Archives de catégorie : Fédéral

WE Com-J – Réseau de Fresnes

Samedi 27 février 2016

Pour lancer officiellement ses activités, la Com-J organisait un WE placé sous le signe de la convivialité et du fun autour de la spéléo (sic). C’est ainsi que Caro, Antoine, Sylvain et Vinnie se retrouvent au Château des Grottes de Floreffe à 16h.  Accueillis par Julien, Aurélie et Ari, ces derniers ne savent pas trop ce qui les attend. Un certain mystère flotte dans l’air quant aux activités du jour. Il est vaguement question d’une visite des égouts de Floreffe, d’une sortie semi-aquatique… Le groupe complété par Fred Courcelles et Thomas un (vrai) jeune de 14 ans (du club Les Sans Ciel) est emmené dans une petite clairière. Des jeux dignes d’un numéro de La Patrouille des Castors sont organisés par groupe de 2: équilibre sur branche, koala, mémoire de couleur, tir de corde, valse d’équilibre, canettes à faire tomber… Caro et Fred remportent le droit d’être excusé de vaisselle.

Vers 18h, la troupe regagne le gîte et prépare le souper: une tartiflette (qui se fera au Camembert et Maredsous). Peu a peu le groupe s’étoffe avec l’arrivée de Moise, Fritz du GRSC, Hans et son frère de Bruxelles. Pendant le repas, on se perd en conjectures et on ne sait pas à quelle sauce on va être mangé. Il est 21h quand tout le monde a revêtu son costume spéléo et brave le froid en direction d’une carrière proche. Après l’escalade de la grille d’entrée (ils ont les clés hein!), 2 groupes se forment car les cavités à voir sont modestes en taille. Moïse en maitre d’orchestre passionnant et passionné ouvre les portes de La Grotte de la Dolomie. C’est étroit, râpeux avec pas mal d’araignées, il y’a même une carcasse de renard proche de l’entrée. Comme son nom l’indique la grotte est faite de dolomie ce qui est assez peu courant pour être souligné. Contrairement aux grottes plus classiques, les couleurs des concrétionnements oscillent entre le gris, bleu, vert (parole d’un daltonien!). Vinnie ne passe pas l’étroiture du Chat mais tout le monde se retrouve après un petit bouclage et prend le chemin de la sortie. Le groupe numéro deux prend leur place tandis que le numéro 1 va seul dans la Grotte des Marlaires. Après une petite séance photo, on ressort de la carrière pour se rendre à la Grotte de Sprimont. Anciennement touristique cette grotte à l’atmosphère particulièrement sèche et tiède est joliment concrétionnée. Une descente en rappel dehors par une petite lucarne clos la visite. C’est alors que la surprise arrive: ceux qui en ont, enfilent leur néoprène et c’est parti pour un petit ramping dans l’eau souterraine d’un collecteur. Après quelques centaines de mètres de crapahut, on peut se tenir debout (ou presque pour les plus grands). Le spectacle est un peu monotone mais quel plaisir de cheminer dans ce souterrain artificiel. On ressort et chemine à l’air libre pendant un moment, l’eau à mi-cuisse à la stupéfaction de quelques urineurs proche de la buvette de foot du coin. L’apothéose sera la descente en rappel d’une cascade en pente douce qui se jette dans la Sambre qui n’a rien à envier sa sœur de Coo! Il est 2h, il gèle et le groupe ravi ne tarde pas à rejoindre le gîte. Caro et Antoine rentrent à Liège. Des restes de tartiflette nous requinquent un peu avant d’aller se coucher à 3h.

Dimanche 27 février 2016

 Après une courte nuit, Julien amène le petit dej: croissants, pains au chocolat. On est bien reçu! Le pic nic en poche on se rend à Lustin retrouver  le SSN. Une fois équipé la vingtaine de participants se divise en 2 groupes et guidé par des membres de la SSN on part visiter le Réseau de Fresnes. On ne manque pas de se recueillir à la mémoire de Jacques Simus. Notre groupe emprunte une entrée qui commence par une échelle puis une oppo, suivie d’un crapahut en pente douce. On rejoint un passage fortement noyé, on fait demi tour et remonte pour shunter le passage et retrouver l’autre groupe dans la Salle de la Cigogne. La suite est variée jusqu’à la Salle des Français. On mange un bout. Un peu plus loin on arrive dans la rivière puis on escalade une cascade. Presque tout le monde passe une étroiture coudée pour effectuer un petit bouclage. Désescalade de la cascade puis passage par un autre chemin que pour venir. On remonte une grosse pente glissante. Chacun sa méthode: oppo escalade, ou hissage à l’aide d’une corde. On retrouve l’autre côté de la voute mouillante du début. Certains hésitent à la passer. L’idée d’une petite apnée en milieu étroit et surtout la température extérieure feront renoncer les plus motivés. On revient un peu sur nos pas avant d’entamer la remontée d’un puits par des échelons en fixe. Une fois changés certains gambadent aux alentours en admirant le paysage. On remercie la SSN pour la visite et on revient au gîte à Floreffe. Aurélie a nettoyé et rangé tout le gîte ce qui nous met en joie. Merci encore à elle! Le WE se termine sympathiquement autour d’un verre dans une petite brasserie de Floreffe.

Participants: Caro, Antoine, (le samedi seulement), Sylvain et Vinnie (tout le WE)

TPST: 3h50

Vinnie

Y’avait plus de barquette!

En ce début d’année, une nouvelle commission de l’UBS prend son envol, la Commission Jeunes ou de son p’ti nom, ComJ. Combinée à SpéléoJ (cf. http://speleoj.be/index.php/accueil/qui), elle agrandit son champs d’action et s’adresse aux jeunes de moins de 35 ans. Oui, en spéléo, on reste jeune tard !

Son rôle ? Donner les outils nécessaires aux jeunes spéléo autonomes (qui font partie d’un club où les activités sont pauvres ou qui souhaiteraient en faire plus) pour organiser une sortie, un weekend, une expé, un truc fou…

Ce weekend, c’était le weekend de lancement de la commission. C’est à Han-sur-Lesse que 28 jeunes et moins jeunes se regroupèrent pour se familiariser au projet et aux nouveaux copains. Le mot d’ordre : du fun !
La moitié du temps est consacrée aux discutions sur sa mise en place et aux idées d’activités que la ComJ pourrait proposer. De sorties techniques aux grandes classiques en passant par des expés à l’étranger, le programme paraît chargé et vend du rêve. Surtout pour les clubs qui ne se diversifient pas. Les regards de Sylvain et Charlotte se croisent, un sourire s’invite, car dans son programme, le RCAE nous propose déjà toutes ces expériences. Mais cela ne nous empêche pas de rêver. Au contraire.
Le reste du temps est dédié à renforcer la cohésion d’un groupe qui ne se connaît pas forcément. Chose faite à grand coup d’animations et de T8 !

Le samedi après-midi est consacré à un jeu de piste. Une sorte de course d’orientation de 10km où il faut trouver des balises qui contiennent le point suivant à trouver, ainsi que des questions sur le karst de la région. On peut donc à présent citer 5 espèces de chauve-souris, dire quand les grottes de Han ont été équipées du tram, citer les 9 communes traversées par la Lesse, donner le débit de saturation du gouffre de Belvaux, donner le nombre d’habitants vivant dans le bassin de la Lesse,…  Pendant la rando, on devait également réfléchir à une activité que l’on pourrait organiser avec la ComJ.com

Sylvain fera équipe avec Fred et Julien. Une équipe de gagnants, ou qui aurait pu l’être s’ils avaient eu l’indice pour trouver la première balise (que les autres groupes ont eue) et si le groupe qu’ils suivaient n’avait pas ensevelis sous les pierres la balise à la sortie des Grottes de Han. Mais ils ont le mérite d’avoir dépassé en beauté l’équipe de Greg et Moïse (non, vous ne vous vengerez pas, les gars). Ce jeu de piste nous a permis de découvrir ou redécouvrir la région, tout en faisant connaissance avec nos camarades.

Charlotte se retrouva dans l’équipe boulet ! Non seulement on peine a trouver les balises mais une envie de suicide collectif surgit quand on se rend compte que l’on s’est trompé d’endroit pour le 1er point. Pas du genre compétitifs -ou mauvais perdants- et la nuit s’approchant, on préfère rentrer.

Dans le jardin du gîte, nous attendent les organisateurs et feu de camp. Là, nous devons donner nos réponses aux questions de savoir, la plupart du temps aidés par Mr Google et Melle Wiki. Mais quand on ne triche pas, et qu’on n’a pas les réponses, le fun a l’air de s’être perdu en route !
On doit ensuite improviser un point chaud, certains ne manqueront pas d’imagination en utilisant la table en pierre, suivi de l’improvisation d’une claie de portage pour soutenir un coéquipier. Charlotte fait le tour du terrain de basket portée par le grand patron Joël …ça, c’est la classe !

Pour continuer sur la lancée, on a droit à un apéro des plus original : fabrication d’un réchaud avec 2 canettes de bière pour faire chauffer la soupe à l’oignon dans une barquette ! Les plus professionnels affoneront les bières pour aller plus vite. Nous, pour éviter d’être trop vite exubérants, profitons du breuvage offert qui fait du bien aux guiboles. On suit bien toutes les indications que les papas nous donnent :

“Une fois bues, découpez les fonds des canettes. Mettez de l’ouate à l’intérieur du premier morceau de canette, puis refermer hermétiquement à l’aide de l’autre morceau de canette. Ensuite, percez de plusieurs trous la première canette à l’aide du clou et du marteau, puis appelez papa pour qu’il vienne mette de l’alcool à brûler… Pour finir, vous pouvez mettre le feu”

Mais là, c’est le drame… l’apothéose, la traîtrise, la calomnie, la fourberie,… : il n’y a plus de barquette…! Et qui dit pas de barquette, dit pas de soupe à l’oignon ! On regarde donc se consumer notre super réchaud sans soupe à l’oignon… Nous attaquons ensuite le barbecue burger ! Heureusement, nous n’avions pas dû faire notre propre barbecue en canette… Les burgers étaient vraiment délicieux, un vrai régal. Merci chef !

Retour au chaud pour la présentation de nos idées sur un évènement que la ComJ pourrait nous aider à organiser. C’est l’équipe de Frits (GRSC), ravi, qui gagne avec son idée de rallye souterrain. La T8 commence a faire son effet et rend les jeunes plus productifs pour le tour de table afin d’apporter nos idées sur le logo, les activités, l’Excentrique et la création d’un journal de bord. Le fun s’invite alors dans la danse. C’est vers 23h que les grands ont besoin de calme pour débriefer la journée, et qu’ils envoient les gosses au fond d’un trou : la grotte du Tienne des Maulins à Eprave. DSCF5618Mathieu nous dit qu’elle est facile, qu’il n’y a pas d’étroitures et qu’on est pas obligé de mettre une combi. Pour ceux qui ne le connaissent pas (comme nous avant) il faut savoir que ce gentil Mathieu aux airs d’anges réussirait à faire croire au Grand Jojo que Dark Vador n’a jamais été le papa de quiconque ! Nous voilà donc tous sous terre, en jean, basket, avec le pull d’un copain….rampant dans la boue et le froid !!!
Les 2 voitures pleines de papillons et de nouveaux copains rentrent vers 2h pour faire plus ample connaissance.
Après une bien courte nuit, on se lève tous pour le petit dèj’ servi jusqu’à 9h30. Elèves un petit peu trop disciplinés, tout le monde est présent sauf le petit dèj’ ! Après s’être enfin rassasiés, on recommence la discussion de la veille en résumant les grandes idées trouvées lors du tour de table.
Jean-Marc Mattlet lance l’idée d’une expé pour 2017 en Croatie….on s’y voit déjà !

Après avoir déjeuné, le programme souterrain est enfin dévoilé ; trois activités nous sont proposées, 2 entrées de mine de 30 et 70m et le Puits-aux-Lampes. Nous, on aimerait tout faire, mais il faut être réaliste, on n’aura jamais le temps. Le Puits-aux-Lampes étant une activité au programme de notre club, on choisit l’originalité. Une petite trouille se fait ressentir ! 70m c’est haut quand même ! Un petit coup de fil en cachette à papa Alex et tonton Oli et en moins de 2 secondes nous voilà rassurés, on fait les 2 entrées de mine, on en déséquipe une et on finit par le Puits-aux-Lampes ! Tiercé gagnant !
Plus motivés que jamais, Sylvain et Charlotte suivent Julien et Aurélie pour le puits de 30m (le puits SBB) situé dans le bois de Boine, entre Han-sur-Lesse et Belvaux. Tandis que l’équipe de Frits est allée équiper le puits de 70m (ancien puits d’extraction de baryte) à Ave-et-Auffe. On inversera par la suite. DSCF5697L’entrée est située au milieu des bois, entouré de barbelés, sans possibilité d’attacher les cordes. Julien, le plus inspiré d’entre nous, décide de prendre les 2 arbres qui surplombent le puits pour faire un Y avec la corde…8m suffiront ! Alors que Julien et Charlotte doivent grimper dans les arbres pour y attacher les mousquetons, Sylvain n’a qu’à lever le bras …et ça, ça fait beaucoup rire Aurélie ! Arrivés en bas, le sol, parsemé de salamandres et de poutrelles effritées, est assez instable, on ne traîne donc pas et on remonte. Longés à la ceinture de sécurité de la camionnette de la fédé, mais toujours avec nos casques, Julien et Aurélie nous déposent au puits de Ave-et-Auffe, car ils doivent se rendre au Puits-aux-Lampes pour aider à déséquiper. Progression symbolique pour Sylvain, qui, ayant grandit dans la région, est souvent venu à cet endroit précis, se demandant ce qu’il y avait en bas, rêvant des mondes souterrains. On descend tous les 2 côte à côte grâce aux 2 cordes installées. A environ 50m de profondeur, une galerie apparaît que nous empruntons. Une chauve-souris s’y engage avec nous, elle vole et virevolte aux cotés de Charlotte, tandis que Môssieur se cache car ” elle risque de sauter à la gorge !” mouaih ! On décide de remonter car à la base du puits se trouve un tapis de carcasses d’animaux, et l’odeur et les nombreuses mouches nous font fuir ! Surprise, en haut, nous attendent les copains Julien, Aurélie et la Frite ! Au Puits-aux-Lampes tout le monde est parti, se retrouvant tout seul pour déséquiper, Julien préfère nous attendre …chouette ! Il nous détestera un peu après, dans la voiture, car oui, les odeurs de carcasses macérées se sont imprégnées dans nos combis ! Petite halte de 5 secondes au gite pour les pisseuses et pour récupérer Tom qui nous a lâchement abandonné ce dimanche pour visiter la Grotte du Père Noël.

Direction le Puits-aux-Lampes ! Une grotte impressionnante, surtout en Belgique, où un enfilement de puits donne accès à une salle immense ! Les organisateurs de la ComJ, ne voulant pas faire les choses à moitié, équipèrent cette dernière par un rappel guidé. Pour notre première fois dans cette grotte, la découvrir en volant fut magique. Mais sur ce coup-là, Charlotte aurait préférée être grosse ! Après une rapide exploration, nous entamons la remontée. Peu de temps après, nous finissons au gite pour trinquer au weekend entre survivants !

C’est à 23h que l’on regagne enfin nos lits, des idées et du fun plein la tête.

Après ce week-end, on ne confondra plus jamais une espèce et un genre, on connait la signification de T8, Frits a une voiture boueuse, on se promènera toujours avec sa barquette, on écoutera plus jamais ce Mathieu, on sait faire un Y de 8m de long, on offrira à Julien un désodorisant pour voiture, on ne verra plus de dinosaure, mais surtout, on restera jeune et fun tant qu’on ira explorer les profondeurs.

Sylvain et Charlotte

Des hirondelles en détresse!

Dans le panel d’activités organisées en spéléo, une et pas des moindres s’offre à nous ce dimanche : un exercice de spéléo secours.

Toute la troupe de volontaires à sauver le monde souterrain est réunie du côté d’Aywaille pour un weekend de formation et de mise en situation réelle. Samedi, c’est entraînement technique chez les pompiers du village et dimanche, exercice de secours dans une grotte de la région.

Le scénario : on est une équipe de 4 spéléos amateurs descendus la veille dans le Chantoir du Béron Ry. Les deux premiers ont équipé à 14h et se sont avancés dans la cavité, mais une personne a glissé et ne sait plus marcher. L’autre a attendu près d’elle. Les deux autres sont parties à 15h et elles se sont perdues. On a tous passé la nuit dans la cavité et on a froid.

Patrice Dumoulin et Marie, membres du GRSC, joueront la 1ère équipe et Marie est la blessée. Les boulets c’était nous, Caro et Charlotte ! La consigne était claire : soyez chiantes ! Bon …d’accord !12107826_10206542276048487_3846466347619762524_n

Sans le connaître, on déteste d’avance l’organisateur Benoit quand il nous apprend qu’il faut se lever à 6h du matin un dimanche ! On arrive au parking à 7h, on nous rappelle les consignes, nous donne des couvertures de survie et nous prévient que ça risque d’être long.

Patrice avait équipé la veille mais la troupe est ralentie par Charlotte qui peine à passer la fissure en oppo. On passe les puits puis les étroitures sévères sans difficulté. La bouteille de Charlotte se dévisse au fur et à mesure des frottements et tombe à terre laissant s’échapper toute l’eau ! C’est là, dans les éboulis, que les filles “perdues” doivent trouver une cachette. Chose faite derrière une petite montée, dans un trou …boueux. Les 2 autres continuent et se “blesseront” dans la grande salle.

Avec Caro, on avait tout prévu : les conversations pour tenir plusieurs heures, les polaires, les tartines, l’eau, les piles de rechanges, les lampes de camping, le réchaud, la finalisation de nos plaintes, absolument tout …jusqu’à la fondue au chocolat ! On arrive, on s’installe, on vide les kits, on sort les bananes et on entend crier ! Punaise, ils sont déjà là ! Branle-bas de combat, on prend tout en vrac, on court , on manque de glisser et on se jette (littéralement !) dans notre planque boueuse ! Tonton Patrice nous avait dit “Ne leur rendez pas la tâche trop facile, jouez à cache-cache !”. On éteint les lampes, on se tait ….la 1ère personne passe …il crie…il cherche …il reste un moment dans le coin …mais notre planque est top et on s’enfonce de plus en plus dans la boue ! On attend, il se décide à continuer, on rallume, on peut respirer et ranger les kits. Un 2ème secouriste arrive …il crie …il cherche …on a pitié, on utilise le sifflet de détresse (si si comme des vraies !). On est prise en charge par l’équipe 1. Certains jouent plus le jeu que d’autres ; on nous demande si on a à boire et à manger, on nous avait dit de répondre non (ce qui est à moitié vrai !), on ouvre notre bidon et à la vue du festin “ben si vous avez des trucs à manger !” (sans déconner !).

Les autres spéléos arrivent à nous au fur et à mesure et quelle bonne surprise de trouver nos copains de l’ULS !

On commence la remontée, et là, c’est parti, on peut jouer notre rôle et on le fait à fond ! Entre les “j’ai envie de faire pipi”, les “je passe pas là” et les “chuis trop petite”, des disputes de filles pour savoir qui est la responsable de tout ça et les excursions solo de Caro. Dans les vaillants, on retiendra Matéo, Jacques, Jack, Fred et Alain. Ils nous hissent, nous tirent, nous portent, nous rattrapent, nous attendent, nous réconfortent, jusqu’à la base des puits. Mateo arrive à se débarrasser de nous et est remplacé par un certain Sam. On attend 1 ou 2h et voit passer des tonnes de spéléos. Bizarrement, à chaque tête connue croisée on entend “oh non, pas elles !” Un doc est resté avec nous, il n’a pas pu passer les étroitures.

Petit bémol, il n’y a qu’un point chaud, et il est plus bas, pour la victime blessée. On commence à avoir froid, pour de vrai. Les secouristes improvisent un coin douillet, poncho, bougie, couvertures de survie, où Jacques y met tout son cœur ! A force de nous appeler “les victimes”, ils nous surnomment “les hirondelles”, ça, ça nous plait !DSCF5133

Le téléphone arrive enfin, puis la civière. On apprend que la blessée est juste avant les étroitures.

Le 1er puits est équipé de façon qu’on nous assiste pour la remontée, mais nous sommes trop légères et on est carrément hissées ! Le 2ème puits, c’est un système de balancier qui est mis en place, et ça c’est trop cool !

Entre les 2 puits, on est prise en charge par Aurélien l’infirmier qui fait un bilan complet de notre état.

Au fur et à mesure de notre remontée, on croise du monde, une vraie autoroute cette grotte ! Entourées par une quarantaine de spéléo (ya pire comme vie !) ; dans les têtes connues, il y a Tom, Matéo, Jacques Delmotte, Fred, le grand patron Joël, Arnaud Dohmen, Renaud, Vincent, 2-3 autres dont j’ai oublié le nom !

12140849_10206542278208541_3038525782011093070_nOn arrive au niveau de la fissure, où se trouve la seule femme secouriste, fissure qui est équipée de façon à nous faire descendre puis remonter sans rien faire ! On prend un autre chemin pour la remontée avec pas mal d’étroitures et nous voilà sortie vers 15h30. Marie sortira vers 17h, les derniers spéléos vers 18h.

On lave et range le matos et on fait le débriefing. Ils sont contents de l’exercice, avec quelques fausses notes, sans plus. Nous, on a tenu nos engagements, on a honoré le RCAE, bref, on nous déteste ! La choppe est bien sûr offerte et chacun repart chez soi.

Nous avons particulièrement apprécié cette journée car cela nous a permis de nous rendre compte de l’ampleur d’un secours en milieu souterrain et des moyens mis en œuvre. On se rappellera du professionnalisme de Tom, de la patience de Matéo, des chiques de Sam et de la bougie de Jacques ! On remercie les orga pour leur boulot ainsi que tous les spéléos, qui nous ont prouvés une fois de plus que la spéléo est une bien belle famille sur qui on peut toujours compter.

Charlotte

Participants; Caro, Charlotte et tous les autres!

TPST: 7h

Evaluation Brevet A

C’est dans la carrière de Villers-Le-Gambon que Sylvain et moi-même nous nous sommes rendus ce weekend pour tenter le Brevet A avec une dizaine d’autres spéléos candidats. Objectif de la journée : parcourir 32 voies en moins de 6h. A l’origine, le tracé compte 33 voies mais les moniteurs nous ont épargné « l’amarrage en Vé », ouf ! A savoir que l’ensemble des voies correspond à un gouffre technique d’à peu près -500 m …12088328_10206499424497225_6347998029151234025_n
Nous étions frais comme des gardons mais tendus comme des crampes ! A tel point que les moniteurs se sont étonnés du silence religieux qui régnait dans l’arène. Nous avons entrepris le parcours si varié : échelles, fractios, main-courantes, parapluies, oppos … De quoi faire tremper sa topo soigneusement rangée dans la poche ! La déplier valait à la déchirer.10418499_10206499420657129_8479585206418615420_n
6h plus tard, non découragés, nous avons déséquipé une ou deux voies avant d’entendre le verdict du Jury. Malheureusement, n’ayant pas bouclé le parcours dans les temps, nous n’avons pas été retenus pour le casting. Mais ce fut un très bon entraînement, nos cuisses s’en souviennent !
Après avoir dégustés nos délicieux raviolis aux boulettes (oui, quand on s’épuise en spéléo, une simple conserve nous satisfait autant qu’un savoureux repas gastronomique), nous avons regagné notre couchage, histoire de reprendre des forces pour le lendemain.

Le programme du dimanche se déroulait cette fois sous terre. Et nous avons été amèrement déchirés l’un de l’autre, Sylvain dans le Réseau de Frênes, moi-même dans l’Abîme de Lesves.

Arrivés à Lesves, nous avons été accueillis comme d’habitude par Poupouce, le chat emblématique des lieux. Après quelques explications de Vincent sur le réseau, il entame l’équipement depuis le haut de la doline principale. Il aura fallu 130 m de corde, 50 moustif et tout de même 1 plaquette pour descendre à seulement 60 m de profondeur.. Oui, on l’a faite par les Plafonds, qui d’ailleurs n’ont pas été dépoussiérés depuis des lustres.. les arachnophobes vous êtes prévenus ! Une fois entrés, nous passons moultes ressauts (dont un parapluie ce qui est plutôt rare sous terre) puis nous sommes descendus par un beau P17 au milieu duquel on peut apercevoir la jonction avec le Trou des Jacinthes situé dans la doline secondaire. Après un petit détour vers le siphon aval, nous avons rejoint la rivière souterraine. Non décidés à nous tremper dans la voûte mouillante, nous avons fait demi-tour. Enfin, Fabrice, Murielle puis moi-même avons déséquipés sous l’oeil averti de Vincent.
TPST : 4H

De son côté, Sylvain avait rendez-vous à Lustin, pour s’aventurer dans le réseaux de Frênes. Partis avec Quentin qui passe aussi son brevet, ils retrouvent Moïse sur place, le moniteur qui va les guider dans la grotte. Là, ils font la connaisence de Lucas qui est également là pour son brevet, mais aussi d’Aurélie et Julien. Ces deux derniers, spéléos, ont été trouvés sur le bord de la route par Moïse en venant sur les lieux.
Après une série d’explication, concernant l’histoire de la grotte mais aussi la traversée qu’ils vont réaliser, les 6 spéléos s’engoufrent sous terre. Il faut savoir que la taille du réseau est très important, il est comparable au Souffleur de Beauregard en région liégeoise.
L’aventure commence par l’impressionnante descente dans le puits Roger, ensuite les spéléos se dirigent vers le “niveau inférieur” de la cavité, en traversant le Laminoir, la Salle SSN 72, la Salle du Murmure, la Galerie Zig Zag, pour atteindre le Pas-de-la-Mort. La visite se poursuit en suivant la rivière pour atteindre l’impressionnante cascade qu’ils escaladeront. Par la suite, ils se retrouvent en opposition dans un passage à plus ou moins dix mètres au dessus de la rivière. Le parcours continue jusqu’à la Salle sableuse.
Vu l’heure qui tourne, les spéléos vont faire demi-tour, en parcourant cette fois les belles salles du “niveau supérieur” de la cavité. Depuis la Galerie SSN, Moïse fait passer le groupe par un passage très étroit, mais c’était sans compter qu’il aurait du mal à le franchir. Avec de la détermination et un couscous parié, il finira par passer.
Pour la suite, l’exploration se poursuit par la Salle des Cheminées, la Galerie des Macaronis, la Salles des Français, la Salle de la Cigogne, la Galerie noire, pour atteindre finalement la Salle des Radicelles. Dans cette salle se trouve la sortie, mais pour l’atteindre il faut encore grimper les échelons d’une échelle, à la façon d’une via ferrata. Là-haut, de “belles” copines à 6 pattes les attendent. Quentin n’hésite d’allieurs pas à faire le ménage, pour libérer le passage. Vers 16h, tout le monde est sorti.
(Merci à Moïse, Julien, Aurélie, Quentin et Lucas pour cette sortie.)
TPST : +/- 5H

Toute l’équipe s’est finalement retrouvée à la Maison de la Spéléo à Namur pour écouter les commentaires des moniteurs qui semblaient satisfaits du niveau de tous les participants et pour recevoir (ou pas !) son diplôme. Bon… à l’année prochaine !

Sylvain & Clem

Participants : Sylvain & Clémence

Formation 26-27 septembre 2015 Karstologie/Géologie

Tout frais du matin, chauds comme des ptits pains, nous voilà à peine levés pour débuter sur les chapeaux de roues un weekend de cours théoriques et pratiques dans le cadre de la formation des Moniteurs Sportifs Educateurs.

La journée du samedi est menée par Yves Quinif (Professeur émérite de l’Université de Mons en Géologie fondamentale et appliquée) qui nous a donné rendez-vous au Gîte d’Etape à Han-sur-Lesse. Nous abordons d’emblée l’étude du karst au sens large : morphologie karstique, altération, hydrogéologie karstique, karstification (par enlèvement total et par fantômisation), types de karst, le tout extrêmement bien documenté en photos d’archives personnelles de notre professeur du jour. Particulièrement, la passion d’Yves pour les fantômes de roche est bien réelle et perceptible à travers l’exposé captivant de ses recherches. L’objectif final de cette formation étant d’éveiller le sens de l’observation, dès l’après-midi, nous sommes guidés par Yves dans les Grottes de Han. Il connait l’endroit comme sa poche et nous illustre ses observations sur son terrain d’étude de prédilection. Il est assisté par Sophie Verheyden (Géologue et chercheuse à l’Institut des Sciences Naturelles et collaboratrice scientifique à l’Université Libre de Bruxelles). Elle nous livre ses découvertes sur l’étude de stalagmites et de coupes de sédiments fournissant de précieuses informations pour la reconstruction environnementale et climatique. Ensuite, Serge Delaby (Géologue attaché au service de géologie de l’Université de Mons et spécialiste du risque karstique et minier) prend le relais d’Yves en tant que formateur pour nous montrer l’entrée de la grotte du Nou Maulin à Rochefort et notamment ses beaux exemples de coups de gouge. De retour au gîte, nous soupons avant de suivre un cours donné par Sophie sur les spéléothèmes pour clôturer la journée.

Le dimanche matin, les cours reprennent avec Serge qui nous fait part de notions de géologie : pétrographie (étude des roches), sédimentologie (étude des roches sédimentaires), de tectonique (étude des structures géologiques), de paléontologie (étude des fossiles) et de cartographie géologique. Des exercices de lecture de cartes géologiques sont réalisés, de même que la reconnaissance de roches et de minéraux apportés par Sophie et Serge. Après un lunch pris au gîte, nous partons en excursion sur le terrain. Arrivé face du majestueux Château de Resteigne, le long de la Lesse, nous débarquons dans une carrière désaffectée où nous attendent de magnifiques spécimens de fossiles qui ne demandent qu’à être découverts. Armés de marteaux et d’acide, nous voilà lancés, de plis en failles et d’étages géologiques en couches, à la recherche des bancs calcaires et de structures géologiques remarquables aux travers des différents niveaux de la carrière. La récolte de beaux fossiles, cristaux et roches sédimentaires en souvenirs clôture ce weekend ensoleillé riche en découvertes.

Arnaud S.

Participants : Solenn, Clémence, Sylvain, Arnaud S. (RCAE), Arnaud D. (CRSL), Delphine, Maud, Pierre (ULS), Jean-Marie et Henry.

Biiiiig Jump!

Chaque année a lieu un événement (oui encore un !) plutôt original lorsque l’on n’a pas l’habitude des extravagances du monde spéléo. Ainsi donc, chaque année, des volontaires sont invités à venir faire leurs longueurs non pas à la piscine municipale pour les non privilégiés, mais dans les Grottes de Han-sur-Lesse. Cet intérêt est marqué par l’aspect fort revigorant de l’eau de par sa température et, accessoirement, afin de sensibiliser l’opinion publique à la qualité des eaux. En effet, il s’agit d’une initiative européenne qui vise à montrer son attachement à nos rivières, pour qu’elles ne soient plus jamais considérées comme des égouts.12092401_10153225201832076_292585862_n
C’est ainsi que, ce dimanche 12 juillet, une septantaine de spéléos dont deux de notre très cher club RCAE Spéléo se sont rassemblés pour une petite baignade organisée par l’UBS. Sylvain et moi-même nous sommes rejoint vers 13h sur place, avons entamé une prise de force en vue de cette aventure, et très rapidement repérés des connaissances dont notamment Laurence et Vincent.
Armé d’une chambre à air de tracteur gonflée et patchée (merci Papa de Sylvain), nous nous sommes lancés à l’eau vers 13h30 à quelques minutes près. Chacun a su faire preuve d’une touche de courage : combi néoprène non complète pour certains, pas de combi du tout pour d’autres, voire, dans quelque cas extrême, pas de maillot non plus. Pour notre part, nous avions décidé, à défaut, de faire sans palmes.12081407_10153225201807076_139022288_n
C’est donc à la queue de la délégation et le souffle un peu court que nous avons effectué le parcours aller-retour jusqu’à l’ancien embarcadère des Grottes de Han-sur-Lesse. Durant le retour, Vincent et bouées nous ont fait découvrir un développement de la cavité rarement accessible sans mettre la tête sous l’eau.

Ayant trouvé la sortie de courte durée, la “troupe” RCAE resta un peu plus longtemps à l’eau en essayant de ne pas trop penser à ce qu’il y avait dedans. Post-barbotage, nous fûmes tous récompensés pour notre volontariat par de quoi nous réhydrater à la manière belge.12064281_10153225201822076_375050992_n

Cette journée se termina par un BBQ pluvieux et donc écourté pour la plupart sur le terrain du refuge de Han-sur-Lesse.

Caro (et pas Caroline!)

Participants: Sylvain et Caro

TPDE (temps passé dans l’eau!): 3h

Assemblée Générale

Blams, la nouvelle est tombée!

Caro et moi étions à l’AG UBS et Spéléo-J ce 22 mars 2015 pour 9h à Louvain-la-Neuve.

Tout d’ab559256_459997284034171_791363495_no318897_202446923155248_250242836_nrd, nous avons pu entendre les diverses commissions s’exprimer sur leurs activités menées cette année ainsi que leurs projets (Canyon, Explo, Plongée, Escalade, Spéléo-Secours, Formation, Scientifique,Protection et accès). Des discutions ont eu lieu sur la bonne gestion des commissions, la pertinence de leurs projets et leur avenir.

603777_952291178138110_5596207473802100933_n

 

Ensuite, nous avons commencé à éplucher les comptes de 2014 par rapport à 2013 et visualiser le budget 2015 de l’UBS.
Il en ressort que l’asbl repasse dans le positif pour les comptes au prix de restrictions budgétaires qui ont affecté l’année 2014. Diverses questions pour demandes de détails des compte seront abordées (assurances, commande de pizza, contraventions, etc.) ainsi que le sujet du certificat médical d’aptitude à pratiquer la spéléo.

 

10348467_952350321465529_4936391491969639323_n La faim de la matinée se fait sentir et nous dinons à la cafétéria du centre sportif du Blory.

 

De retour sur les épluchures des comptes et le Budget de l’UBS l’après-midi, nous ne mettons  que peu de temps à les approuver.
Vient le tour des comptes et du Budget de Spéléo-J et Press J qui seront également vite approuvés.

Après l’approbation de tous ces comptes, place aux élections des administrateurs et vérificateurs aux comptes UBS, Spéléo-J et Press J.

11081485_952382598128968_1951676466376760879_n

 

Fontenelle Joël, Haesen Laurent et Janssens Mylène pour le Conseil d’Administration de l’UBS.

Haesen Laurent et Janssens Mylène pour le Conseil d’Administration de Spéléo-J.
Morelle Grégory et Fontenelle Morgane pour le Conseil d’Administration de Press J.

 

Il est 16h30 lorsque l’AG se termine.

Ce fut intéressant pour nous d’assister et de participer à cette AG 2015.11081185_952345574799337_4246718481377887449_n                  Cela nous a permis de mieux nous rendre compte dans quelle asbl nous sommes et d’avoir un aperçu de son mode de fonctionnement.

Par ailleurs, les retrouvailles y sont très agréables et motivantes pour le futur des clubs spéléos.

(Photos : UBS et Spéléo-J)

Temps passé sur tabouret : 5h

Participants : Caro et Arnaud

Journées de Spéléologie Scientifique à Han-sur-Lesse & Furfooz

Cette année, les journées de Spéléologie Scientifique se sont déroulées avec un énorme succès. Les organisateurs ne prenaient plus de réservation car il y avait trop de monde. Ce grand succès est peut-être dû à l’annonce du programme de conférences consacrées à la découverte de la grotte du Noû Bleû, pour laquelle quelques membres de notre club sont impliqués. Durant deux jours nous avons donc pu découvrir ou redécouvrir divers aspects plus ou moins scientifiques de la spéléologie et du milieu souterrain.

La journée du samedi était consacrée aux conférences. Nous en avons eu 12 sur la journée. Celles-ci reprenaient des sujets bien divers, toujours dans le thème de la spéléologie.
Une conférence, s’intéressait aux chauves-souris. Cet exposé a pu nous montrer, par un programme mis en place dans l’Abîme de Comblain-au-Pont, les mesures qui ont été prises pour améliorer et protéger ces mammifères tout en maintenant une activité touristique.
La conférence suivante, présentait un nouveau type de capteur de température, nommé Niphargus. Celui-ci a été conçu pour surveiller l’évolution des températures en milieu naturel (grottes, sols, rivières,…). Sa petite taille et son faible coût en énergie permettent son utilisation dans des grottes ou autres endroits difficiles d’accès.
Une autre conférence, parlait des essais de traçage menés sur le système karstique de la Wamme et Lomme. Ce réseau complexe est en connexion avec la grotte du “Nou Maulin” de Rochefort que notre club visitera la semaine prochaine. Les résultats de cette étude ont permis de confirmer certaines observations historiques (comme la connexion du “Nou Maulin” à la Résurgence d’Éprave), d’en infirmer d’autres et également d’apporter de nouvelles informations inédites, de quoi prouver qu’il y a toujours des découvertes à faire et peut-être à explorer.
Quatre conférences étaient consacrées à l’exceptionnelle découverte de la Grotte du “Noû Bleû” dans le Vallon de Sprimont. Le premier exposé reprenait le contexte de découverte, le début d’un inventaire de la faune et l’incidence de la carrière sur le biotope de la grotte. Il faut savoir que cette grotte a été découverte par hasard en 2012, des suites d’une entrée dégagée par les exploitants carriés. Le second exposé présentait le contexte géologique et morphologique de la cavité. Le troisième exposé s’intéressait à l’exploration de la grotte en elle-même. Les spéléos ont pu découvrir d’importantes salles volumineuses, des galeries morphologiquement étonnantes, avec des concrétions abondantes et particulières, mais aussi la rivière sauvage et sportive de la cavité. Selon les dires, le “Noû Bleû” est sans conteste une des plus belles cavités du karst wallon. Son développement d’environ 3 km pour une pénétration de plus ou moins 800 m, est toujours en exploration. Il reste encore un potentiel de plusieurs kilomètres à découvrir et à nous faire rêver. Le quatrième exposé consacré au “Noû Bleû” présentait la visite virtuelle de la cavité, qui a été réalisée afin que tous puissent profiter de cette merveille. A noter que dans ces quarte conférences, nous avons pu contempler de belles images de la grotte, et sur sur de nombreuses, Alex posait comme un maître (^^).
Les autres conférences de la journée reprenaient encore d’autres sujets biens divers, de la spéléo d’exploration à la science “dure”.
Toutes ces conférences étaient bien sûr accompagnées de pauses. A midi, nous nous sommes éclipsés à la friterie du coin pour manger et pour boire une bonne Rochefort de la région. La soirée quant à elle s’est terminée au “gîte d’étape” de Han.

Le dimanche était consacré à une visite sur le terrain. Enorme succès également, nous étions un troupeau d’au moins 65 personnes. Le thème de cette année était le système hydrogéologique dans le parc et réserve naturelle de Furfooz. Situé dans la vallée de la Basse-Lesse, non loin de Dinant, ce parc contient un patrimoine exceptionnel historique (vestige romain) mais aussi et surtout naturel (grottes, cavernes, trous,…). Enormément de cavités sont présentes dans ce territoire, à en faire perdre la tête. Nous avons pu y observer notamment :
– “Le trou qui fume”, qui est une grande cavité avec un énorme puits d’une trentaine de mètres qui peut véritablement fumer par grand froid extérieur. A noter également que l’on peut observer au fond de la cavité une partie de la Lesse souterraine provenant du “Chantoir des Nutons”.
– “Le chantoir des Nutons”, c ‘est à cet endroit que l’on perd une partie de la Lesse qui devient souterraine.
– “Le trou du Frontal” et “le trou de la Mâchoire”, ainsi nommés car c’est là que des fouilles archéologiques ont permis de retrouver un Frontal et une Mâchoire (Logique nom, non ?) d’homme préhistorique datant du Néolithique.
– “La grotte de la gatte d’or”, où, après une fouille populaire, personne ne l’a trouvée.
– “Le puis des vaux”, qui est très impressionnant par sa taille. On y trouve au fond un lac souterrain d’au moins 40 mètres de profondeur. Ce lac est en connexion à la Lesse souterraine.
– A noter que la Lesse souterraine refait surface au” trou de la Loutre” tout proche. Mais nous ne nous sommes pas aventurés de ce côté de la Lesse.
Visiter toutes ces cavités, nous à vraiment donné envie de descendre sous terre. Malheureusement, nous n’avons pas pu les visiter (sauf la grotte de la Gatte d’or qui est un tout petit réseau). Nous avons dû nous contenter d’observer leur entrée (ou sortie ça dépend). Heureusement, Alex et Olivier projettent de nous emmener prochainement à la Galerie des sources, toute proche. Cette galerie communique également avec la Lesse souterraine de Furfooz, ce qui nous permettra de tester une cavité plus en profondeur dans cette superbe région.
Nous pouvons en conclure que cette journée scientifique à été riche en découvertes et qu’un réseau karstique pouvait être extrêmement complexe. Nous avons pu aussi nous enrichir de l’expérience de plongeurs spéléo qui avaient effectué des recherches dans ces galeries complexes.
Une fois la balade terminée, fatigués de ces journées (mais aussi de la soirée pour certains ^^), nous sommes rentrés vers Liège.

Sylvain

(photos : Sylvain & Alex)

Participants: Alex, Olivier et Sylvain pour le RCAE + une soixantaine d’autres spéléos