Rss

Archives for : janvier2020

Sainte-Anne, l’intégrale “à une vache près”

Alors que la section œnologie du RCAE était en mission dégustation de grottes en Corbières, une séance de “consolation” était organisée à St Anne.
Il est 11h quand notre quintet formé par Faustine, Yu, CaroT, Vinnie et Olivier s’enfonce sous terre.

Nous empruntons quelques diverticules et boucles entre l’Entrée et la Salle des Scouts histoire de nous échauffer les guiboles. Nous revenons sur nos pas pour tenter de forcer l’Etroiture des Boutons. Seules CaroT et Faustine passeront, non sans avoir retiré quelques éléments de leur tenue…
Après, nous descendons un petit toboggan pour rejoindre la galerie principale et son passage du Dromadaire.
Ces différentes étapes sont ponctuées d’explications sur la géologie et la formation de la grotte par Olivier qui semble connaitre comme sa poche les moindres recoins de St Anne.
Nous rejoignons l’actif et la cascade pour cheminer courbés vers une petite oppo qui mène dans une salle dont une partie avait été nettoyée jadis par de courageux spéléos en 2012.
Puis nous atteignons la Galerie du Laboratoire puis redescendons par un passage étroit qui mène au Marlboro.


Ensuite nous quittons l’actif pour monter à la Galerie des Fistuleuses qu’on suit en passant par une oppo que peu arrivent à franchir de manière fluide et cela nous mène au Laminoir précédent la Boite aux lettres.
Nous ferons donc l’impasse sur le Réseau Lemaire, la poste étant parait-il en grève…

Demi tour et contournement du Pas de la Mort pour descendre en désescalade à la Rivière. Le passage étroit vers la Méduse qui perdu depuis longtemps son pouvoir urticant nous plonge à 4 pattes dans la flotte. Un moment vivifiant qui durera jusqu’au siphon.
Pourtant si proche des Manants, nous ne tenterons pas le passage en apnée et attendrons la compagnie d’Arnaud Dohmen pour nous y guider une prochaine fois.
Nous ne nous attardons plus et regagnons la sortie la plus directement du monde.
Une fois dehors nous pouvons apprécier les derniers rayons du soleil de cette douce journée de janvier.
Une fois changés, nous allons nous rafraichir le gosier chez Enrique.
Vinnie

Participants : Faustine, Yu, CaroT, Vinnie et OSt ; TPST : 5h30

Projet Epu-Karst

1ère réunion d’organisation & de présentation du matériel de mesure, prélèvement et analyse, au Chalet du C7-CASA. Sont abordés deux des cinq systèmes étudiés dans le cadre de ce projet : celui du Vallon des Chantoirs (pour le suivi duquel nous proposons notre soutien) et celui du synclinal de Sprimont (Noû Bleû etc.) ; participants RCAE : Deb’A, Cha, Gil & Amaury

Le projet Epu-Karst vise à analyser l’évolution des concentrations de polluants (notamment les nitrates) au travers des systèmes karstiques.
La concentration en nitrates diminue entre la perte et la résurgence mais quelle est son évolution dans le karst lui-même ?
Pour tenter d’y répondre, une campagne de mesures et d’analyses va être menée sur deux ans à raison d’une “séance” tout les deux mois dans cinq systèmes karstiques de Wallonie par la CWEPSS & l’ISSeP en collaboration notamment avec des acteurs de terrain, dont bien évidemment les spéléos locaux.
Plus de détails sur le projet Epu-Karst via https://epukarst.org/ et en pages 1 à 4 de http://www.cwepss.org/download/ecoKarst/ecokarst117.pdf

Vallon des Chantoirs (points de pertes -en jaune- et résurgence -en bleu- objets du suivi) – source : AKWA via WalOnMap

Véronika

Pour la première sortie de l’an 20, c’est à Véronika que la troupe du RCAE s’est donnée rendez-vous. Vers 10h, nous sommes finalement 9 à nous engouffrer par la tunnel de la CILE ouvert par Paul Xhaard. Olivier et Kike se faisant porter pâles en dernière minute. Nous nous dirigeons pour commencer vers le P8 que Charlotte équipe pour atteindre la Rivière Immobile. Cela prend du temps pour faire descendre tout le monde, faire le petit aller-retour et puis remonter en déséquipant.
Nous nous suivons à la queuleuleu dans le Boulevard et puis dans l’épuisante Galerie des Rotules pour atteindre l’intersection du point 10 de la topo PdB.

Pour atteindre le Réseau du Père de Noël ainsi que la Galerie des Gours il faut passer une étroiture dans une flaque pas très engageante… C’est là que Quentin choisira de rester en attendant. Charlotte restera avec lui durant les 2H qu’il nous faudra pour visiter les 2 réseaux.
Nous commençons par le Père Noël où nous pouvons admirer des jolis concrétionnements cristallins. On se croirait dans un prolongement de la Galerie des Rotules tellement ça a l’air long et casse-genou. Antoine nous mène dans le chaos de certains passages.
Demi-tour ensuite pour cheminer jusqu’au croisement avec le Réseau des Gours. Cela débute par une belle étroiture que seul Vinnie aura du mal à passer. Petite pause gougouille alors que la plupart piquent une tête jusqu’à la salle Lilli. Le retour jusqu’au point 10 sera plus rapide malgré un petit coincement de Vinnie dans l’étroiture qui en sortira grâce non pas à la main de dieu mais à celle d’Antoine.


Nous retrouvons Quentin et Charlotte qui nous ont courageusement attendu, nous ayant laissé un message “On est sorti” en boulettes d’argile.
La projet de faire la traversée Véronika-Chawresse au retour n’ayant pas fait l’unanimité, nous repartons dans le Réseau des Rotules, Quentin ne manquant pas de d’enquiquiner ses camarades en défaisant leur lacets dans le ramping.
Nous récupérerons notre matos peu avant la sortie à l’air libre par le tunnel de la CILE. Nous allons faire une petite séance de nettoyage de matos dans le ruisseau avant de nous rhabiller et d’aller s’en jeter un au café, je vous le donne en mille “La Chawresse”.
Vinnie

Participants : Louise, Cha, CaroT, Faustine, Deb’A, Yu, Vinnie, Quentin, Antoine ; n’iront pas plus loin que le parking, vaincus par les microbes (ou autres virus) : Kike & OSt
TPST: 6h