A Béron-Ry, ça ne rigole pas ..

C’est sous un soleil de plomb, que nous nous sommes retrouvés vers 9h au local pour nous préparer à visiter une grande cavité belge… le chantoir de Béron-Ry.
Pour nous préparer à notre camp d’été au Gouffre Berger, nos moniteurs préférés ont eu la magnifique idée de nous donner un entrainement presque militaire. Pour ce faire, nous avons chacun eu un kit rempli de cordes (1000 mètres pour le mien ;)) et un bidon rempli de bouffe (heureusement pour la survie) à trimbaler dans la grotte.
Une fois arrivé sur les lieux, nous nous sommes engouffrés sous terre, divisés en 2 groupes. Olivier, Vinnie, Clémence et Sylvain d’un côté, Arnaud, Charlotte, Caro et Antoine de l’autre. Séparés pour passer les étroitures d’entrée, nous nous retrouverons plus loin, dans l’impressionnante grande faille (qui est sans doute une diaclase, mais soit !). Nous continuons ensuite en descendant dans le fond, puis, parcourons quelques galeries pour atteindre une grande salle. Toujours équipés de nos kits, c’est à cet endroit que nous avons cherché longtemps notre chemin. Une fois retrouvé, nous arrivons près de la rivière, qui était à sec. Nous la descendons pour arriver dans une galerie où l’eau coule à nos pieds. De là, Oli propose à ceux qui veulent -et qui y arrivent- de grimper à l’aide d’une corde en place une paroi boueuse et de fait bien glissante, pour atteindre une curiosité de la grotte, l’Affluent alpin. Difficilement accessible, nous pouvons en effet admirer une “cascade” (plutôt une belle douche d’eau froide). Caro, ne sachant plus se retenir, va d’ailleurs y faire discrètement une pause sanitaire… mais c’est sans compter que l’eau ruisselle jusqu’aux pieds des autres qui attendent plus bas…
Après avoir progressé pendant plus ou moins 4h, il est temps de rebouter chemin. Mais ce retour fut éprouvant avec nos kits. Clémence, en tête, a pour sa part cherché longtemps la sortie dans les éboulis, mais heureusement Oli est arrivé pour l’éclairer.

Avant la sortie nous avions dit à Alex d’appeler les secours à 20h00, c’est à 19h55 que Clémence se précipitera sur son GSM ! C’est après avoir lavé 380 m de cordes (qui n’avaient servi à rien!) que l’on s’est dit qu’il serait grand temps d’avoir de nouveau kits!

Cet exercice s’est finalement avéré très enrichissant et était un excellent entrainement. De plus, la cavité était vraiment superbe et très grande, nous avons pu constater que la nature est bien faite !

Clémoumoutte et Sylvain

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.