Rss

Archives for : Spéléo

Formation Connaissance du Milieu – 25 & 26 mai

Participants RCAE : ArnaudS (titulaire de la formation) + Oli (chargé des cours BioSpe & Protection du dimanche PM)

DMS Anciens (& leur famille)

Participants à la visite de Ste-Anne : Mariotte (+ ses jumeaux), Jean (+ Marti & Maëlle), Benoit (+ sa compagne, leurs 2 enfants, 1 ami & sa fille) encadrés par F² & Oli (+ ses djonnes) ; rejoints au BBQ par LauM, Sophie & Nico

Du pouding(ue) !

Ce 25 mai 2019 nous voilà parti à la découverte du ‘’pouding’’ de Malmedy !

Invités par notre ami du C7 Robert Teck (alias Bobo) pour découvrir les grottes de la région de Malmedy , nous nous retrouvons ce samedi matin avec une petite équipe qui se constitue de Robert, Thomas, Pascal, Débo et Pauline qui nous rejoint à la première visite. L’objectif de la journée est de visiter le Trou du Géographe, mais vu que Débo n’est jamais venue dans la région, Robert décide de « promener Débo » avant. Nous nous équipons aux voitures et commençons la visite par le Trou « Altitude 465 » (le trou le plus haut de Belgique semblerait-il). Robert nous explique que ce trou est toujours en explo, et nous découvrons pour la première fois la particularité du poudingue de Malmedy. Nous descendons une échelle et arrivons dans un passage étroit. Robert à bien envie de faire une petite désob, mais ce sera pour la prochaine fois, Thomas doit partir tôt.

Après une pause casse-croûte, Robert nous emmène au Trou du Chien (qui tient son nom à cause d’un chien de chasseur qui est tombé dedans). Nous utilisons une corde pour nous aider à descendre, une fois au fond Bobo nous explique la particularité et l’histoire de ce trou qui a été rebouché. Chacun de nous trouvera un crapaud et une grenouille (Robert essayera de faire apparaître une princesse, mais nous sommes déçus de voir que ça ne fonctionne pas 😉 ). Robert décide de les sauver et les remonte à la surface dans sa poche.

Une fois remonté, nous retournons au Trou du Géographe (le géographe c’est Pascal ) ou l’on était passé au début pour déposer nos baudriers et des seaux. Nous entrons dans le trou et faisons la connaissance de ses habitantes (de grosses araignées). Robert commence à désober l’entrée pour pouvoir passer, après avoir remonté une vingtaine de seaux, nous arrivons sur un puits d’une dizaine de mètre. Le trou est beau, le poudingue à un aspect très particulier, nous passons par la « Bouche à concrétion » (passage préféré de Pascal où les concrétions ont la forme d’une bouche aux dents pointues) et nous arrivons sur une jolie cascade de concrétion qui laisse penser à de grosses meringues (il y a même une concrétion entièrement blanche ce qui est rare dans le poudingue qui a des teintes ocre). Pauline et Debo explorent les étroitures avant de remonter et apprennent qu’elles sont les premières filles à visiter ce trou !

Après notre visite nous rejoignons les voitures pour nous déséquiper et allons manger une gaufre bien méritée en terrasse pour clôturer cette super journée.

Débo

TPST: 2-3h/grotte

Participants: Débo (RCAE) et Robert, Thomas, Pascal et Pauline (C7)

Un furet au lieu d’une source !

C’est la Galerie des Sources que nous décidons d’explorer aujourd’hui car certains d’entre nous ne l’ont jamais faite. Nous nous retrouvons donc à 10h au local et préparons le matériel grâce aux souvenirs de Sylvain. Après avoir tout préparé, nous manquons d’oublier la clé UBS et c’est en allant la chercher que nous nous rendons compte qu’elle n’est pas à sa place ! Commence alors une série d’appel téléphonique pour essayer de joindre les personnes susceptible d’en avoir une. Nous changeons donc de plan et dressons la liste des cavités sans porte !

Pour éviter de refaire encore une énième fois Wuinant ou Chawresse, Charlotte pense au Trou des Furets, ce qui ravi Antoine qui voulait la faire depuis longtemps. Nous prévenons Sylvain qui a du coup un peu plus de route à faire et nous l’attendons chez Charlotte. Entre-temps, nous allons repérer les lieux pour être sûrs qu’il n’y a vraiment pas de porte ! Grâce aux souvenirs d’Antoine, nous la trouvons facilement. Il est 12h30 quand Sissy arrive et nous improvisons un pique-nique sur la table du salon. Charlotte en profite pour chercher la topo, l’imprimer et la plastifier. Nous prenons enfin la route pour Dolembreux et après un énième selfie de Sylvain (nous avons créé un monstre !), nous rentrons enfin dans la grotte à 14h, où Laurent se rend compte que Charlotte a oublié la topo !

Après avoir désescaladé facilement les ressauts sous une pluie de feuilles et de cailloux, nous arrivons au-dessus du puits de la Hache, d’environ 10 mètres. Charlotte équipe en oubliant de placer la déviation et doit remonter ! Arrivés en bas, nous nous apprêtons à franchir le tant redoutable passage avec la chaîne. La seule fois où Charlotte était venue 4 ans auparavant, elle avait glissé dans le fond et était restée coincée comme une fourmi dans un verre ! Expérience faisant, elle passe sans aucun problème et attends Antoine qui se bloque avec son croll ! Toute la troupe passe chacun à sa manière sans grande difficulté et nous montons une petite escalade de 5 à 10 m, puis passons le Cloaque, une étroiture plus sévère. Nous arrivons dans une petite salle où se trouve un ressaut descendant, celui-là même qui nous avait fait demi-tour à notre dernière venue. En ayant retenue la leçon, nous avions apporter une corde que Charlotte installe comme elle peut pour descendre les 3m en se rendant compte que vue du bas, il y a plein de prises et donc la possibilité de passer en escalade. On arrive dans une salle où les traces de passage sont abondantes et la glaise se fait collante. En cherchant la suite, Charlotte et Antoine se retrouvent dans un petit boyau, pendant que les autres trouvent le passage. Ils s’en sortent tant bien que mal et rejoignent les autres dans une suite descendante pour arriver à un ressaut comme Charlotte les déteste. Plus impressionnant que prévu et à l’aide des copains, elle rejoint les autres pour continuer la recherche de la rivière que nous trouvons très rapidement. Nous arrivons au bout dans la salle, dite cheminée Bocal, faisons quelques photos de groupe et décidons de faire demi-tour. La remontée se passe assez rapidement et la corde est en fin de compte bien utile pour l’escalade du ressaut où Amaury, qui a décidé de ne pas l’utiliser, éprouve quelques difficultés ! Retour à la chaîne beaucoup plus facile à passer en descendant, nous arrivons en bas du puits dans lequel Sylvain a peur de la « lame castratrice » qu’il a ainsi gentiment nommé ! Laurent et Amaury déséquipent et nous ressortons vers 17h15. Nous retrouvons la topo sur le siège arrière de la voiture et constatons qu’il y avait la galerie des fistuleuses un peu après la salle où nous nous sommes arrêtés. Nous sommes un peu surpris car nous n’avions pas trouvé réellement de suite, il faudra donc bien y retourner!

Après quelques petites péripéties, nous nous retrouvons au local où Sylvain met tout son coeur à nettoyer le matériel !

Charlotte

Participants: Sylvain, Amaury, Laurent, Antoine, Charlotte

TPST: env 3h

Photos: Sylvain

 

Formation Prévention et Auto-Secours en Spéléo, Canyon, Via Ferrata & autres activités de plein air

Initialement prévue comme formation interne au club, puis à la demande d’un des intervenants extérieurs ouverte aux membres de son club, ensuite programmée comme formation fédérale, enfin proposées à la Section RCAE Escalade et aux diverses Sections du CAB, le moins qu’on puisse dire est que la genèse de cette activité fut mouvementée ! d’autant qu’entre temps l’interclubs spéléo-canyon aux Baléares était venu chevaucher le WE réservé !

Mais soit ! le jour dit l’ensemble des quatre participants se pressait -ou pas- aux portes du local où se sont succédés Jacques, Kike & Olivier pour aborder les différentes matières prévues pour le samedi matin : analyse des risques, raccourcis qui tuent et défaillances humaines, Force-choc et facteurs de chute, syndrome de suspension, réactions à un incident/accident, spéléoponcho & point-chaud, etc. Après une telle matinée la pause de midi a été l’occasion de souffler et de s’ébrouer qq peu ! L’après-midi fut plus active puisque chacun -ou presque- ayant enfilé son harnais, le mur du Blanc Gravier fut rapidement équipé afin de travailler en ateliers techniques de réchappe, d’assurage, de levage et de dégagement.

Le lendemain les quatre candidats étaient devenus cinq grâce au renfort de Deb’O à peine rentrée des Baléares, et Jacques était remplacé par Steph qui embraya directement sur la seconde partie des réactions face à un accident : fiche-bilan, alerte aux secours (tant spéléo que montagne, en considérant la situation dans la plupart des pays européens) et pathologies spécifiques aux diverses activités et milieux considérés (le genre de présentation qui vous pousserait -presque- à vous réorienter vers la broderie ou le modélisme ;- ) La pause de midi fut de nouveau l’occasion de souffler, avant de sauter comme la veille dans les harnais pour compléter/peaufiner les diverses techniques. Enfin retour en salle pour petit point biblio -sur papier ou en ligne- et en guise de conclusion quelques mots sur la prévention, l’organisation d’une activité. Un petit débriefing et chacun put se dire au revoir et renter chez lui. Une activité à reprogrammer, en choisissant un peu mieux la date et en insistant un peu plus sur la promotion !

Participants : Yu, Amaury + Deb’O (RCAE) ; Stéfan (GSESM) et Celui-dont-le-nom-ne-doit-être-prononcé-en-vain (SSN)

Cadres : Stéphane Palmaert (ComForm & SSBC), Jaques Delmotte (ComCanyon & ESB), Kike, ArnaudS & Oli (RCAE)

Geocaching à la grotte de l’Epervier

Kike me propose pour mon plus grand plaisir, de faire la grotte de l’Epervier. Grotte qu’il ne connait pas et dont la cache qui s’y trouve me fait de l’œil depuis un moment. Gil ne travaillant pas loin servira de contact. On se gare au domaine de Palogne car la carte nous propose un chemin traversant les voies du chemin de fer. On va faire 4 fois le chemin avant de se rendre à l’évidence, on ne pourra pas passer par là, le chemin n’existe plus…
On remonte dans la voiture avant de nous garer de l’autre coté des voies.
Nous allons bien galérer dans la marche d’approche en prenant le mauvais chemin… Ma faute, oups ^^’’

Etant passé par le ravin, on découvrira un superbe endroit que le club ne connaissait pas 🙂
On va trouver ce qui doit être l’entrée n°2 avant d’arriver à la n°1 que l’on va prendre pour la 3 en se disant que les confrères ont bien bossé…
Toute la grotte va être fouillée avant de finalement nous engager dans le couloir où dorment la cache et ses nombreuses gardiennes.
Kike trouvant le couloir trop boueux me laissera chercher une 15aine de minute avant que je ne lui demande son aide. Je lui fais remarquer un détail comique et il me dit de chercher à cet endroit. Je lui réponds en prenant la cache en main : « bin non il n’y a rien… ah… si… mais pourquoi tu n’es pas venu plus tôt ??? »
Une bien belle petite grotte qui a du potentiel donc bon courage aux copains pour la désob’ !
Par contre, la topo trouvée sur le site du geocaching n’a plus rien avoir avec ce qu’est devenu la grotte !

Une fois de retour près de Gil, j’irai faire trempette dans l’eau en sous-combi avant d’aller boire un verre et manger un bout !

Yulrike

TPST: 2h

Participants: Enrique et Yu

20 ans de Barchon

Cette année, c’est la vingtième édition du parcours technique du fort de Barchon et nous l’attendions avec impatience.

Gil, Charlotte, Solenn, Gilles, Laurent, Arnaud (le nouveau), Quentin, DébO, DébA et Amaury se rejoignent en ce vendredi soir vers 20h et admirent en avant première la superbe cascade créée pour l’occasion sur le mur du fort. Ça commence très bien ! Après quelques salutations, nous partons nous équiper et commençons par le parcours E comme étroiture. Nous prenons sous notre aile Marta, une Polonaise que notre copain Géry nous présente. La communication est un peu compliquée mais elle comprend les mots les plus importants et les plus utilisés de la soirée, à savoir longe et boulet ! Vu la taille du groupe, l’attente est un peu longue mais distraite par les blagues débiles de Quentin ! Dans la coupole, vers 22h, Arnaud nous abandonne, il est donc le moment de faire une pause ! La surprise est totale quand nous retrouvons au bar Jérôme et Benja. Après avoir mangé (et dégommer la tradition en évitant la fondue!) et trinqué, c’est autour de Gil de partir au moment où les autres reprennent le parcours. Quentin appréhende le Puits du Chef et décide de mettre son descendeur sur sa longe pour plus de facilité… c’est sans compter sur son moustif qui le lâche en plein milieu de la descente ! On passe le couloir noyé à l’aide de l’embarcation, Solenn et Charlotte ensemble, et nous remarquons vite au toucher du plafond qu’il y a plus d’eau que d’habitude ! Arrivés de l’autre côté, nous cherchons une sortie pour régler le problème de Quentin, sans résultat! Charlotte arrive à défaire le noeud et remplace le moustif, on peut donc continuer. Pendant ce temps, Solenn s’amuse à faire des allés retour dans les trous des murs… On sort enfin sur la façade où nous attend Géry pour quelques clichés. Certains feront le rappel guidé, d’autres le grand tour, pour ce retrouver au bar. Solenn, DébO et Charlotte décident de faire le parcours B, le préféré des filles ! Arrivée sur la tour d’aération, Charlotte fatigue et se rend compte qu’il est 3h30 du matin ! On évite donc les parapluies et descendons directement. Nous finissons le parcours et attendons au bar Laurent, Amaury et DébA qui nous suivaient de loin. C’est vers 5h du matin que nous allons nous coucher.

Debout à 9h pour Amaury, Solenn, DébO, et Charlotte pour quitter les lieux car ces 2 dernières s’envolent pour Majorque ! :p

Elles vont louper tout ce que le Squad a prévu de chouette pour l’occasion: un escape game dans un nouveau parcours, spéléo-box, une soirée-événement…

Laurent et DébA émergent vers midi et petit-déjeunent aux frites ! Ils sont rejoint par Antoine et Yu, qui décide de partir sans faire de parcours. Les 3 acolytes enchaînent les parcours et sont rejoint par Faustine et Quentin. En fin de journée, Yu réapparaît avec Enrique. Antoine finit la sienne dans la cascade, tandis que les valeureux DébA et Laurent doublent les parcours pour finir vers 2h du matin où leur objectif de faire tous les parcours est largement atteint !

Le dimanche, Olivier passera « rapidement » et « juste pour prendre livraison de ses commandes » auprès de SpéléRoc et CanyonZone, il repartira quelques 4 à 5h plus tard ! Sans avoir effectué un seul parcours (si ce n’est peut-être la dernière partie du J)

Une vingtième année dignement fêtée, à l’image du Squad, où comment insérer du neuf dans de l’ancien…un pari gagnant qui nous fait revenir tout les ans. 

Longue vie à Barchon!

Charlotte

 

Retour au Trou Bernard

Après le gros des travaux du 9 mars il restait un peu de mise en peinture à faire et quelques amarrages à poser. Luc ayant mis une première couche la veille (ou l’avant-veille), Olivier, accompagné de Yu, est allé en mettre une seconde, ainsi que poser un double amarrage (une broche + un amarrage foré) afin de sécuriser d’une main-courante l’accès au Number Two. Tant qu’à faire d’être sur place avec la foreuse etc., une seconde broche a été placée en tête du Puits de l’Oppo et quelques AF supplémentaires ont été réalisés afin de doubler diverses monobroches jusqu’en haut du Grand Puits.

TPST : +/- 5h

Participants : Yu & Oli

Nettoyage du gouffre de Belvaux

Participants RCAE : Deb’O, Sissi

Family Event RCAE

Finalement ce 30 mars à Ste-Anne, Kike était venu avec Yannick (5ans), Olivier avec Nohan (5ans aussi ), Stef avec Annouk (…5ans !) & Yorick (3ans), Gilles avec sa copinne Wendy et Solenn sans Marthe, sa maman, puisque cette dernière est arrivée toute seule ! Yu & Cha étaient également présentes, avec leur bonne volonté et leur patience (& il en faudra !). Une fois équipé tout ce petit -ou moins petit- monde, quelques consignes, quelques mots d’introduction puis l’on pénètre sous terre, les plus jeunes sans presque se baiser :- ) Plus jeunes qui pourront profiter des deux tyroliennes mises en place à leur seule intention (la tension de celles-ci n’étant pas destinée à des passagers de plus d’une quinzaine de kilos, n’insistez pas !). Arrivé à la Salle de la Cascade les plus petits font demi-tour tandis que les grands se voient amenés jusqu’au Pas-de-la-Mort où une descente en rappel vient compenser la privation de tyrolienne. Ensuite c’est le retour par la Rivière. Le tout est rondement mené et les petits se voient rattrapés au niveau de la Salle des Scouts. A la sortie tout le monde se déclare enchanté de l’expérience. On garde donc l’idée !!