L’année recommence bien! -Pyrénées catalanes 2020

Histoire de bien commencer l’année, nous partons profiter du climat en région catalane.

Vendredi : le rendez-vous est donné au local à 20h et nous prenons la route pour Opoul-Périllos à 21h30. Chose exceptionnelle pour la 1ère fois en camps, TOUS les passagers ont leur permis ! Nous arrivons à Narbonne à 9h30 pour un super petit déjeuner hyper feuilleté ! Nous découvrons ensuite le petit village d’Opoul-Périllos ainsi que ses routes sinueuses que nous emprunterons toute la semaine. C’est vers 11h que nous découvrons enfin notre gîte “la belle auriole”. Pendant qu’une équipe se bat au supermarché, l’autre investit les lieux. On découvre un genévrier de 1500 ans recensé dans les 200 plus vieux arbres de France. Trop tard pour faire la grotte prévue, nous décidons de nous rendre sur le plateau de Périllos, où se trouve la plupart de nos futures grottes pour les repérer.

Grâce au super GPS de Simon, nous y arrivons sans trop de problème. Sur le chemin du retour, nous observons pleins de curiosités que nous déciderons d’inclure dans nos sorties journalières. La semaine panaché commence et ce soir, c’est pizza faites maison. Solenn reste patiente face aux exigences de ses camarades. Tout le monde est au lit à 21h30, mais c’est sans compter le déménagement des lits et matelas pour quasi tous dormir dans la même chambre version dortoir… C’est pas comme s’il y avait 7 chambres étalées sur 3 étages !

Dimanche: le réveil sonne à 7h30 après une longue nuit appréciée par tous, car nous avons rendez vous à 9h avec notre copain Michel, membre des clubs de Perpignan et Prades.

Il nous emmène découvrir l’aven de Roboul. Solenn commence l’équipement avec les conseils de Michel, suivie de Déb’A, puis Gil.  Michel nous conseille de laisser nos mini-kits en haut du dernier puits. Évidemment arrivées en bas, Solenn et Charlotte se rendent compte qu’elles y ont laissé leur pantin… On remonte pour manger dans la petite salle en attendant Déb’A et Laurent qui déséquipent. Ils seront rejoints par Charlotte pour le reste du déséquipement. Michel nous montre l’entrée de l’aven de la bergerie et nous y donne rendez vous jeudi. Nous commençons notre rituel des curiosités en visitant le château en ruine d’Opoul. On rentre au gîte prendre l’apéro tout en préparant la patiflette alors que notre copine Caro débarque.

Lundi: On sépare l’équipe en 2 pour équiper plusieurs cavités et intervertir les sorties le lendemain. Solenn, Simon, Déb’A et Laurent font l’aven Jean. Laurent commence l’équipement chéké par Simon, Déb’A prendra la relève. Au pied du 25m, Déb’A trouve un serpent mais n’arrive pas à le remonter. Caro, Gil, Sylvain, Amaury et Charlotte feront l’aven Bousigue et l’aven Victor. Nous commençons par celui ci où Amaury s’occupera de l’équipement. Cela demandera 2 pendules. Au 3e puits, suite à une mauvaise interprétation de la topo et du descriptif, Amaury descend directement au premier puits jusqu’à un pallier où il ne trouve aucun amarrage.

Gil le rejoint, reprend la corde, remonte abandonnant Amaury à son triste sort ! Le départ du puits était à la première lucarne. Il descend mais arrive en bout de corde. Il réclame la suivante à Sylvain qui attend à la tête de puits. Il descend lui donner et rejoint Amaury sur son pallier. Gil effectue un passage de nœud et continue la descente. Les filles attendent en haut de cette magnifique conduite forcée de 19m que les garçons descendent. Arrivés en bas, nous franchissons une étroiture qui amène à un ressaut de 2m, puis une étroiture et encore un ressaut ! Nous arrivons dans une petite salle hyper boueuse où Sylvain reprend l’équipement. Hélas, Gil n’arrive pas à passer l’étroiture pour le rejoindre. Sylvain sera le seul à descendre le petit puits de 6m. Nous remontons tous rapidement vu qu’il ne faut pas déséquiper. A la lumière du jour, nous nous rendons compte que la boue est orange ! Après le pique nique, nous faisons l’aven de Bousigue équipé par le courageux Sylvain. Amaury n’aime pas les entrées comme ça. La cavité toute brochée, commence par un P12, suivi d’un R3, Amaury n’aime toujours pas les entrées comme ça, puis un P15, et Amaury n’aime vraiment pas les entrées comme ça. 

Mais son tour arrive et se fait une belle frayeur quand il évite un cailloux et fait une glissade vertigineuse, heureusement retenue par ses longes. Cela entraîne d’autres cailloux qui froleront et effrayeront Sylvain lors de sa descente du P38. On descend tous vite pour éviter d’éventuelles chutes de pierres et faisons attention lors de la remontée. Amaury n’a vraiment pas aimé cette sortie !

Curiosité du jour: le rocher surplombant la route.

Nous finissons la soirée autour d’un petit billard, juste après le Poulet-riz-curry!

Mardi: Départ à 8h30 avec les mêmes équipes pour cette fois ci, intervertir les grottes. Caro, Gil, Sylvain, Amaury et Charlotte descendront en une demi heure l’Aven Jean. Amaury s’occupe du déséquipement avec l’aide de Sylvain, tandis que Caro tente d’identifier le fameux serpent pour savoir si elle peut le remonter! TPST: 2h30

Solenn, Simon, Déb’A et Laurent commencent par l’aven Victor, situé à côté de la cavité des copains.

Après la pente douce de 13m, la lampe de Déba chute dans le premier puits…non équipé! Heureusement, ils ont pris le kit d’intervention! C’est Solenn qui l’utilise pour récupérer l’objet. Laurent reprend la descente, suivie de DébA et Solenn. Ils passent le passage de noeud surprise et se retrouvent en bas du puits de 19m. Topo en main, ils pensent que la grotte est terminée et remontent! Simon refroidi par l’action d’entrée ne se pose pas de question et fait demi tour dans les premiers puits.

Il rejoint l’autre équipe déjà sortit, qui lui rappelle qu’il y avait bien 2 kits à remonter!  Blasée, DébA attend à l’extérieur pendant que Laurent et Solenn redescendent! Evidemment, une discussion avait eu la veille sur le fait d’enlever les noeuds ou non lors du déséquipement. A ce moment précis, Charlotte était sure qu’ils avaient enlevé tous les noeuds et donc qu’ils ne les enlèveraient plus jamais! Ils font l’allé-retour en 1h. Mais il est trop tard pour déséquiper la Bousigue. Pendant ce temps, les autres feront la grotte Mange-rocs.  Gil équipe le passage désobstrué d’une dizaine de mètres. Le dernier puits de 3m arrive directement dans une immense salle d’environ 50m de long et 20m de large. Ici, parmi les concrétions et les blocs, de nombreux ossement gisent au sol. On en ressortira quand l’appareil photo de sylvain n’aura plus de batterie! On décide de laisser équiper la grotte pour les autres, qui ne la feront pas! TPST: 2H

Curiosité du jour: depuis notre arrivée, nous voyons dans le paysage, une forme étrange…et les propositions fusaient: une antenne, un arbre, un poteau électrique. Ce soir, nous décidons d’élucider le problème! Il s’agissait d’un mur de l’ancien château du village en ruine de Périllos. 

Caro nous quitte avant le repas et les filles sont pleines d’idées en nous concoctant une potée liégeoise. 

Mercredi: Journée repos. Pendant que certains profitent de la grasse mat, Sylvain, Amaury et Gil prennent la voiture pour repérer les porches d’entrée à flanc de falaise. Ils se dirigent ensuite au Mont 4G pour aller admirer la grande falaise d’escalade. On se retrouve tous au gite pour midi. Nous partons tous en début d’après midi au niveau des grottes pour en réaliser 2 faciles, tandis Simon décide d’aller à pied au village d’Opoul-Périllos pour retrouver sa copine Florence qui nous rejoint pour le reste de camps. Solenn, Amaury, Sylvain et Charlotte vont faire la grotte perdue sur les conseils d’un gars du coin. La cavité est équipé mais les cordes sont vieilles et les amarrages feraient peur à Caro! On utilise donc notre propre matos pour descendre la quinzaine de mètres. 

Nous prenons directement à gauche et nous nous engouffrons à quatre pattes dans de la boue. On déteste la personne qui nous a dit que c’était sa grotte préférée! Vite en cul de sac, nous faisons demi tour et retournons près de la corde où se situe un autre passage. Bingo! Nous arrivons dans des galeries incroyablement concrétionnées mais incroyablement sales par la boue orange omni-présente. Grace à la topo, on progresse dans ce merveilleux labyrinthe jusqu’au bout. Evidemment que c’est sa grotte préférée!

Gil, DébA et Laurent vont découvrir le mythique Barrenc du Pla de Périllos. Habituellement, l’entrée est une ouverture verticale de 38m, que nous admirons du haut.  Mais nous préférons utiliser la clef maison made-in-Michel et passer par l’aven des 3 lundis équipé en fixe. Il s’agit d’un succession de petits puits entre-coupé d’un méandre. Nous arrivons dans cette immense salle (130×60) très impressionnante. Le plus surprenant est le vide centrale alors que les contours de la salle sont concrétionnées et présentent même d’immenses colonnes. Au pied du grand puits d’entrée se trouve un vieux coffre fort…vide, évidemment!

Curiosité du jour: Au croisement du chemin menant au Grand Barrenc, un panneau indiquant “constellation” nous interpelle depuis plusieurs jours. Nous empruntons les petites routes tortueuses et nous découvrons une stèle à la mémoire d’un accident d’avion survenu en 1963.

Retour au gite, où nous découvrons notre nouveau copain Toupin (et Florence bien sur!) et au menu de ce soir, c’est Wok! 

Jeudi: Simon, Florence et Toupin partent faire la randonnée des crêtes. Le reste de la troupe retrouve Michel à l’entrée de la Bergerie. Nous sommes accueillis pas le chien chapardeur et l’attaque de nombreux moustiques! Un puits extérieur de 12m nous emmène dans cette magnifique cavité qui offre de nombreux puits parallèles. Il s’agit de ne pas se tromper pour aller au fond. Equipée par DébA, la suite sera repris par Gil…qui descend directement dans le P20! Rappelé par Michel, il remonte et continue l’équipement des nombreux ressauts. On enjambe la petite étroiture donnant sur un P318 (!?!) et descendons le dernier puits de 23m en laissant nos mini kits au fractio. 

Comme Charlotte n’apprend pas de ses erreurs, elle y oublie encore son pantin et son repas! La troupe remonte tranquillement et Amaury déséquipe avec l’aide de Charlotte et Solenn, SANS RALER! Laurent-le-gentil nous attend plus loin pour prendre un kit. A la sortie, les autres se réfugient dans les voitures pour échapper aux dangereux moustiques! TPST: 5h

Pas de Curiosité aujourd’hui car nous invitons Michel au gîte pour un ultime apéro. Et ce soir, c’est la fête car c’est Soirée-Crêpes!!!

Vendredi: Amaury, Gil et Sylvain auront pour mission de déséquiper les cavités restantes. Ils commencent par Mange-rocs où ils refont un dernier tour dans la grande salle puis se dirigent vers la Bousigue. Amaury veut absolument la refaire pour affronter sa peur. Il descend jusqu’au dernier fractio qui surplombe le grand puits pour tirer la corde. Sylvain le suit pour l’embêter! Le plan d’Amaury n’a pas vraiment fonctionner! Pour finir la journée, ils décident de faire l’aven de Minuit, toute proche. Sylvain équipe, suivit par Gil, et découvre les Dynéma et amarrages naturels et veut en mettre partout dans cette grotte ultra-brochée! 

Le premier puits de 26m s’élargit au milieu pour donner un plein pot. Il y a 2 puits parallèles et nous décidons de descendre au plus profond. Nous descendons les 2 larges puits de 15m . C’est Amaury qui déséquipera. TPST: 2h

Grace aux indications de Michel, nous trouvons plus facilement l’aven de la Chapelle. Il s’agit d’un -160m. La marche d’approche d’environ une demi heure dans le lapias rechauffe. Simon, Solenn, Laurent, DébA et Charlotte s’engouffrent dans la cavité menés par Solenn qui équipe les 2 premiers puits consécutifs de 10m. Cela s’élargit pour découvrir un puits de 45m.  

Il ne faut pas le descendre jusqu’en bas et passer un ressaut sur la gauche. Nous arrivons dans une salle complètement instable et nous doutons de la suite. Nous descendons encore 10m et les cailloux se détachent à chaque touché! Simon et Solenn descendent encore sans conviction et trouve un vieux spit. Au lancé d’un cailloux, la suite semble est par là, mais vu l’ambiance, on préfère remonter. Nous regardons sans cesse la topo, chacun notre tour, mais cela semble correspondre. Etrange… Laurent déséquipe. TPST: 3H Après réflexion avec les autres, nous comprendrons que nous ne sommes pas descendu assez pas dans le grand puits, et que nous avons attéris dans la partie de topo où il y a un point d’interrogation!

Les 2 équipes se rejoignent au bord de la route, en dessous de la ferme de la Bousigue, où se trouve un point d’eau. Le nettoyage de matos peut alors commencer par ces 20°. Nous passons la soirée à Perpignan, en faisant un détour agité par Fitou! On déambule dans les belles rues pavés de la vieille ville à la recherche d’un restaurant et nous finirons au sous sol! Comment ils ont su!

Samedi: nous quittons notre magnifique gite vers 10h et nous nous arrêtons au supermarché pour quelques souvenirs. Nous arriverons au plat pays vers minuit.

Nous tenions à remercier Michel et Daniel pour leur sympathie et leur dévouement à la spéléo. Ainsi qu’à St Nicolas, d’avoir cuit ses biscuits tous les soirs!

Participants: Gil, Simon, Sylvain, Amaury, Solenn, Laurent, DébA, Charlotte et Caro

Photos: Sylvain et Charlotte

Logement: La belle Auriole 66600 Opoul Périllos 0033 4 68 29 19 26