Archives de catégorie : Stage

La Section spéléo du RCAE

Présentation

La Section Spéléo a pour but premier d’assurer l’initiation des débutants, étudiants ou non, notamment lors du stage de découverte organisé en octobre, et de permettre à ses membres de pratiquer et se perfectionner tout au long de l’année.

Des visites de cavités « classiques » en Belgique et à l’étranger sont régulièrement organisées durant l’année. Des camps de quelques jours à une semaine ont également lieu pour faire découvrir le monde et l’ambiance unique de la spéléologie. Nous participons activement aux activités organisées par la fédération (UBS). En outre, des explos à l’étranger (France, Balkans…), plus engagées que les camps, sont au programme. Nous pratiquons également le canyoning, la via-ferrata, la randonnée, l’escalade (en salle, blocs ou paroi), …

Au Programme

  • Minimum 2 activités par mois : cavités, formations fédérales, …
  • 2 soirées par mois: entrainement aux techniques de progression sur corde.
  • Camps lors des vacances scolaires ou des longs week-ends.
  • Un camp plus ambitieux en été, généralement axé sur l’exploration.
  • Un camp canyoning au printemps.
  • Activités et camps fédéraux, interclubs, …

Voyez les comptes-rendus de nos activités pour un aperçu plus complet ou Contactez-nous!

Stage de Découverte du Milieu Souterrain et d’Initiation aux Techniques Spéléos

Chaque année, au mois d’octobre, nous organisons un stage de découverte du milieu souterrain et d’initiation aux techniques spéléos.  Le principe est de donner, en un week-end, un aperçu de la spéléo au sens large:

  • Aborder l’aspect scientifique : les conditions de formation et la dynamique d’une grotte, les concrétions, la vie cavernicole, …
  • Apprendre les notions de base de progression (sur corde mais pas que).
  • Comprendre ce qu’est la Section Spéléo du RCAE et son fonctionnement.

Les inscriptions au stage sont ouvertes! Suivez ce lien pour plus de détails …

Nos Cadres

  • Moniteurs RCAE:
    • Olivier Stassart (Moniteur Spéléo & Canyon A.D.E.P.S. niv. 3)
    • Alexandre Peeters (Moniteur Spéléo A.D.E.P.S. niv. 1)
  • Délégués:
    • Arnaud Sougnez (Moniteur Sportif Éducateur Spéléo A.D.E.P.S.)
  • Autres cadres:
    • Gil Hubrecht (Moniteur Sportif Initiateur Spéléo A.D.E.P.S. & Initiateur Canyon E.F.C.-F.F.S.)
    • Enrique Barranco (Moniteur Spéléo A.D.E.P.S. niv. 1)
    • Arnaud Dohmen (Moniteur Sportif Éducateur Spéléo A.D.E.P.S.)

Nos Affiliations

Le RCAE (Royal Cercle Athlétique des Étudiants) est le Service des Sports de l’Université de Liège. Les étudiants, anciens étudiants, personnel universitaire et membres extérieurs peuvent y pratiquer plus de 60 sports différents, dans différentes “Sections”.

l’Union Belge de Spéléologie est la Fédération sportive de loisirs reconnue par l’ADEPS: « Elle a pour but de défendre la spéléologie sous toutes ses formes, d’en assurer une promotion de qualité et – dans un souci de sauvegarde de l’environnement – de protéger au sens large les lieux de pratique de ses activités en Belgique ».

Au Programme

  • Minimum 2 activités par mois : cavités, formations fédérales, …
  • 2 soirées par mois: entrainement aux techniques de progression sur corde.
  • Camps lors des vacances scolaires ou des longs week-ends.
  • Un camp plus ambitieux en été, généralement axé sur l’exploration.
  • Un camp canyoning au printemps.
  • Activités et camps fédéraux, interclubs, …

Voyez les comptes-rendus de nos activités pour un aperçu plus complet ou Contactez-nous!

Stage de Découverte du Milieu Souterrain et d’Initiation aux Techniques Spéléos

Chaque année, au mois d’octobre, nous organisons un stage de découverte du milieu souterrain et d’initiation aux techniques spéléos.  Le principe est de donner, en un week-end, un aperçu de la spéléo au sens large:

  • Aborder l’aspect scientifique : les conditions de formation et la dynamique d’une grotte, les concrétions, la vie cavernicole, …
  • Apprendre les notions de base de progression (sur corde mais pas que).
  • Comprendre ce qu’est la Section Spéléo du RCAE et son fonctionnement.

Les inscriptions au stage sont ouvertes! Suivez ce lien pour plus de détails …

Nos Cadres

  • Moniteurs RCAE:
    • Olivier Stassart (Moniteur Spéléo & Canyon A.D.E.P.S. niv. 3)
    • Alexandre Peeters (Moniteur Spéléo A.D.E.P.S. niv. 1)
  • Délégués:
    • Arnaud Sougnez (Moniteur Sportif Éducateur Spéléo A.D.E.P.S.)
  • Autres cadres:
    • Gil Hubrecht (Moniteur Sportif Initiateur Spéléo A.D.E.P.S. & Initiateur Canyon E.F.C.-F.F.S.)
    • Enrique Barranco (Moniteur Spéléo A.D.E.P.S. niv. 1)
    • Arnaud Dohmen (Moniteur Sportif Éducateur Spéléo A.D.E.P.S.)

Nos Affiliations

Le RCAE (Royal Cercle Athlétique des Étudiants) est le Service des Sports de l’Université de Liège. Les étudiants, anciens étudiants, personnel universitaire et membres extérieurs peuvent y pratiquer plus de 60 sports différents, dans différentes “Sections”.

l’Union Belge de Spéléologie est la Fédération sportive de loisirs reconnue par l’ADEPS: « Elle a pour but de défendre la spéléologie sous toutes ses formes, d’en assurer une promotion de qualité et – dans un souci de sauvegarde de l’environnement – de protéger au sens large les lieux de pratique de ses activités en Belgique ».

Salon des Sports 2.1

Séance d’information/démonstration le dimanche 3 octobre entre 13 & 19h au mur d’escalade extérieur du Blanc Gravier (B46a, Centres Sportifs du Sart Tilman / Parking P63)

Venez en apprendre plus sur la spéléo & nos activités, découvrir les techniques de progression sur corde voire vous inscrire à notre Stage de Découverte du Milieu Souterrain & d’Initiation aux Techniques Spéléos (16-17 octobre)

Stage de Découverte du Milieu souterrain et d’Initiation aux Techniques spéléos 19-20 octobre 2019

Ils étaient 10 inscrits (8 filles, 2 gars) pour l’édition 2019 de notre stage ; DMS à Ste-Anne la samedi matin, initiation technique sur la RAC le samedi après-midi, souper et présentation de nos activités -y compris tour de table !- au SpéléoLux le soir ; le dimanche les uns allaient visiter l’Abîme de Lesves tandis que les autres faisaient leurs oraisons au Trou de l’Eglise, puis tous de se réunir à la Vilaine Source pour nettoyer en commun le matos avant de revenir vers Liège.

Participants : Gisèle, Hélène, Maria, Ophélie, Anaïs, Eléonore, Cennet, Quintia, Julien, Gianni + pour l’encadrement, l’animation &/ou la logistique Deb’A, Faustine, Yu (photos Ste-Anne & Lesves), CaroT, Solenn, Cha, Louise, Amaury, Antoine, José, Benja, F², Laurent, Sissi, Quentin, TautauD, Kike, Alex, Gil & Oli (photo RAC)

Camp canyon dans l’Ain

Mercredi 29 mai, il est pratiquement 19h, quand Oli, CaroT et Amaury démarrent du local avec le minibus, après avoir préparé le matos et fait des courses. A Arlon, nous retrouvons Sylvain et Yves G. qui embarquent avec nous en direction du Pays de Gex. Nous débarquons à Collonges, chez Cécile et Jérôme vers 4h du matin. Nous y sommes accueillis avec des matelas à disposition de tout le monde et un verre de Chartreuse.

Jeudi 30 mai :

Apres quelques petites heures de sommeil, Arnaud D. qui était en Corrèze, nous rejoint et nous planifions l’organisation des prochains jours. Après cette courte nuit, nous choisissons un canyon assez court et pas trop éloigné. Ce sera le canyon des cascades de la Sandezanne. La marche d’approche débute au pont des Pierres qui offre un magnifique panorama la vallée de la Valserine. Il y a assez peu d’indications mais après 15 minutes de marche d’approche nous trouvons tout de même le début du canyon. Nous finissons de nous équiper quand la tirette de la néoprène d’Oli rend l’âme. Ce qui va être un peu problématique pour la suite. La descente dure normalement 1h15-1h30 mais comme nous sommes 8, nous y restons plutôt 2-3h. Le canyon se termine par les deux impressionnantes cascades de travertin, une C25 et une C45.  Après ces belles descentes, nous retournons dans notre gîte 4 étoiles, profiter de l’apéro et de la bolo préparée la veille par Jérôme.

Vendredi 31 mai :

Après avoir quitté la demeure de Jérôme et Cécile, nous décidons de faire quelques courses… la question fondamentale concernant le panaché s’est réglée sur le parking du supermarché où Cécile décide d’y retourner pour en acheter ! Nous nous dirigeons donc vers le canyon du Groin. Après avoir co-voituré notre copain Bjorn, nous nous équipons à l’entrée du canyon et le départ se fait vers 13h par un rappel de 6 mètres. On continue dans une zone assez engagée, très verticale et très encaissée, dans une ambiance particulière au jeu de lumière intéressant. Nous passons un siphon et après une longue partie de nage, nous finissons le canyon par de belles cascades. Nous nous mettons en quête d’un site pour bivouaquer et après 3 endroits décevants, nous décidons d’aller directement au parking de la cascade de Cerveyrieu, (programme de demain). On finit la journée par un excellent taboulé assaisonné par la récolte de CaroT.

Samedi 01 juin :

9h00, les premières tentes commencent à s’ouvrir, le gros des troupes se réveille, le soleil brille, la fricassée crépite sur le bec à gaz et le doux crachotti des cafetières italiennes annonce un très bon début de journée. Après ce copieux petit déjeuner, nous replions rapidement notre bivouac et organisons la suite de la journée à savoir la descente des gorges du Seran. Ce canyon se découpe en 3 parties (Gorges du Pont à Favre, Gorges de Thurignin et Cascade de Cerveyrieu). Les 2 premières zones comportent très peu de corde (en réalité, nous n’avons pas du tout eu besoin de cordes mais dans le doute…). La dernière nécessite 2C60 (cascade de Cerveyrieu – 60m). Notre bivouac ayant été posé au-dessus de cette cascade, nous prendrons les C60 en arrivant au parking ! De plus, Yves préférant ne pas faire ce canyon, il nous servira de conducteur pour les navettes.

L’organisation étant ficelée, nous embarquons tous dans le minibus pour remonter à l’amont des gorges. Sur le chemin, nous nous apercevons que les topoguides ne sont pas des plus explicites si bien que nous cherchons, marchons, avançons, reculons,… Pour finalement tomber sur un chemin assez prometteur. Tellement prometteur que nous ratons le début du canyon (nous nous en apercevrons bien plus tard) ! Ainsi, nous marchons un long moment le long du cours d’eau pour finalement arriver sur une zone plus encaissée. Ni une, ni deux, nous enfilons le dessus de nos combis et nous mettons à l’eau. Quelques ressauts plus tard, la zone encaissée s’arrête. C’est reparti pour 15-20 min de marche aquatique. Une fois dans la 2ème partie (Thurignin), nous nous apercevons que nous avons raté la 1ère zone. Ce sera pour une autre fois ! Thurignin ne présente aucune difficulté. Quelques ressauts, un petit pas d’escalade, un peu de nage. Mais joli avec un rayon de soleil !

La suite est à nouveau composée de beaucoup de marche (20-30min) pour enfin arriver à la plus belle partie du canyon : la Cascade de 60m. Certains membres bien attentionnés avaient, le matin même, déposé quelques panachés dans le lit de la rivière. Après une telle marche en néoprène sous le soleil, ils ont été appréciés. 3 fromages, 1 saucisson et 2 baguettes plus tard, nous entamons la suite de la descente. 2 cascades de 5m précèdent le grand rappel. Et quel rappel. L’encaissement à cet endroit est tel qu’en se rapprochant du sommet, on a l’impression de passer par la fenêtre d’une maison. Ça en impressionnera plus d’un.

1h plus tard, nous nous retrouvons tous en bas, les cordes rangées, prêts à rejoindre notre chauffeur préféré (c’est lui qui a les bières !). Yves nous retrouve assez rapidement. La journée n’étant pas si entamée, nous décidons d’aller voir la source du Groin. Chose faite, nous reprenons la route vers l’appart’ de Cécile et Jérôme ou nous y prendrons notre dernier long apéro, soupé, café, pousse café, re pousse café, rere pousse café et enfin dodo !

Dimanche 02 juin :

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous réveillons les uns après les autres. Oli et Sylvain ont été cherché le petit déjeuner. Pas de temps à perdre aujourd’hui car nous avons du pain sur la planche ! Moins d’une heure après notre réveil, nous commençons à ranger nos affaires, trier le matos et charger les véhicules. Tout roule à la perfection si bien que nous avons le temps de faire un dernier petit canyon avant de prendre le chemin du retour. Le choix était fait dès le 1er jour. Ce sera le canyon de la Sémine (partie aval). 30 minutes de route plus tard, nous y sommes. Nous nous équipons et c’est partit pour 2-3 heures de descente. L’engagement de ce canyon est bien moindre que celui des jours précédents. Mais qu’est-ce qu’il est beau ! Après quelques minutes de marche, de nage et quelques glissades (les cailloux sont très glissants ici), nous croisons un guide et ses 2 sujets qui entrent dans le canyon par un beau rappel tiré depuis le sommet d’un viaduc (environ 35m). Nous y penserons pour la prochaine fois ! La suite de la descente étant assez simple, nous progressons assez vite pour tomber sur un 1er saut (3m). Une fois sondé, tout le monde y passe. 15-20 minutes plus tard, nous arrivons sur une cascade de 6-7m. La topographie des lieux nous laisse penser que ça se saute mais dans le doute, nous y installons une corde. Sur le temps de la réflexion et de l’équipement, les 3 gaillards que nous avions croisés au début nous rattrapent. Ils nous dépassent en rive gauche et sautent ! Il n’en faudra pas moins pour que nous fassions de même. Et heureusement car ce saut nous mettra en condition pour le suivant. Nous arrivons très rapidement à la fin du canyon, au-dessus d’une C10 et y retrouvons notre guide français. Il nous indique où sauter. Pas besoin de réfléchir, nous y allons. Et waouw, 10m de saut, ça parait long une fois lancé ! La manœuvre terminée, nous entamons la marche de retour. Nous arrivons aux véhicules vers 12h30, en profitons pour dîner, puis entamons la route du retour. Nous disons au-revoir à Cécile et Jérôme car leur route de retour est plus courte que la nôtre !

Quelques kilomètres, quelques bouchons et quelques heures plus tard, nous nous retrouvons à Arlon pour une Maxi-Frite. Les derniers adieux se feront là-bas. Pour Sylvain, Yves et Arnaud, se sera retour maison. Pour Oli, Amaury et Caro, il y aura un arrêt supplémentaire nettoyage camionnette.

Merci Cécile et Jérôme de nous avoir accueillis dans votre logement !

CaroT, Amaury, Arnaud et Sylvain

Participants: CaroT, Sylvain, Amaury, Arnaud, Olivier, Jérôme, Cécile, Yves (GSCT)

Photos: Sylvain 

Formation Prévention et Auto-Secours en Spéléo, Canyon, Via Ferrata & autres activités de plein air

Initialement prévue comme formation interne au club, puis à la demande d’un des intervenants extérieurs ouverte aux membres de son club, ensuite programmée comme formation fédérale, enfin proposées à la Section RCAE Escalade et aux diverses Sections du CAB, le moins qu’on puisse dire est que la genèse de cette activité fut mouvementée ! d’autant qu’entre temps l’interclubs spéléo-canyon aux Baléares était venu chevaucher le WE réservé !

Mais soit ! le jour dit l’ensemble des quatre participants se pressait -ou pas- aux portes du local où se sont succédés Jacques, Kike & Olivier pour aborder les différentes matières prévues pour le samedi matin : analyse des risques, raccourcis qui tuent et défaillances humaines, Force-choc et facteurs de chute, syndrome de suspension, réactions à un incident/accident, spéléoponcho & point-chaud, etc. Après une telle matinée la pause de midi a été l’occasion de souffler et de s’ébrouer qq peu ! L’après-midi fut plus active puisque chacun -ou presque- ayant enfilé son harnais, le mur du Blanc Gravier fut rapidement équipé afin de travailler en ateliers techniques de réchappe, d’assurage, de levage et de dégagement.

Le lendemain les quatre candidats étaient devenus cinq grâce au renfort de Deb’O à peine rentrée des Baléares, et Jacques était remplacé par Steph qui embraya directement sur la seconde partie des réactions face à un accident : fiche-bilan, alerte aux secours (tant spéléo que montagne, en considérant la situation dans la plupart des pays européens) et pathologies spécifiques aux diverses activités et milieux considérés (le genre de présentation qui vous pousserait -presque- à vous réorienter vers la broderie ou le modélisme ;- ) La pause de midi fut de nouveau l’occasion de souffler, avant de sauter comme la veille dans les harnais pour compléter/peaufiner les diverses techniques. Enfin retour en salle pour petit point biblio -sur papier ou en ligne- et en guise de conclusion quelques mots sur la prévention, l’organisation d’une activité. Un petit débriefing et chacun put se dire au revoir et renter chez lui. Une activité à reprogrammer, en choisissant un peu mieux la date et en insistant un peu plus sur la promotion !

Participants : Yu, Amaury + Deb’O (RCAE) ; Stéfan (GSESM) et Celui-dont-le-nom-ne-doit-être-prononcé-en-vain (SSN)

Cadres : Stéphane Palmaert (ComForm & SSBC), Jaques Delmotte (ComCanyon & ESB), Kike, ArnaudS & Oli (RCAE)

Examen du Brevet B

Gil et Solenn s’engagent dans un long périple vers les contrées très lointaines de Montrond-le-Château, afin d’y passer le fameux Brevet B.

Le départ se fait en ce vendredi 9 février après s’être donné rendez-vous à l’internat de Solenn à 13h30 pour un voyage de 6h qui leur a permis de réviser la partie théorique du brevet qui n’est pas leur fort à tous les deux. Arrivés à Besançon, les deux valeureux ont été chasser du bison pour leurs souper (vu le manque de bison dans la région, du saucisson, du fromage et du vrai pain français ont fait l’affaire !). Arrivés à 19h45 au gîte en même temps que les premiers flocons de neige, ils prennent possession des lieux en allumant le poêle, puis dégustent leur fameux bison fraîchement découpé. Ils ont été rejoints par deux de leurs compagnons (Pierre et Daniel) à 20h30, mais n’ont pas pu voir les autres arriver car ils étaient déjà dans les bras de Morphée… qui malheureusement ronflait fortement, au grand désespoir de Solenn.

Samedi

Le réveil se fit suivre par la découverte de leurs nouveaux copains avec qui ils ont pu prendre un petit déjeuner. La présentation des 4 examinateurs (Martin, Fred, Chris et Moïse) a été suivie par la découverte des équipes et l’attribution des grottes. La première était composée de Martin, Daniel et Solenn dans la Cheneau 2, la deuxième par Fred, Pierre et Gil dans Vauvougier, la troisième par Moïse, Paul et Thomas dans Mont Ratey et la quatrième par Chris et Geoffroy dans Pouet-Pouet.

-Equipe 1 – Cheneau 2 : la préparation du matériel par Daniel et Solenn se fait sans grande difficulté pour arriver à n’avoir que deux kits (ouf !). Yves, que nous avions oublié de vous présenter, s’est chargé des différents trajets, de la nourriture et du confort de chacun (tu es notre papa à tous !). C’est donc lui qui nous conduira jusqu’à la grotte supervisé par Daniel, qui ne verra pas des panneaux remplis de neige… Après une petite marche d’approche dans la neige franchement tombée durant la nuit, c’est Daniel qui a commencé d’équiper le P19 d’entrée, suivi d’un méandre avec 2 petits ressaut. Arrivé au P18, Daniel continue d’équiper. Ensuite, Solenn prend la relève pour le P28 et le P31. Après un petit ressaut, l’équipe décide de remonter mais à ce moment-là, faute grave pour Solenn, donc éliminatoire, elle se longe au mauvais endroit… Martin la réconforta en lui disant que si elle va jusqu’au bout du week-end, qu’elle pourrait être dispensée de certaines parties de l’évaluation du brevet pour l’année prochaine. La remontée des puits sera deséquipée par Daniel et le reste par Solenn, qui en profitera pour faire ses techniques de réchappe qu’elle réussira. La remontée du méandre fut périlleuse pour Daniel qui avait le gros kit. En plus, à sa sortie, il a du faire un dégagement d’équipier sur Martin. Après un petit coup de fil, Yves arrive à la rescousse pour nous amener au gîte qui sera déjà chauffé.

-Equipe 2 – Vauvougier : Gil et Pierre préparent leurs matériels et enkitent leurs cordes pour se retrouver avec 4 kits. Les voilà partis vers le gouffre de Vauvougier. Gil commence l’équipement par une vire aérienne à 35 mètres de haut et continue sur sa lancée par un puits de 28 mètres qui finit par un magnifique pendule d’une dizaine de mètres. Il continue dans un méandre pour arriver à un P20 qui, roulement de tambour, sera pendulaire. S’ensuit deux petits ressauts que Gil équipera avant de laisser sa place à Pierre. Ce dernier se lancera dans le P12 ASCO où toute l’équipe fera une petite pause bien méritée. Pierre passera dans une étroiture pour aller équiper un R4 se trouvant de l’autre côté. L’équipe continue dans un méandre qui débouchera sur un ressaut de 6 mètres, lui-même suivi de, surprise, un méandre. Les voilà arrivés au P11 que Pierre équipera. Arrivés devant une étroiture en trou de serrure, tout le monde passera… Ah non, Gil reste coincé ! Sur cette mauvaise nouvelle, ils décideront de faire demi-tour. Gil ouvrera la voie du déséquipement par le P11, R6, R4, pour arriver au pied du P12 ASCO. Là, Pierre et Gil feront leur fameuse technique de réchappe qu’ils réussiront. Gil ira ensuite faire pipi, mais Pierre se met en position pour faire la victime d’un dégagement l’équipier. Gil se met donc en route pour aller dégager sa victime. Ce sauvetage se fit en 7 minutes 30 loin des 10 minutes requis. Ils continueront leur progression jusqu’au R3 où Pierre reprendra le déséquipement. Après le P20 pendulaire, Gil aura quelques difficultés dans le méandre avec le gros kit. Il se fera aider quelques fois par Fred puis se passeront mutuellement le kit. Arrivée en bas du dernier puits, toute l’équipe remonte sans trop de difficulté malgré les deux gros kits qu’ils auront chacun. Retour à la voiture pour arriver au gîte où ils seront la dernière équipe, après 10 h sous terre.

Après un débriefing de nos cadres, tout le monde va dormir.

Dimanche

Après le petit-déjeuner, on nous donne nos nouvelles affectations. Les équipes seront : Fred, Daniel et Thomas dans Pouet-pouet, Chris, Pierre, Paul dans Cheneau 2, Martin, Geoffroy et Solenn dans Vauvougier et Moïse et Gil dans Pré Rond.

-Equipe 1 – Pré Rond : Gil et Moïse partent avec tout le matériel vers la grotte en voiture. Arrivés au parking, ils s’engagent sans équipement pour repérer le trou. C’est là que les recherches commencent : ils trouveront une entrée de grotte où ils tomberont nez à nez dans un terrier de blaireau (c’est vous, les blaireaux !). Ne sachant pas si c’était le bon trou, ils décident de retourner au gîte chercher des cartes IGN. Heureusement, car ce n’était pas le bon ! Après avoir facilement trouvé la bonne, ils s’engagent dans la grotte qui commence par un ressaut de 3 mètres avec une petite coulée d’eau. S’ensuit un méandre où se faufile 5 cm d’eau dans laquelle ils ont dû se coucher pour pouvoir progresser. Arrivé au bout du méandre, Gil équipe un P12 -bien arrosé- puis un deuxième P12 -encore plus arrosé. Après de grosses difficultés pour passer un coude, ils arrivent au-dessus d’un ressaut de 5 mètres. Pendant ce temps, ils verront l’eau monter… il s’avère que la grotte était en crue. Ils décident donc pour leur sécurité de rebrousser chemin, idée judicieuse car l’eau du méandre d’entrée avait doublée de volume. Durant la remonté, Gil et Moïse ont eu beaucoup de difficultés, l’eau les ayant littéralement gelés. Une fois arrivés à la voiture, ils jetteront tout le matériel dans le coffre pour rentrer en sous-combinaison jusqu’au gîte, où Yves-le-Sauveur avait laissé le poêle bien chaud. Pour se réchauffer, ils leur a fallu quand même 2 bonnes grosses heures.

-Equipe 2 – Vauvougier : pas de difficulté pour faire les 4 kits et arriver jusqu’à la grotte. C’est Solenn qui a commencé l’équipement par la main courante et le P28 qui finit par un grand pendule. C’est Geoffroy qui a pris la relève et a équipé les puits suivants. Arrivés au puits ASCO, nous avons mangé nos tartines et continué notre route. Après avoir un peu cherché le R6, nous sommes arrivés P11. Après avoir passé l’étroiture sans grande difficulté (pas comme l’équipe d’hier :p), nous avons continué à équiper un R5. Un beau méandre a suivi qui a débouché sur le ressaut Machpro. C’est là que nous avons décidé de faire demi-tour vu l’heure. À la remontée chacun a déséquipé ce que l’autre avait équipé. Arrivé en dessous du puits ASCO, chacun a pu dégager Martin. Solenn a réussi à le faire en quatre minutes…la petite danse de la joie était de rigueur ! Suite à deux mauvaises manipulations, malheureusement, Geoffroy a été recalé.  À la sortie, la neige s’est transformée en boue et Solenn s’est retrouvée plus sale que dans la grotte ! Comme il faisait déjà nuit, l’équipe a réussi à se perdre dans le champ et dû faire appel à google map pour se retrouver. C’est alors que Yves-le-sauveur est arrivé en compagnie de Gil (que tout le monde a pris pour le papa de Solenn !) pour les ramener car ils étaient la dernière équipe après 10h sous terre.

Arrivés au gîte, nous avons eu le droit à un délicieux repas et un débriefing de la journée. Les plus fatigués d’entre nous ont été dormir, alors que les autres ont décompressé de leur weekend de spéléo.

Lundi

Après le réveil et le petit-déjeuner, l’épreuve tant redoutée par Solenn et Gil : l’écrit ! Celui-ci était composé de QCM et de questions ouvertes sur la résistance des matériaux et la gestion d’un groupe en sortie de spéléo. Après correction, tout le monde a réussi sauf Daniel et Solenn uniquement pour la partie résistance des matériaux (crottes de bidouille).
Solenn repassera donc son brevet l’année prochaine, avec quelques dispenses : sans les techniques de réchappe, de dégagement d’équipier et la partie des questions ouvertes.

Gil, quant à lui, est très fièr de vous annoncer sa réussite et qu’il est maintenant officiellement détenteur du Brevet B (applaudissements !!!!)

Gil et Solenn 💕💕

Doubspacito !

Premier jour (27.10) : Départ de Liège à 18h30 ; petite pause à Martelange pour le plein de victuailles, puis arrêt oblige pour la tradition du club : les frites au fromage ! Arrivée au gîte dans le Doubs vers 2h du matin, repos des guerriers.

Deuxième jour (28.10) : Réveil naturel. Après un petit déjeuner copieux, une balade digestive puis départ pour les courses. Ensuite, nous nous décidons à partir pour le gouffre d’Ouzène, vers 15h. La première équipe est menée par Solenn, accompagnée d’Enrique, Colin et DébA. Ils entrent par le P28 puis par la voie supérieure. La deuxième équipe est menée par Gil accompagnée d’Amaury, Olivier et DébO ; ils sont entrés par la deuxième entrée qui commence par un P15. Arrivés au bout de la grotte, chaque groupe est remonté par l’équipement de l’autre. Les premiers participants sont sortis vers 21h30 et les derniers vers 22h15. Vers 22h, Caro qui n’arrivait dans la région que ce soir, sonne en s’inquiétant de notre absence. Amaury marque le début du séjour en oubliant de reprendre 2 plaquettes qui évidement appartiennent à Enrique ! Nous rentrons pour manger et ne tardons pas à aller dormir… il est quand même 2h du matin !

Troisième jour (29.10) : nous profitons du décalage horaire pour dormir une heure de plus. Pour la visite des cavités, nous formons 2 groupes pour 2 cavités différentes : Jérusalem avec Oli, Amaury, DébO, DébA et Solenn, et Biefs Boussets, avec Gil, Caro, Enrique et Colin. Dans cette dernière, il y avait 8 Allemands devant qui ont équipé tous les puits en mono point… Enrique et Colin ont transporté 2 kits inutilement car ils n’ont pas su aller jusqu’au fond de la grotte. Pendant ce temps, Solenn équipe Jérusalem en essayant au maximum de nous éviter d’être mouillé pour au final, passer dans une voûte bien mouillante ! L’équipe ressort donc bien humide sous une petite pluie qui ne fit que finir le travail ! Les deux groupes se sont retrouvés vers 18h30 pour partir visiter les amis de l’ULS qui se trouvaient au refuge de Montrond-le-Château. Retour vers 20h30, repas, séchage du matos et dodo bien mérité.

Quatrième jour (30.10) : réveil vers 9h ; une nouvelle fois, formation de deux groupes : la première équipe explorera le gouffre de Brizon, avec Enrique, Gil, Amaury, Colin et DebO, dont l’arrivée se fit après quelques recherches en voiture. Nous tombons à l’entrée de la grotte sur nos copains allemands, qui, heureusement pour nous, n’iront pas sous-terre. Le puits d’entrée est équipé par Enrique, suivi par le P 28 et P33 équipés par Gil, suivis des derniers puits étroits équipés par Colin. Suite au manque de corde, nous avons dû utiliser la corde du kit d’intervention… pour une fois on ne l’a pas pris pour rien ! Déséquipement par Amaury et DébO qui en a chié (a éprouvé quelques difficultés) dans le puits plein pot avec le kit qui pesait son poids. Merci aux blocs qui ont coincé les pédales d’Amaury… Sortie du groupe vers 16h30 et retour vers la grotte d’Ouzène pour aller rechercher les plaquettes oubliées par Amaury 2 jours avant… – Hijo De Puta ! – Ouais bon ça va je m’suis excusé !
La deuxième équipe, Solenn, Oli, Caro et DébA, s’est rendu dans le gouffre de la Chenau. Ils empruntent le réseau de la Chenau 2, Caro équipe jusqu’à mi-hauteur des grands puits qui marqueront le demi-tour de chacun respectivement depuis les différents paliers atteints. Solenn déséquipe non sans rajouter une assistance à la progression dans le méandre pour ses camarades. Retour des deux équipes au gîte vers 19h pour manger des bonnes crêpes préparées par Enrique et Solenn.

Cinquième jour (31.10) : debout à 7h30 pour la première équipe constituée d’Enrique, Solenn et Colin qui vont déséquiper la baume des Crêtes amont, équipée le jour d’avant par nos copains de l’ULS. Arrivé à 9h devant la grotte, ils sont descendus sous terre, ont cherché un peu le chemin mais n’ont pas trouvé tout de suite la corde pour aller dans le collecteur. Finalement, Enrique équipe de façon légère. Sur place, il y a une vasque mouillante. Ils remontent et descendent dans le collecteur. Ils décident de ne pas passer la vasque mouillante et font demi-tour sans tout déséquiper. Ils sortent de la grotte après 6h sous terre, boivent une petite soupe puis téléphonent à Oli pour qu’il vienne les chercher. Entre-temps ils aperçoivent des voitures allemandes de spéléo, mais ne les ont pas vus sous terre… en espérant qu’ils ne sont pas descendu par nos cordes… comme ils y avaient été invité la veille.
La deuxième équipe, composée de DébO, DébA, Gil et Amaury, est descendue dans la grotte des Ordons. Arrivé sur place, 2 groupes d’Allemands était déjà présents. Gil équipe au-dessus des deux autres équipements. Arrivé en bas, nous avons remarqué que c’était des photographes (sûrement des copains de Benja !). Après avoir parcouru la grotte de long en large, nous décidons de revenir au puits d’entrée pour manger, tout en regardant les copains allemands remonter. Ensuite, Gil ayant tendu la corde pour accrocher le kit pour avoir plus facile à remonter, avec Amaury ils se sont balancés le kit l’un à l’autre, jusqu’à ce que le copain allemand nous dise d’arrêter pour pouvoir retirer ses mousquetons (avec l’accent allemand s’il vous plait !). Ils sont remontés tranquillement pour téléphoner à Oli pour qu’il vienne les chercher ainsi que l’autre équipe. Ensemble, nous avons rapporté une partie du matériel à l’ULS et raconté la mauvaise nouvelle, que l’autre partie dormira encore un peu sous terre ! Après quelques bières, nous décidons de rentrer manger la morbiflette d’Olivier… pendant qu’on écrit ceci, nous n’avons pas encore mangé, on espère donc qu’elle soit vraiment bonne !

Sixième et dernier jour (01.11) : départ pour la Belgique en laissant Olivier, Colin et Caro sur place pour la formation préparatoire au Brevet B : nous avons tout d’abord rangé un peu le gite maintenant occupé par les participants de cette formation. Comme le veut le monde spéléo, nous devons nettoyer notre matériel utilisé pendant la semaine. Une fois la voiture rangée, nous nous dirigeons vers les sources du Lison pour tout nettoyer. Après rangement du minibus, nous décidons d’aller visiter ces fameuses sources. De retour à la voiture, on se rend compte qu’Olivier nous a laissé -à chacun !- un message pour savoir si nous n’avions pas embarqué le sac d’un des participants du brevet B… chose faite ! Nous gagnons donc un aller-retour au gite et, sur place, nous nous rappelons que nous avons oublié de nettoyer le matos prêté par l’ULS et le faisons au gîte ! Nous pouvons enfin partir et, arrivés à Besançon, il est déjà l’heure de manger un petit bout. Départ vers 14h30 direction la Belgique, petit arrêt oblige au Luxembourg ainsi qu’un nettoyage du minibus pour arriver vers 21h au local où tout le monde est ravi !

Pas de photos mais plein de souvenirs !

Gil et DébO

Participants: Olivier, Collin, DébO, DébA, Amaury, Enrique, Gil, Solenn et Caro

Weekend d’initiation 2016

Vendredi 21 octobre 2016

Une première équipe motivée par l’acquisition de notions théoriques d’équipement, et rassemblée par Oli, se rejoint vendredi en fin de journée au gite du Spéléo Lux. Il sagit de deux nouveaux au sein du club (Collin et Gil) ainsi que de Amaury, Sylvain et Antoine. La soirée commence par un rappel des différents facteurs de chutes suivie dune présentation intéressante et historique des nombreuses plaquettes existantes (panneau didactique à lappui), avant de finir par du tricotage de nœud un peu tardif mais toujours aussi instructif. Le reste de la nuit est rythmée par les scieurs de bois, les pets toxiques de Gil et les recharges nocturnes du poêle.

Samedi 22 octobre 2016

Après s’être tous rejoint au local et avoir préparé le matos, l’équipe d’Alex, Jérôme et Solenn se met en route en direction du minibus, où elle avait rendez-vous avec les nouveaux. Arrivé là-bas, on décore le bus de tentures et rencontre les 2 Déborah, Tanguy, Simon et José et on se met en route en direction de Ste-Anne.  On se fait rejoindre par Didier et on commence à se préparer, quand Jérôme se rend compte qu’il avait oublié ses bottes et sa sous-combi, alors que plus tôt dans la journée, il avait  déjà oublié le sac de Cécile dans le couloir, ce qui leur a valu un demi-tour et d’arriver « presque » en retard. Pour remédier au problème, il met la sous-combi de Cécile et ses chaussures de marche. Une fois tout le monde prêt, on commence la grotte. A la Salle des Scouts, on a droit à la traditionnelle explication des synclinales et anticlinales par Alex, avec de belles métaphores de tranches de Gouda. Après avoir traversé le « Pas-de-la-Mort », équipé par les soins de Solenn et supervisé par Alex, on arrive à la Boîte-aux-Lettres. En attendant la fin des explications d’Alex sur la faune souterraine, Jérôme se précipite dans la Boîte-aux-Lettres, mais n’arrive pas à passer, ne se rappelant plus de la trajectoire à prendre. Au final, tout le monde passa avec succès, ce qui nous permit de faire un petit tour près du lac. Au retour, on décide de faire le toboggan avant de sortir.

TPST : +/- 2.5 h

De l’autre coté, Arnaud D et Arnaud S, Cécile et Vinnie chargés de cordes et matos se rendent à Marche-en-Famenne où après s’être arrêté pour un café ils rejoignent vers 10h Olivier, Antoine, Sylvain, Amaury et Gil à la Carrière St-Remy à Humain. Bien que le ciel soit un peu menaçant il ne pleuvra finalement pas. Par petits groupes chacun se met à la tâche d’équiper différents parcours dans la carrière pour les nouveaux. L’occasion pour certains de s’initier ou perfectionner à l’équipement. Un grand rappel guidé sera même installé.
Vers 14h l’équipe de Ste-Anne arrive et le moment difficile de l’enfilage de baudrier passé, les nouveaux s’essaient à la descente, montée sur corde et passage de fractio. Tandis que des petits ateliers de techniques de réchappe et dégagement d’équipier se mettent en place. Vers 17-18h on déséquipe toute la carrière et on se rend au Gîte du Spéléolux où Charlotte s’est occupée de l’intendance. On prend le temps de faire mieux connaissance avec les  recrues, de déguster du chili préparé par la chef du jour. La soirée se termine en tour de table et passage d’étroiture dans un banc qui réussiront à certains avec plus ou moins de succès …

Dimanche 23 octobre 2016

Après un petit dej’, préparation des kits et rangement, cest dans les alentours de 9h-10h que 3 groupes se forment et quittent le gite pour rejoindre chacun sa grotte.

– Jérôme, Caro, Gil, Tanguy et Antoine prennent la  direction de Mont-Godinne afin de faire le Trou de lEglise. Le puits dentrée ainsi quun petit réseau sont vite équipés par Gilles sous la supervision de Jérôme. Sensuit un petit crapahutage dans la galerie des Bruxellois. On arrive assez vite dans la partie active (qui sent bon les égouts) et nous nous enfonçons de plus en plus en direction du siphon. Au retour, Caro part en éclaireuse et trouve un passage jusquau pied des Cascades. Malheureusement, les indications qu’elle tente de nous fournir sont difficiles à saisir (HAZABLOBLO…. heu what?). Dans le doute nous la rejoignons. Nous remontons les Cascades en escalade et atteignons rapidement la corde installée par Gil afin de retrouver le puits dentrée. Chacun passe la petite lucarne de sortie assez facilement et nous remontons le dernier puits pour nous retrouver à lair libre. Nous sommes très large par rapport à lhoraire et nous décidons daller manger un bout en attendant les autres équipes.

Participants : Jérôme, Caro, Gil, Tanguy et Antoine
TPST : 3h30

– C’est à l’Haquin, qu’Alex, Charlotte, Amaury et les 2 Déborah suivront Solenn qui doit se perfectionner en reconnaissance topo ! Elle y arrive avec beaucoup de succès tout en équipant les Trompettes. Cette autre façon de découvrir cette grotte-école dite classique nous montre la grandeur de cette cavité. On en explore la totalité et Alex, Solenn, Dèb et Débo remonteront par la voie classique, tandis qu’Amaury déséquipera les Trompettes.

Participants : Alex, Charlotte, Solenn, Amaury et les 2 Déborah
TPST : 3h30-4h

– Le minibus chargé d’Olivier, Vinnie, José, Didier, Sylvain, Cécile et Simon se rend à l’Abîme de Lesves. 2 sous-groupes se créent. Vinnie, José et Didier descendront par les Plafonds. Oliver tel Spiderman se balade entre Cécile et Vinnie qui équipent. Olivier finit l’équipement des Plafonds car Vinnie patauge un peu avant le Grand Puits. Sylvain, en tête du deuxième groupe, équipe la cavité par le chemin dit « classique ». Il est suivi de Cécile pour réfléchir avec lui à l’équipement adéquat. L’équipe peut compter sur yoyo Oli qui les supervisent. Arrivé dans le fond et en attendant l’arrivée de l’autre équipe qui prend plus de temps, nos 4 spéléos vont explorer la rivière. Pour la remontée, ils empruntent la voie des Plafonds. Colin, puis Cecile se chargent du déséquipement.

Participants : Olivier, Vinnie, Didier, José, Sylvain, Cécile et Simon
TPST : 3h30-4h

Tout le monde se retrouve à la Vilaine Source à Arbre pour laver ses cordes sales en famille avant de prendre congé, qui de repasser au local ranger le matériel.

Solenn, Antoine, Vinnie, Sylvain et Charlotte