivée l’alarme sonore, je pourrai sans plus de soucis effectuer les mesures souhaitées, ressortir de la cavité, rapporter à Camille son appareil avec mes notes et m’en voir remercié d’un p’tit Orval, Monsieur !

Géocaches & Sub-boulder en Suède

Départ le vendredi 12 juillet fin d’aprèm’ et route jusque Bremen où nous arrivons après la fermeture de l’accueil ; nous nous hydratons (local, on est passé devant la brasserie peu avant) à la taverne du lac et allons nous installer avec les autres tentes au fond du camping. Le mot du jour (pour les trois) : Tranquille. Le lendemain enregistrement et départ après notre première fricassée matinale. Route (malgré les travaux et les encombrements subséquents) jusqu’au camping de København où nous resterons deux nuits …dans les vapeurs de kérosène (le camping est dans l’axe des pistes de l’aéroport !) ; visite de la ville, avec photo souvenir aux côtés de la Petite Sirène entre : une traversée en bac, une bière au chanvre, une église anglicane et néanmoins en silex, une non-montée au clocher de Vor Frelsers & quelques géocaches. Les mots du jour, samedi : Stau (bouchon) + Pont Danemark & dimanche : Copenhague : Gourmand + Petite Sirène + Christiana.

Le lundi 15 juillet, lestés d’une bonne fricassée nous franchissons l’Øresundsbron et entrons en Suède, direction le Värmland …en ratant la Midsommarstugan (« peut-être la seule grotte à blocs du Halland ») faute d’une lecture attentive de l’itinéraire. On se rattrape avec un bébé phare et une géocache en front de mer !

Petit crochet par l’InterSport de Göteborg ; Olivier y complète son équipement (hé oui, c’est l’été mais on est quand même dans le Nôôôrd !) et on fait l’acquisition d’un répulsif combiné tiques-moustiques. Direction Mellerud et son systembogalet, ensuite planter la tente au Kerstins Camping HB et partir à la recherche de Jättestöva ; un peu de répulsif et de lecture et nous voici face au phénomène …bon, c’est une grotte, certes ! mais question grotte de grès rien de comparable à ce que le Grand-Duché nous avait montré qq semaines plus tôt. Kike fouille les environs à la recherche, qui sait, de qqch de plus prometteur, Olivier estime qu’en s’y prenant bien on y trouve les 17m de développement annoncés et Yu découvre, elle, sa cache dans une fissure de plafond. Après une visite des environs guidée par Kike et quelques photos nous retournons au camping, c’est pas qu’on s’ennuie mais il y a un souper à préparer ! Le mot du jour : Phare + 1ère grotte (17m !) + Trop country + Cool Lichen.

Mardi 16 juillet, direction Karlstad puis Filipstad. Nouvelle lecture inattentive de l’itinéraire qui nous fait rater le crochet par Arvika et la Gylterudsgrottan, pourtant donnée pour plus de 100m de développement (entre blocs) ! Nous visiterons à la place le site de Högbergsfältet, avec la mine de Tilas Stoll -imaginez la grotte-mine de Vaux-sous-Olne mais à une bien plus grande échelle et répétée de nombreuses fois …hé bien vous n’y êtes pas encore :- ) Pas plus que la géocache :- / Le troll, lui, y était !

Le GPS -celui de Kike cette fois- n’en fait qu’à sa tête et laissé sans surveillance, nous amène via un audacieux Nord-Sud trop loin pour Rövarkulangrottan (celle près de Storfors) ; on y gagne peut-être un camping bien sympathique mais on y perd derechef un objectif :- /
Le mot du jour (4 mots …pour trois personnes) : Retour maison + Troll de la Moria + Mines de la Moria + Tilas Toll

Mercredi 17 juillet, après la traditionnelle fricassée en route vers Jätturngrottan ..mais quelques barrières 3-4km avant et la perspective de la natation nécessaire pour y accéder et la visiter nous font abandonner l’idée de visiter ce qui était pourtant annoncé comme « l’une des plus grandes et des plus intéressantes grottes du comté de Dalarna » ! Nous nous rabattrons sur Rudtjärnsgrottan (Västmanland). Mais d’abord un bon pique-nique en bord de lac avec de sympathiques naturalistes, ensuite un peu de lecture de carte (sur smartphone & tablette) et, malgré les conseils de -sympathiques, elles aussi- pêcheuses, nous traversons un spongieux paysage de fagnes pour arriver au tas de blocs promis. Motivés, Kike & Olivier s’équipent ; Yu, elle, se chargera des photos …et de la géocache !

Après plusieurs dizaines de mètres de contorsions, en suivant le fil d’Arianne ou en s’en écartant, le labyrinthe de blocs et ses multiples entrées étant suffisamment visité, nous nous déséquipons et repataugeons jusqu’à la voiture (les chaussons néoprènes auront finalement servis !), ensuite direction Stockholm et le camping de Bredäng. Le mot du jour (5 mots à trois !) : 2e & 3e grotte + Tout mou + Caos + Sflouch sflouch + Arnaud

La journée du 18 est consacrée à la visite de la capitale, et évidemment à la recherche de quelques géocaches ; la soirée verra la vaine recherche d’un concert punk, d’un peu d’animation et d’un verre à prix abordable (l’alcoolisme en Suède, et plus encore à Stockholm, semble une activité de luxe !). Nous n’irons finalement chercher ni Rövarkulangrottan (l’autre, près de Nybygget) ni Östra Klövbergsgrottan (Södermanland ; pourtant annoncée pour 309m de développement …entre blocs, évidemment). Le mot du jour (l’abus se poursuit) : Visite de Stockholm + Capitale + « mon énergie s’est rétablie » + Géocaching.

Le vendredi 19 juillet en route vers Trollegater (Östergötland). Visite de la réserve naturelle et de pas moins de 9 (les 7 référencés + 2 bonus) cavités ! de quelques 140 à 4m de développement : on explose donc le compteur spéléologique du séjour et le site est aussi géologiquement intéressant que sportivement amusant ; par contre malgré de longues recherches la cache ne sera pas trouvée (inactive depuis plusieurs mois, elle n’existe peut-être plus …piètre consolation :- /

Nous nous dirigeons ensuite vers Kalmar, son camping, son irish-pub (au repas tout à fait abordable), sa forteresse (au fantôme coquin) et notre dernière nuit en Suède. Le mot du jour (4 mots, la décrue ?) : Mini-grotte + Record battu + DNF + Grani(t).

Samedi 20 juillet, après une bonne douche -et, devinez, une fricassée !- nous nous mettons en route vers Grottan i Karnaberg (Småland) mais, las, décidant que nous avions suffisamment justifiés la veille de la fondation officielle de la discipline de sub-boulder, nous nous contenterons de parcourir de l’extérieur ces blocs erratiques et de valider la géocache.

Direction néanmoins Skaftaskärv (Blekinge) et un site similaire …autour duquel nous tournerons quelques heures sans même le voir, aussi -après avoir soulagé Kike de pas moins de 18 tiques !- nous reprendrons la route vers Balsbergsgrottan (Skåne) pour -enfin !!- du karst :- )) Nous allons chercher la clé n°2 auprès de Råbelöfs Godsförvaltning AB et nous dirigeons vers Balsberget. Yu & Olivier terminent l’approche à pied tandis que Kike convainc le véhicule de grimper la dernière pente. Nous croisons un couple de cyclistes à une table de pique-nique -les possesseurs de la clé n°1 ?- et atteignons l’entrée. Seul Olivier s’équipe -une question de respect face à notre première « vrai grotte », prétend-t-il- tandis que Yu et Kike s’enfoncent directement, seulement munis de leur casque. La morphologie générale est assez particulière, formée de petites salles en dôme reliées par des passages bas (« toi qui est équipé, va un peu voir ») le tout marqué par l’exploitation passée des fours à chaud qui voisinent l’entrée ; les parois montrent des alternances de couches d’un calcaire clair et tendre -presque crayeux- marqué de nombreux fossiles et de couches plus argileuses ou franchement gréseuses, avec en inclusion des « galets » granitiques de dimension métrique ; les rostres de bélemnites annoncés sont seulement visibles sous forme de débris sur le sol sablo-argileux ou de tronçons partiellement dégagés de la paroi : tous ceux longitudinaux et facilement accessibles ont dû être pillés depuis longtemps !

Néanmoins une cavité intéressante, où Olivier se paiera même le luxe de parcourir, au bout d’un diverticule, un vrai bout de méandre jusqu’à une voûte mouillante -malgré le respect dû à cette «enfin vrai grotte» il ne poussera pas jusqu’à s’y immerger ^ _ ^

Retour à la voiture direction Malmö et, après s’être délesté de nos dernières couronnes (1€ ≈ 10,6SEK), adieu à la Suède ; nous traversons dans la foulée le pont d’Øresund et quasi tout le Sjælland pour planter -sous la drache- notre tente au Sorø Sø Camping. Le mot du jour (derechef 5 mots pour trois !) : Tiques + Sub-boulder + DNF + Bienvenue en Belgique (pluie) + Renoncer c’est choisir

En ce dimanche 21 juillet, salut au drapeau et Brabançonne -c’était sans doute plutôt cafetière italienne et fricassée, mais soit ! ensuite le temps d’une petite cache, de quelques pâtisseries (la boulangerie du camping vaut le détour !) et, lestés de quelques sucettes (autre spécialité du camping de Sorø), nous rentrons au pays ! Le mot du jour (unanimité) : Maison.

Participants : Yu, Kike, OSt

En guise de conclusion -mais nous le savions avant le départ- les régions visitées ne sont pas propices aux grands phénomènes, surtout karstiques ; pour cela il aurait fallu au minimum prendre le bac pour le Gotland ou pousser plus au Nord de la capitale -ou au Nord-Ouest, vers la frontière norvégienne. Mais ça ne nous était pas possible (cette fois ?).

Sauf le premier et le dernier, ainsi que le mine de Tilas Stoll, les phénomènes visités se développent dans du granit, et sont généralement constitués d’amoncellements de blocs rassemblés là par le mouvement des anciens glaciers ; dans le cas de Trollegater, lors du dernier retrait glaciaire c’est le substrat granitique lui-même qui s’est soulevé et fracturé (rééquilibrage isostatique, fractures de détente, tout çaaa) ce qui explique les vides plus quadrangulaires et rectilignes. La majorité des phénomènes cités sont repris sur cette carte : http://www.speleo.se/landskapsgrottor/ (NB carte où ne figurent ni tous les phénomènes existants ni apparemment toujours les plus développés ou les plus caractéristiques) ; quelques-uns nous ont été référencés par Johannes, notre interlocuteur de la fédération spéléo suédoise (avant que les échanges mail ne s’interrompent mystérieusement un mois avant notre départ, ce qui explique(?) que nous n’ayons malheureusement pas rencontré de spéléos locaux) ; références notamment aux deux Rövarkulangrottan ont été trouvées via divers blogs ou sites de géocaching, lesquels sites ou applications nous ont souvent été bien utiles pour l’approche finales des phénomènes et ce même si la plupart de ceux cités constituent des sites d’intérêt plus ou moins touristique.

Dernière info : si le réseau routier suédois est en très bon état (infiniment moins de trous que chez nous, infiniment moins de travaux qu’en Allemagne) et les nationales bien roulantes (quoique blindées de radars, autant savoir !), il s’avère rapidement TRES fatiguant nerveusement de rouler dans un pays où TOUS les villages portent des noms de meubles IKEA ;- )

Geocaching à la grotte de l’Epervier

Kike me propose pour mon plus grand plaisir, de faire la grotte de l’Epervier. Grotte qu’il ne connait pas et dont la cache qui s’y trouve me fait de l’œil depuis un moment. Gil ne travaillant pas loin servira de contact. On se gare au domaine de Palogne car la carte nous propose un chemin traversant les voies du chemin de fer. On va faire 4 fois le chemin avant de se rendre à l’évidence, on ne pourra pas passer par là, le chemin n’existe plus…
On remonte dans la voiture avant de nous garer de l’autre coté des voies.
Nous allons bien galérer dans la marche d’approche en prenant le mauvais chemin… Ma faute, oups ^^’’

Etant passé par le ravin, on découvrira un superbe endroit que le club ne connaissait pas 🙂
On va trouver ce qui doit être l’entrée n°2 avant d’arriver à la n°1 que l’on va prendre pour la 3 en se disant que les confrères ont bien bossé…
Toute la grotte va être fouillée avant de finalement nous engager dans le couloir où dorment la cache et ses nombreuses gardiennes.
Kike trouvant le couloir trop boueux me laissera chercher une 15aine de minute avant que je ne lui demande son aide. Je lui fais remarquer un détail comique et il me dit de chercher à cet endroit. Je lui réponds en prenant la cache en main : “bin non il n’y a rien… ah… si… mais pourquoi tu n’es pas venu plus tôt ???”
Une bien belle petite grotte qui a du potentiel donc bon courage aux copains pour la désob’ !
Par contre, la topo trouvée sur le site du geocaching n’a plus rien avoir avec ce qu’est devenu la grotte !

Une fois de retour près de Gil, j’irai faire trempette dans l’eau en sous-combi avant d’aller boire un verre et manger un bout !

Yulrike

TPST: 2h

Participants: Enrique et Yu

20 ans de Barchon

Cette année, c’est la vingtième édition du parcours technique du fort de Barchon et nous l’attendions avec impatience.

Gil, Charlotte, Solenn, Gilles, Laurent, Arnaud (le nouveau), Quentin, DébO, DébA et Amaury se rejoignent en ce vendredi soir vers 20h et admirent en avant première la superbe cascade créée pour l’occasion sur le mur du fort. Ça commence très bien ! Après quelques salutations, nous partons nous équiper et commençons par le parcours E comme étroiture. Nous prenons sous notre aile Marta, une Polonaise que notre copain Géry nous présente. La communication est un peu compliquée mais elle comprend les mots les plus importants et les plus utilisés de la soirée, à savoir longe et boulet ! Vu la taille du groupe, l’attente est un peu longue mais distraite par les blagues débiles de Quentin ! Dans la coupole, vers 22h, Arnaud nous abandonne, il est donc le moment de faire une pause ! La surprise est totale quand nous retrouvons au bar Jérôme et Benja. Après avoir mangé (et dégommer la tradition en évitant la fondue!) et trinqué, c’est autour de Gil de partir au moment où les autres reprennent le parcours. Quentin appréhende le Puits du Chef et décide de mettre son descendeur sur sa longe pour plus de facilité… c’est sans compter sur son moustif qui le lâche en plein milieu de la descente ! On passe le couloir noyé à l’aide de l’embarcation, Solenn et Charlotte ensemble, et nous remarquons vite au toucher du plafond qu’il y a plus d’eau que d’habitude ! Arrivés de l’autre côté, nous cherchons une sortie pour régler le problème de Quentin, sans résultat! Charlotte arrive à défaire le noeud et remplace le moustif, on peut donc continuer. Pendant ce temps, Solenn s’amuse à faire des allés retour dans les trous des murs… On sort enfin sur la façade où nous attend Géry pour quelques clichés. Certains feront le rappel guidé, d’autres le grand tour, pour ce retrouver au bar. Solenn, DébO et Charlotte décident de faire le parcours B, le préféré des filles ! Arrivée sur la tour d’aération, Charlotte fatigue et se rend compte qu’il est 3h30 du matin ! On évite donc les parapluies et descendons directement. Nous finissons le parcours et attendons au bar Laurent, Amaury et DébA qui nous suivaient de loin. C’est vers 5h du matin que nous allons nous coucher.

Debout à 9h pour Amaury, Solenn, DébO, et Charlotte pour quitter les lieux car ces 2 dernières s’envolent pour Majorque ! :p

Elles vont louper tout ce que le Squad a prévu de chouette pour l’occasion: un escape game dans un nouveau parcours, spéléo-box, une soirée-événement…

Laurent et DébA émergent vers midi et petit-déjeunent aux frites ! Ils sont rejoint par Antoine et Yu, qui décide de partir sans faire de parcours. Les 3 acolytes enchaînent les parcours et sont rejoint par Faustine et Quentin. En fin de journée, Yu réapparaît avec Enrique. Antoine finit la sienne dans la cascade, tandis que les valeureux DébA et Laurent doublent les parcours pour finir vers 2h du matin où leur objectif de faire tous les parcours est largement atteint !

Le dimanche, Olivier passera “rapidement” et “juste pour prendre livraison de ses commandes” auprès de SpéléRoc et CanyonZone, il repartira quelques 4 à 5h plus tard ! Sans avoir effectué un seul parcours (si ce n’est peut-être la dernière partie du J)

Une vingtième année dignement fêtée, à l’image du Squad, où comment insérer du neuf dans de l’ancien…un pari gagnant qui nous fait revenir tout les ans. 

Longue vie à Barchon!

Charlotte

 

VF à MLD avec LSC

Derrière ces acronymes il faut tout simplement entendre qu’Amaury et Olivier ont été rejoindre Stef sur une activité via ferrata de son club, Les Sans Ciel. Laquelle via ferrata est située à Marche-les-Dames, dans le Centre d’entrainement des Commandos ce qui nécessite pour y accéder de présenter au corps de garde sa carte d’identité (quand on l’a !) ainsi que sa carte d’affiliation UBS (normalement celle de l’année en cours re-!) …précautions quelque peu surprenantes quand on voit les trous qui existent dans la clôture à l’opposé du dit corps de garde, mais chuut !

Une fois accomplies ces formalités, on accède rapidement au pied de la paroi où l’on s’équipe et l’on s’élance. N’ayant pas emporté de corde de rappel nous ne ferons ni le shunt ni la descente depuis le grand (40m de long) pont de singe -à noter pour ce dernier l’élasticité du câble inférieure qui fait que -quelque soit votre taille- votre moustif acier se retrouve bien en tension sur le câble supérieur (bonjour la limaille et le pénible elbow !)(et non ! vu le diamètre du câble, pas possible d’utiliser une poulie). La suite du parcours comporte un ressaut -patiné par des générations de combat shoes- et le fameux Tarzan (Youhouu !) puis, à défaut de la corde de rappel déjà mentionnée & face à une barrière qui aurait du être ouverte, nous terminerons en désescaladant la paroi initiale.

La journée se clôturera à la “Pétaudière” où nous échangerons avec nos hôtes projets et considérations diverses (à défaut de refaire le monde de fond en comble).

Participants : Amaury & OSt (RCAE) ; Stef, Jean-Marc & Fred (LSC)