Archives de catégorie : Club

Enfin se déconfiner sous terre !!

Après avoir “réservé” l’Anticlinal, voila que nous avions “réservé” le Rouge-Thiers. Eh oui ! retourner sous terre en période de Covid était à ce prix !

Bref, toujours est-il qu’avant d’effectuer nos mesures, prélèvements et analyses dans le cadre d’EpuKarst, quoi de mieux puisqu’on peut enfin retourner sous terre que de visiter l’une des cavités objet de ces études !? Voila donc pourquoi nous nous sommes peu à peu retrouvés sur le parking avant le camping, Cha, Faustine, Deb’O, Antoine, Antoine, Oli puis enfin Vinnie au volant de son superbe engin. Après quelques consignes, papotes de retrouvailles -distanciées- & une mise en tenue en mode pré-vacances, nous mettons enfin en route vers la cavité sous un soleil radieux.

Là, deux équipes : Cha & Faustine accompagnent Antoine vers la Grande Galerie -cette fois, avec cette année d’étiage prononcé, les pluies de la veille ne devraient malgré tout pas avoir réussi à lui en verrouiller l’accès !- tandis qu’Amaury et Oli, suivis de Vinnie, amènent les kits dans le Réseau diaclasien. Tandis que l’équipe féminine -ou presque- dégage les embacles qui tentent malgré tout d’empêcher Antoine d’accéder à ces grands volumes tant désirés, l’équipe des barbus -ou presque- commence à équiper, sans prendre exemple sur deux Limbourgeois déjà sur place et qui -outre qu’ils ne se sentent pas concernés par les formalités Covid mises en place par les 3 fédés (SpeleoNederland, VVS & UBS) “parce qu’ils ne sont pas fédérés”- ont visiblement dû apprendre à “équiper” sur Youtube O_o Entre leurs paquets de nouille, la voie classique équipée par Amaury et la grande boucle équipée par Oli, ce réseau ressemble rapidement à un gigantesque macramé !! Un petit tour dans la pluie du fond et il est temps de remonter retrouver l’autre équipe. Laquelle nous racontera avoir dû pas mal gratter, puis avoir été jusqu’au siphon (le 1, celui qui se désamorce parfois, mais pas aujourd’hui -rappelez-vous il a malgré tout bien plu la veille) puis visité au retour une réseau latéral, descendu jusqu’à entendre de la flotte.

Tandis que Faustine, Cha & Antoine s’insèrent à leur tour dans le Réseau diaclasien, nous allons voir leur passage -plus large qu’annoncé !- puis Amaury et Vinnie peuvent à leur tour découvrir les volumes de la Grande Galerie -un nom pas usurpé, pour une fois ! On dévale à notre tour celle-ci jusqu’au siphon, non sans repérer en rive droite le début de MC que Jack avait commencer d’équiper -il n’avait pas tord, il devrait y avoir moyen de s’amuser de ce côté ! gratuitement, mais s’amuser :- ) Ensuite au retour, au niveau de la pioche, nous nous enquillons à notre tour dans un réseau de diaclases, plus brutes que celles de tout à l’heure, et nous y admirons quelques fossiles et de jolies morphos, avant de reprendre le chemin de la sortie, et son goulet d’étranglement qui, décidément ne sent pas la rose ! Amaury et Vinnie, rapidement rejoints par Antoine qui doit rentrer tôt, retournent se changer aux voitures, Oli attend les demoiselles qui déséquipent. Il en profite pour recontacter Jérémy, qui a essayé de le joindre entre-temps : piégé par des mauvaises indications du TEC, ce dernier a raté une correspondance, il ne pourra donc nous amener le matériel de prélèvement :- / mais il s’engage à effectuer ces tâches peu après ; nous nous retrouverons donc lors de la prochaine séance EpuKarst, ou lors de la sortie post-Covid du dernier-né des AKWA ? Mais voila qui modifie fortement le programme de l’après-midi…

Lorsque les demoiselles ressortent enfin -elles ont plus été embêtées par l’état de la main-courante que par les deux kits : visiblement les Limbourgeois, utilisant nos cordes et non les leurs + confondant M-C de sécurisation et de progression, ont dû s’y laisser aller en cochon-pendu, voire l’ont modifiée pour retirer leurs tas de pus (alors qu’il n’avait pas de raison : nous avions équipé clairement dissocié de leurs bazars). Bon, tout le monde étant dehors et ayant pris connaissance du changement de programme, décision est prise de clore sur un débriefing et une BBBM. En attendant la prochaine !!

TPST : 3h-3h30

Participants : Faustine, Deb’O, Cha, Amaury, Vinnie, Antoine, Oli

Se déconfiner avant de se confiner!

Après cette période de confinement, nous avions besoin de nous dégourdir les pattes ! Heureusement, nous pouvons retourner sur rocher, la liberté souterraine est seulement demain. Après avoir bien respecté les directives, le rendez-vous est donné à 9h30 sur le parking de Ste-Anne, pour une journée d’entraînement sur corde. Gil et Amaury prennent de l’avance afin de contourner le rocher, franchir les ronces et d’équiper la corde qui nous permettra de commencer. Il nous faudra bien une heure pour rappeler les consignes d’hygiène et de sécurité, petit déjeuner, s’équiper, enkiter, et admirer la nouvelle voiture de Vinnie ! Parés de nos masques, nous nous dirigeons vers l’Anticlinal, où Gil apparaît sur une corde suivie d’Amaury qui rectifie l’emplacement des kits pour éviter les frottements. L’objectif de la journée était simple : Faustine avait vraiment hâte de s’entraîner sur corde; nous devions donc lui préparer un super parcours! Par équipe de 2, chacun une paroi, nous commençons à équiper des vires, des parapluies… Tout ce qui pourrait enchanté Faustine ! Gil supervise le tout du bas, mais pour respecter les distances sociales, DebA et Amaury n’équiperont qu’à partir l’après midi. Mais chacun s’occupe en admirant le travail des autres et Charlotte montre à Faustine ses premiers noeuds! 

Sur parois, la reprise est douloureuse et tout le monde est rouillé ! Personne ne fait vraiment le malin là haut….sauf Faustine qui gère à merveille ! Mais elle finira sa journée couverte de fientes de pigeons ! Chacun fera ce magnifique parcours 2-3 fois avant de le déséquiper vers 18h. Nous aurons la belle surprise d’un petit coucou d’Alex et Solenn. Une journée avec les copains, ça fait quand même du bien!

Participants: Amaury, DebA, Laurent, Vinnie, Sylvain, CaroT, Gil et Charlotte.

En attendant la reprise (2)

Devant le succès de l’édition précédente, et toujours dans l’attente de retourner sous terre -ou au moins sur corde-, une seconde balade géologique avait été programmée. Cette fois, pas d’itinéraire grand-public mais une réalisation interne, fruit du travail conjoint de CaroT & Alex.

C’est donc munis de leur roadbook descriptif -qui sur papier, qui dans son téléphone- et de leur cheminement -dûment enregistré dans au moins un téléphone par équipe- que, de nouveau consciencieusement répartis en groupes “cellule cohabitante + max. 2 individus extérieurs”, un certain nombre d’entre nous (12, sans conjoint cette fois mais avec 1 des enfants, et les 2 mêmes chiens) ont pris des départs raisonnablement espacés de Méry, pour monter à l’ascension du Bois des Manants, suivre le Synclinal des Dolines, redescendre par le Vallon de la Chawresse et remonter vers les Bois de Famelette et de Nomont -bien connus de ceux qui ont travaillé avec le GRSC sur les avals du système de Beauregard- passer par la Roche-aux-Faucons -et pour certains pousser jusqu’à l’entrée du Souffleur et la Triple Douve- avant de redescendre fermer la boucle au pont de Méry.

Un itinéraire et un descriptif de très haute qualité, à conserver voire publier !

N’empêche, vivement que ça déconfine pour de bon qu’on retourne sous terre !!

En attendant la reprise (1)

A défaut de pouvoir aller sous terre, ni même de pouvoir s’entraîner sur cordes, l’idée nous est venue de profiter de ce -relatif- début de déconfinement pour aller nous promenez.

Et c’est donc ainsi que, consciencieusement répartis en groupes “cellule cohabitante + max. 2 individus extérieurs” un certain nombre d’entre nous (10 + 2 conjoints, autant d’enfants, autant de chiens !) ont pris le départ, espacé de 30 à 70′, du sentier géologique de Comblain-au-Pont (http://www.comblainaupont.be/tourisme/promenades/le-sentier-geologique / http://www.cirkwi.com/fr/circuit/15105-autour-de-comblain-au-pont-le-sentier-geologique). On reprend contact avec le karst comme on peut, ma bonne dame !

N’empêche, vivement que ça déconfine pour de bon qu’on retourne sous terre !!

Weekend en Bourgogne

Pour nous préparer à la Pierre-St-Martin envisagée pour cet été, nous allons réaliser au cours de l’année de longs weekends spéléo. Notre premier se déroulera en Bourgogne.

En fonction des disponibilités de chacun, il y aura plusieurs départs du local ce vendredi 6 mars et la dernière voiture arrivera à Marigny-le-Cahouet vers 2h du matin, avec les bières mais sans Jupiler !

Arrivée tardive, réveil tardif. On émerge doucement et préparons les kits pour réaliser la Combe-aux-Prêtres. D’après les recherches d’Olivier, il nous est impossible d’effectuer la traversée. Tant pis, comme deuxième cavité on se rabat sur le Gouffre du Soucy. Nous séparons le groupe en 2 équipes, chacune équipera sa grotte puis déséquipera la seconde. Il est 13h quand nous descendons sous terre. Tandis que Laurent, Olivier, Déba, Faustine et Yu feront le Gouffre du Soucy, Solenn, Sylvain, CaroT, Déb’A et Charlotte se dirigent vers le puits de la Combe Rochotte que Solenn équipe. 

Lire la suite …

Galerie des Sources

Pour commencer, nous nous apprêtons dans la bonne humeur ! Nous grimpons alors une pente légèrement glissante pour arriver à l’entrée de la grotte. Faustine s’essaye à ouvrir la porte (dément). Nous entrons. Passée la descente, nous nous offusquons tous ensemble devant ce rose « carnavalesque » qui repeint les roches de la grotte. Après quelques petites recherches afin de trouver notre chemin nous tombons, Amaury, Faustine, Deb’A et Vinnie sur l’ensemble détonant de sculptures. Nous prenons le temps d’en ajouter pendant qu’Oli et Laurent nous rejoignent. Oli équipe pendant que nous nous livrons à notre art (parfois déconcertant). Après le passage de corde, nous rampons en évitant de se mouiller. Pourquoi ne pas vider un peu d’eau des flaques avec la chaussure de Déb’A ? Ah non elle veut pas. C’est le nouveau mini-kit que Vinnie qui s’y colle. Encore un peu de ramping, puis bataille de boue, puis encore un peu de ramping, puis non allez on arrête de faire les cons. Laurent et Deb’A remontent en premier. Faustine attend les trois (parce que « l’équipe » ça fait trop équipe) qui déséquipe. Amaury déséquipe, il parait qu’il a râlé ! Une seule fois, on lui en voudra pas. Tous le monde remonte et sort. Descente de la grande pente sur le cul, trop cool.

Participants (de g. à d.) : Deb’A, Laurent, Faustine, Oli, Vinnie & Amaury.

TPST 6h (entrée +/- 12h, sortie +/- 18h ; en plus Faustine a eu son train, 23h à Bruxelles c’est pas tard)

Faustine

Savonnières ou les déviations maudites !

Cette année pas de visite préalable du Rupt, du fait des hautes eaux (susceptibles même de nous aspirer dans le siphon aval(e !) selon notre informateur local) mais néanmoins un départ en trois vagues depuis Liège, avec toutefois -vu certains arrêts à Martelange ou à Arlon- un regroupement devant l’entrée Champ-le-Vin des divers Liègeois, Arlonnais ou autre Toulousaine ! Rapide arrivée au camp où le collectif est déjà installé par les Gaumais, chacun pose alors son matelas ou son hamac et après qq échanges plus une petite bière tout le monde se retrouve au lit bien plus tôt que les autres éditions. Tout le WE sera marqué d’un tel décalage, initié par la non-visite préalable du Rupt.

Lire la suite …

L’année recommence bien! -Pyrénées catalanes 2020

Histoire de bien commencer l’année, nous partons profiter du climat en région catalane.

Vendredi : le rendez-vous est donné au local à 20h et nous prenons la route pour Opoul-Périllos à 21h30. Chose exceptionnelle pour la 1ère fois en camps, TOUS les passagers ont leur permis ! Nous arrivons à Narbonne à 9h30 pour un super petit déjeuner hyper feuilleté ! Nous découvrons ensuite le petit village d’Opoul-Périllos ainsi que ses routes sinueuses que nous emprunterons toute la semaine. C’est vers 11h que nous découvrons enfin notre gîte “la belle auriole”. Pendant qu’une équipe se bat au supermarché, l’autre investit les lieux. On découvre un genévrier de 1500 ans recensé dans les 200 plus vieux arbres de France. Trop tard pour faire la grotte prévue, nous décidons de nous rendre sur le plateau de Périllos, où se trouve la plupart de nos futures grottes pour les repérer.

Grâce au super GPS de Simon, nous y arrivons sans trop de problème. Sur le chemin du retour, nous observons pleins de curiosités que nous déciderons d’inclure dans nos sorties journalières. La semaine panaché commence et ce soir, c’est pizza faites maison. Solenn reste patiente face aux exigences de ses camarades. Tout le monde est au lit à 21h30, mais c’est sans compter le déménagement des lits et matelas pour quasi tous dormir dans la même chambre version dortoir… C’est pas comme s’il y avait 7 chambres étalées sur 3 étages !

Dimanche: le réveil sonne à 7h30 après une longue nuit appréciée par tous, car nous avons rendez vous à 9h avec notre copain Michel, membre des clubs de Perpignan et Prades. Lire la suite …

Grâce au super GPS de Simon, nous y arrivons sans trop de problème. Sur le chemin du retour, nous observons pleins de curiosités que nous déciderons d’inclure dans nos sorties journalières. La semaine panaché commence et ce soir, c’est pizza faites maison. Solenn reste patiente face aux exigences de ses camarades. Tout le monde est au lit à 21h30, mais c’est sans compter le déménagement des lits et matelas pour quasi tous dormir dans la même chambre version dortoir… C’est pas comme s’il y avait 7 chambres étalées sur 3 étages !

Dimanche: le réveil sonne à 7h30 après une longue nuit appréciée par tous, car nous avons rendez vous à 9h avec notre copain Michel, membre des clubs de Perpignan et Prades. Lire la suite …

Grâce au super GPS de Simon, nous y arrivons sans trop de problème. Sur le chemin du retour, nous observons pleins de curiosités que nous déciderons d’inclure dans nos sorties journalières. La semaine panaché commence et ce soir, c’est pizza faites maison. Solenn reste patiente face aux exigences de ses camarades. Tout le monde est au lit à 21h30, mais c’est sans compter le déménagement des lits et matelas pour quasi tous dormir dans la même chambre version dortoir… C’est pas comme s’il y avait 7 chambres étalées sur 3 étages !

Dimanche: le réveil sonne à 7h30 après une longue nuit appréciée par tous, car nous avons rendez vous à 9h avec notre copain Michel, membre des clubs de Perpignan et Prades. Lire la suite …